BIOGRAPHIE DE FAURE GNASSINGBE…

10 02 2009

Faure Essozimna , un des nombreux fils de l’ancien président Gnassingbé Eyadema,  a été à son tour président du Togo du 6 février au 25 février 2005 et à nouveau depuis le 4 mai 2005.

Né le 6 juin 1966 à Afagnan, Sud-est du Togo, Faure Gnassingbé aurait notamment étudié l’économie et la gestion à l’Université Paris-Dauphine. Il gère la fortune colossale de son père le dictateur Etienne Eyadema.

Il a été député au sein du parlement togolais pour la circonscription de BLITTA sous l’étiquette de l’ancien parti unique Rassemblement du peuple togolais (RPT), puis coopté ministre des Travaux publics, des Mines et des Télécommunications du gouvernement de Koffi Sama le 29 juillet 2003.

À la suite du décès de son père survenu le 5 février 2005 et d’un coup d’État constitutionnel soutenu par l’armée et  son frère Kpatcha, il fut nommé président. Sous la pression de l’opposition, de l’Union africaine et de la communauté internationale, Faure Gnassingbé renonce d’abord à être président jusqu’au terme du mandat normal de son père et annonce des élections dans les 60 jours. Puis il renonce à la modification de la constitution votée en toute hâte au lendemain de la mort de son père pour évincer le président intérimaire. Enfin, le 25 février, il renonce à son mandat de président par intérim et se porte candidat à l’élection présidentielle. La légalité constitutionnelle est presque rétablie. Le président de l’Assemblée nationale évincé, longtemps bloqué par l’armée togolaise à la frontière béninoise, n’ayant pas pu malgré tout récupérer son poste comme prévu par la constitution.

Il est par la suite déclaré élu lors d’une élection contestée le 24 avril avec 60,6% des voix. L’opposition a vivement dénoncé l’irrégularité de ces élections et des affrontements entre partisans de l’opposition et forces de l’ordre et milice du RPT (parti au pouvoir avec le soutien de l’armée) ont eu lieu dans la capitale politique du pays. Ils auraient entraîné 800 morts parmi les opposants, selon la ligue togolaise des droits de l’homme et les enquêteurs de l’ONU.

La France, par la voix de son ministre des Affaires étrangères, s’est déclarée satisfaite de l’élection présidentielle. Le 3 mai, la Cour constitutionnelle confirme les résultats de l’élection.

Sa nomination en tant que président était déjà prévue, en raison du mauvais état de santé de son père. En décembre 2002, Gnassingbé Eyadéma avait fait amender la constitution du pays afin d’abaisser l’âge nécessaire pour être président de 45 à 35 ans, soit l’âge qu’avait son fils à cette époque.

Publicités

Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :