Consensus au CPDC ou marché de dupes ?

26 02 2009
(pascal bodjona, ministre togolais de la décentralisation

(pascal bodjona, ministre togolais de la décentralisation

Démarré depuis le 06 février 2009, le cadre permanent de dialogue et de concertation n’a pas fait de progrès, les participants ont pris près de deux semaines pour  rédiger  le seul règlement intérieur qui doit  régir les travaux du cadre.

Le seul  point qui a bloqué les travaux concerne la question de la facilitation.

(jean-pierre fabre,SG de l'UFC)

(jean-pierre fabre,SG de l'UFC)

Pour le RPT , parti au pouvoir, le principe est bon mais nous l’écrirons pas noir sur blanc mais rassurez-vous messieurs de l’opposition, en cas de blocage, le cadre fera appel à un facilitateur, mais pour l’heure, le président de la république étant le président du cadre il ne serait pas nécessaire de faire appel à un autre facilitateur parce que il n’y a pas deux capitaines dans un bateau, a dit entre autre le ministre Pascal Bodjona, représentant le chef de l’état au sein du CPDC.

Niet, a rétorqué l’opposition parlementaire ; la crise de confiance au sein de la classe politique est réelle, l’opposition n’a pas confiance en vous, de plus le chef de l’état est le président du cadre et  président d’un parti, alors il ne peut pas danser et s’apprécier. La question de la facilitation est légitime, a soutenu Jean Pierre Fabre de l’UFC.

(esso solitoki,SG du RPT)

(esso solitoki,SG du RPT)

 

Les deux partis campent donc sur leur position et patatras blocage dans les travaux, trêve de quelques jours puis reprise des travaux le 23 février sans grand résultat.

Le lendemain, le CPDC pond un communiqué, obtenu par consensus nous dira t- on,

Communiqué dont les termes restent flous pour le commun des togolais.

Et donc sur la question de la facilitation, le cadre saisit le président du dialogue qui est le président de la république, ce dernier discute avec les partis représentés au CPDC, le cas échéant, on  adresse un  recours à la facilitation, ainsi peut on résumer le communiquer du CPDC du 24 février   dernier.

En clair le communiqué au lieu de rassurer les togolais, les embrouille.

 

 

(dodji apevon,président du CAR)

(dodji apevon,président du CAR)

Il ne faut pas qu’au nom du consensus le cadre rédige  des communiqués caducs, qui ne répondent pas aux attentes des togolais.

La présidentielle approche à grand pas et c’est dans moins de douze mois maintenant.

Va-t-on assister au scénario de la côte d’ivoire avec des reports interminables parcequ’ on n’a pas pu faire les réformes constitutionnelles et institutionnelles  par manque de volonté ?

Les partis représentés au CPDC, vont-il s donner  raison à ceux qui pensent que ce cadre est mort né ? Affaire à suivre.

Publicités

Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :