Andoch Bonin »je veux mourir sur ma terre ».

23 03 2009

L’une des figures de la lutte pour la démocratie au Togo, Andoche Bonin comme la plupart de ces togolais futs contraint à l’exil. De retour au Togo depuis bientôt 3ans où il vivrait dans la clandestinité, le bouillant Bonin est sorti de sa cachette pour tenir une conférence de presse le 20 mars a brother home. Nous lui avons tendu notre micro…

 

Fabbi kouassi : vous êtes revenu au Togo parce que vous estimez que le fils est différent du père ?

 

Andoche Bonin : je suis rentré parce que je commençais par vieillir, je voudrais plutôt venir mourir sur ma terre que de le faire à l’extérieur.

(andoch bonin)

(andoch bonin)

 

Fabbi kouassi : vous aviez travaillé avec Eyadema comme chargé de mission, traducteur et interprète mais vous parlez de cette fonction comme d’une contrainte pourquoi ?

 

Andoche Bonin : j’avais travaillé avec Eyadema pour le Togo, j’ai travaillé pour servir mon peuple et en faisant ces trois années que j’ai faite à la présidence, j’ai particulièrement et personnellement énormément perdu mais ça à porter beaucoup de fruits.

J’ai été contraint effectivement, j’ai rencontré gnassingbé Etienne pour la première fois en 1975, j’étais rentré en 1970 d’Europe, en 1975 par le biais du sommet de la CEDEAO que j’avais organisé à Lagos, c’est là, il m’avait fait la proposition, j’ai dit non.

Jusqu’en 1979, quand j’avais été sommé d’accepter ou de quitter le pays. J’ai dû consulter nos aînés, docteur fiadjoé et docteur hospice coco. Ils m’avaient dit allez y on ne sait pas, peut être par vous nous réussirons à résoudre les problèmes du togo. Alors j’ai dit bon, qu’à cela ne tienne…

Mais quand j’étais allé à la présidence, tous les camarades qui me connaissaient savaient que je ne ferai pas trois mois. Je suis malheureusement brutal, parce que je ne sais pas mentir et étant là gnassingbé Etienne ne pouvait pas me subjuguer, non. Et que pour cela il me tuerait. Mais je suis resté, j’ai fait les trois années, trois années pénibles et j’ai dit mais non, il faudra que je quitte pour voir comment ensemble avec l’opposition qui était en Europe travailler pour retourner la situation

 

Fabbi kouassi : comment voyez vous l’avenir du Togo ?

 

Andoche Bonin : je crois que les choses sont aussi tristes qu’elles étaient au temps de gnassingbé Étienne et l’avenir du pays ne demeure qu’en nos mains.

Nous étions morts bêtement sans préparatifs sans rien, mais si nous nous apprêtons pour nous organiser pour savoir comment mourir ou ne pas mourir, je crois que cela apporterait un avenir brillant à ce peuple.

Et le peuple togolais, est un peuple très particulier dans le monde entier. J’ai fait le tour du monde à peu près dix fois le tour du monde jusqu’en Australie, jusqu’à Vancouver, mais je n’ai pas encore trouvé peuple travailleur, assidu, trop discipliné, beaucoup trop discipliné que le peuple togolais.

Alors si le peuple togolais avait une direction, un leadership je crois que, nous avons un avenir brillant et nous allons l’avoir même quand certains d’entre nous seraient déjà morts et nous ne mourons pas.

 


Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :