Un camion remorque provoque un grand embouteillage à Lomé.

4 04 2009

La petite colline de Tokoin hôpital a encore fait parler d’elle hier en début d’après midi.

Il sonnait treize heures quand les habitants de Tokoin hôpital ont sursauter, tellement le bruit qu’a fait ce camion remorque était assez retentissant à réveiller même un mort.

cam

Le camion n’a pu réussir sa montée de la colline, n’a pu réussir à faire une marche arrière. Dans sa manœuvre de vouloir retourner d’ou il venait certainement s’est carrément couché de toute sa longueur et de tout son poids sur la route créant ainsi un embouteillage.

Plus de peur que de mal, pas de blessé grave, de vie perdue. Certains voisins et exposants ont vite fait de courir pour trouver refuge dans un endroit plus sécurisant, les véhicules qui suivaient directement le camion ont eu la présence d’esprit de filer à toute allure pour le dépasser et avoir la vie sauve.

Le drame passé, difficile maintenant pour les usagers de circuler. Les agents de la police dépêchés sur les lieux pour réguler la circulation faisaient peine à voir.

Vu la petitesse de nos routes et le manque de volonté de la part de ceux qui peuvent dégager rapidement cette voie, le camion continuait son sommeil jusqu’au-delà de 18 heures.

Véritable enfer aux heures de pointe sur le tronçon protestant Assigamé.

La voie de Tokoin hôpital étant très empruntée, du coup l’embouteillage s’est répandu dans les autres artères de la ville.

Ceux qui rentrait par exemple à 19 heures ont pu regagné leur domicile à 21heures ou 22 heures.

 

Dans d’autres pays il est interdit aux gros camions de circuler tard dans la nuit. Au bénin voisin du Togo, c’est à partir de 22heures, et tous les conducteurs qui osent passer outre sont sévèrement sanctionnés.

Au Togo, tout est permis. Qu’à cela ne tienne, pourquoi mettre des heures, des jours, une éternité pour dégager une route empruntée par de milliers de  gens ?

Cet incident n’est qu’un parmi tant d’autres. Sur la nationale numéro 1, au niveau de la zone portuaire, les gros véhicules se couchent comme si les routes sont des dortoirs et personne ne s’en émeuve.

Pauvre togo.

Advertisements

Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :