Que fêtent les travailleurs togolais chaque 1er mai ?

5 05 2009

vailleurs1La scène nous  surprend surtout ces trois dernières années de voir les travailleurs togolais tout de blanc vêtus, célébrés avec faste le 1er mai comme s’ils avaient les meilleures conditions de vie et de travail disons plutôt  des  conditions minimum de vie et de travail. Et depuis trois ans nous nous demandons que fêtent – ils ? Que fêtent nos travailleurs ? Ce n’est pas parce que les travailleurs du monde entier surtout ceux de l’occident célèbrent avec joie le 1er mai que les africains doivent faire pareil surtout si ces africains s’appellent togolais.

Les conditions de nos travailleurs sont tellement déplorables au superlatif qu’on se rend compte qu’ils oublient eux-mêmes qu’ils survivent au lieu de vivre. Sinon comment célébrer le 1er mai à coup de fanfare, de défilés ?  Comment le célébrer en grande pompe  avec notre SMIG qu’on ne comparer qu’à nous même ?  Comment le célébrer avec des salaires qui ne sont en fait que des perdiems ?

Au lieu de se comporter à chaque premier mai, comme un terrien normal, un travailleur normal, c’est-à-dire décemment payé et respecté, nos travailleurs feraient mieux de faire du 1er mai une journée deuil pour repenser   leur vie et celle de leur progéniture. 

Le togolais à tendance à rigoler  même quand il subit la pire des humiliations. Pour une fois les syndicats doivent  prendre conscience et réorienter la célébration du 1er mai.

Mais les enseignants, le personnel  médical et tous les autres qui n’ont cessé de multiplier les mouvements de grève et de débrayage feraient mieux de rester chez eux, chaque 1er mai pour faire un examen de conscience.

Ce n’est qu’un prétexte ce fameux cahier de charge que les syndicats présentent aux autorités chaque 1er mai.

Ces dernières connaissent bien les problèmes des travailleurs puisque se sont elles mêmes qui les ont crée par conséquent elles n’ont pas besoin qu’on le leur rappelle chaque année, chaque 1er mai. Cela devient fatigant, redondant et cela fait trop cinéma.

Nous espérons que d’ici le 1er mai 2010, les travailleurs togolais prendront conscience de leur état d’exception, d’atypique,  état comateux et gravissime qui mérite silence et méditation et non fête et grand discours.

Advertisements

Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :