Togo, la commission électorale prête serment le 1er septembre.

26 08 2009
(k.walla)

(k.walla)

Les membres de la Commission Electorale Nationale Indépendante sont connus depuis bientôt une semaine. En effet l’assemblée nationale s’est planchée sur la question conformément au mémorandum de  Ouagadougou.

 Ils sont 17 membres, 5 pour le RPT, parti au pouvoir, 5 pour l’opposition parlementaire (CAR UFC), 3 pour la société civile, 3 pour les partis extra parlementaires (cooptés par les partis représentés au parlement)  et un de l’administration avec voix délibérative.

  Lire la suite »





Modification du code électoral réaction de L’UFC.

26 08 2009

L’Assemblée Nationale vient d’examiner le projet de loi soumis par le gouvernement pour modifier le Code électoral conformément aux conclusions des dernières discussions politiques qui ont eu lieu à Ouagadougou sous l’égide du Facilitateur du dialogue intertogolais, le Président Blaise Compaoré. Le Groupe parlementaire UFC tient à saluer une fois encore l’esprit d’écoute et la grande disponibilité dont fait preuve le Président du Faso pour aider au règlement de la crise qui mine notre pays. Lire la suite »





Togo, Affaire kpatcha Gnassingbé les avocats saisissent le parlement.

14 08 2009

En conférence de presse hier, les avocats du député de la Kozah, maîtres Djovi Gally et Zeus Ajavon ont informé l’opinion d’une correspondance qu’ils ont adressé au président de l’assemblée nationale Abass Bonfoh pour que le débat s’ouvre enfin sur ce dossier.

(djovi gally)

(djovi gally)

Depuis les évènements d’avril dernier où Kpatcha est accusé d’être le cerveau d’un présumé complot d’atteinte à la sûreté de l’état, l’assemblée affiche un silence coupable.

Quelques jours après la fusillade au domicile du député et son arrestation, les membres du bureau de l’assemblée nationale entièrement issus du parti au pouvoir dans une déclaration ont dit être disposé à accompagner les institutions pour que justice soit faite. Attitude que beaucoup de togolais ont trouvé scandaleux et irresponsable.

 

Depuis là, silence radio, aucun débat ne s’est animé pour demander la levée ou non de l’immunité parlementaire pour que justice puisse se faire comme le clame et le réclament certains.

Vivement que cette correspondance trouve écho auprès des élus de la nation.

 

De quoi les députés du pouvoir ont-ils peur dans ce dossier ? Kpatcha est un citoyen comme tout autre et pour pouvoir être jugé, il faut que son immunité puisse lui être ôtée. A moins que d’autres motifs se cachent derrière ce silence des parlementaires surtout du pouvoir, car ceux qui sont de l’opposition ont souhaité ce débat depuis le début de ces évènements.

Par ailleurs les avocats demandent toujours à voir leur client, ce qui ne se passe sous aucuns autres cieux où on parle de démocratie et de réconciliation. Après 4 mois d’incarcération, le député n’est toujours pas jugé, les avocats ne sont pas autorisés à le voir, c’est difficilement que sa femme au lendemain d’une lettre que le barreau de Paris a envoyé à son frère de président que madame Kpatcha et Toyi Gnassingbé, le frère de l’inculpé ont pu le voir.

A quoi cela sert de faire des textes , de ratifier d’autres à l’international si on ne veut les respecter et tailler d’autres sur mesure, à chaque situation ou chaque évènement ?

Certes il ne s’agit pas pour nous de défendre Kpatcha, après tout nous ne sommes pas avocats, mais si on a pu l’arrêter, lui fils du tout puissant dictateur Gnassingbé Eyadema, sous le règne de son frère, un autre fils du père, sans jugement, sans droit de visite, qu’adviendra t-il des pauvres togolais qui ne sont fils de président ou petit frère du président.

Les avocats de leur côté continuent par soutenir que ce dossier est vide et la justice ferait mieux de déclarer un non lieu, pour éviter qu’il n’y ait déballage et que des révélations puantes ne sortent.

Que nous réserve le Togo de toutes les énigmes ? L’avenir nous le dira.





Moov Togo dans le collimateur de l’état.

10 08 2009

Plus que quelques minutes et la société de téléphonie mobil Moov sera coupé. L’état togolais lui réclame 20 milliards de FCFA, rentrant dans le cadre du renouvellement de la licence. 20 milliards dont 10 à verser au plus tard à la mi-juin et le reste à payer de façon échelonnée avant fin 2009.

telephonie-mobile-togo-moovPour l’autorité de réglementation des télécommunications (ART),  Moov n’a payé aucun centime contrairement à Togo cellulaire qui doit 30 milliards de FCFA à l’état pour voir sa licence reconduite. Togocel a déjà payé 15 milliards et s’active à payer le reste la fin de l’année a soutenu le directeur de l’ART Monsieur Massina Palouki.

 

Pour l’état togolais la décision n’est pas de tuer la société Moov mais c’est sa façon de tirer cette affaire au clair et de voir si effectivement le groupe atlantique télécoms représentant la marque est-il toujours intéressé par le marché togolais ?

  Lire la suite »





Togo : encore un accord entre pouvoir et opposition parlementaire.

10 08 2009

Réunis à Ouagadougou la semaine dernière à l’invitation du facilitateur du dialogue inter togolais, Blaise Compaoré a rencontré la classe politique notamment les partis représentés au parlement. Cette réunion visait à consolider le dialogue entre les principaux partis politiques pour une présidentielle apaisée en 2010.

(blaise compaoré)

(blaise compaoré)

 Dans un communiqué rendu public, les délégations reconnaissent   la nécessité d’opérer des réformes notamment en ce qui concerne la composition de la commission électorale nationale indépendante (CENI) et ses démembrements, les conditions d’éligibilité à l’élection présidentielle et le mode de scrutin. Lire la suite »





« Je suis libre », les premiers mots de Nicolas Lawson.

2 08 2009
(nicolas lawson)

(nicolas lawson)

Le patron du PRR, le parti du renouveau et de la rédemption en pleine mésenvature depuis quelques jours vient d’être libéré sous caution.

Dans une interview qu’il a accordé exclusivement à légende FM, Nicolas Lawson soutien avoir été victime d’un complot, d’un traquenard et qu’il n’a pas été vigilant. Il accuse celle qui a déposé une plainte contre lui pour escroquerie de sorcière au service du diable.

Quant à sa candidature pour la présidentielle de 2010, le monsieur dit sans hésitation, « absolument, je serai candidat et je suis le seul capable de relever ce pays ». Lire la suite »