Faure Gnassingbé et la prise de la pierre sacrée.

10 09 2009

pierreNous sommes en périodes estivales et le Togo comme chaque année,  à pareil moment célèbre ses fêtes traditionnelles. Occasions de retrouvailles entre les fils qui partagent les  mêmes traditions à travers la revalorisation de nos us et coutumes.

Après donc, Agbogbozan, Ayizan, D’pontre et bien d’autres, le peuple Guin célèbre la prise de la pierre sacrée et comme on s’y attendait, Faure Gnassingbé et sa bande se sont transportés sur les lieux sans doute pour dire aux peuples Guins qu’il est avec eux.

(f.gnassingbé)

(f.gnassingbé)

Et d’ailleurs depuis quelques temps, le président proclamé du Togo, ne manque aucune occasion pour aller à Aného, soit pour voir les chefs traditionnels ou assister à une messe. Tous les moyens et tous les prétextes sont bons pour y aller et pour distribuer des espèces sonnantes et trébuchantes.

Pour rappel, en 2005, l’année qui a vu Faure venir  au pouvoir avec son cortège de 500 à 1000 morts, la ville d’Aného constitue l’un des épicentres des violences et plus dramatique, c’est à Aného que le chef a été jeté dans la rigole, sacrilège ont crié en ce temps les adeptes des religions africaines et les dieux du continent à ce qu’il paraît.

Et donc quand le fils du père se transporte dans cette localité et qu’on lui déroule le tapis rouge, les togolais ne comprennent pas nos chefs traditionnels, nos fameux garants des us et coutumes. Vraiment, l’argent peut tout acheter…

Et à chaque fois qu’il y va, toute honte bue il est reçu en prince. Les peuples du Togo sont ils maudits ?

Selon nos informations, c’est seulement à Togoville que le roi a eu le courage de dire à monsieur Gnassingbé quelques vérités et il lui aurait rappelé la manière la plus sanglante avec dont il s’est emparé du pouvoir. Il serait reparti très honteux.

Nous étions cet après-midi, sur la nationale n°2, (Assigamé- Hillacondji), celle qui mène à Aného, la plus trouée, une route méconnaissable où  le goudron a laissé place depuis à de la latérite au nom de la politique des grands travaux de Faure Gnassingbé. Et donc le spectacle était aberrant.

C’était tout simplement honteux de voir le cortège présidentiel avec les gardes et véhicules armés jusqu’aux  dents feinté les trous ou passé dans les trous. Plus tôt ce matin, une séance d’arrosage du tronçon a eu lieu mais la latérite ce n’est pas du goudron et malgré la tonne d’eau utilisée pour atténuer l’effet de la poussière, elle était au rendez vous. Même les séances de raclage de la voie pour éviter que les trous ne soient trop visibles ont été vaines.

J’imagine que le jeune président à le même sentiment de honte que les citoyens quand il passait sur la route « internationalement trouée » cet après midi.

Et parmi  les pauvres citoyens à qui nos fameux corps habillés demandent de la manière la plus brute qui soit  de céder le passage, une dame a eu le toupet de leur répondre,  vous n’avez même pas honte de nous dire ça, laissez-moi tranquille avec vos idioties… avant de grimper dans un taxi.

Et comme j’ai pris le même, les commentaires prouvent tout simplement que les togolais en ont marre d’être gouvernés par des gamins trop gâtés qui n’ont que faire de la souffrance du peuple.

Ainsi va le Togo au nom du père, du fils et des chefs traditionnels qui ne le sont que de nom.

Publicités

Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :