Le pouvoir togolais et la peur d’un scrutin transparent.

15 09 2009
(l.kolani)

(l.kolani)

Ce qui s’est passé hier à la Commission électorale nationale indépendante est digne d’un scénario de western. Le RPT (parti au pouvoir), est vraiment le champion des coups de force.

La commission s’est réunie hier pour élire son bureau directeur, notamment le président. Après de longues heures d’intenses et houleux débats, le consensus n’a pas été trouvé quant au choix du président de la CENI.

 Les travaux de la commission depuis la prestation de serment de ses membres sont dirigés par un bureau provisoire présidé par le doyen d’âge, en la personne de Jean Claude Atsu Homawoo de l’union des forces de changement (UFC) de Gilchrist Olympio.

Après les discussions, le président  clôture la séance et donc certains membres sont partis. Apparemment les membres du parti au pouvoir et leurs alliés y sont restés pour élire de la façon la plus unilatérale et incongrue un membre du PDR  de zarifou ayéva , repésenté à la commission sous le chapeau de partis extra parlementaire, comme le nouveau président de la CENI.

Les togolais ont été surpris de ce scénario et ne comprennent pas qu’on puisse lever une séance de travail et que des gens se retrouvent pour prendre des décisions à l’insu des autres notamment du président provisoirement désigné.il n’y a qu’au Togo qu’on peut entendre de telles inepties.

Et donc à supposer que le président du parlement togolais clôture une session à l’hémicycle, et que,les députés du CAR et de l’UFC , se retrouvent pour prendre des décisions, voire élire un autre président. C’est vraiment le monde à l’enver et c’est exactement ce qui s’est passé hier au siège de la CENI.

Pour ceux qui croient en l’organisation d’une élection transparente par le pouvoir en place se détrompent. Même si Faure Gnassingbé a déclaré qu’il va organiser une élection à la ghanéenne, ce qui s’est produit la nuit dernière démontre à suffisance que le parti au pouvoir n’a pas changé mieux il s’est empiré.

A l’opposition représentée à la CENI et à tout le peuple épris de liberté et de changement de prendre ses responsabilités.

Comme le règlement intérieur de la CENI, le prévoit, les décisions au sein de la commission doivent se prendre par consensus. Le recours à une élection reste une solution d’exception et les togolais ne comprennent pas pourquoi le RPT et ses  suppôts  sont si pressés jusqu’à opérés nuitamment pour mettre un de leur proche à la présidence. En plus ils ont eu le culot de convier la presse à constater le flagrant délit de vol, ou ce qui le ressemble beaucoup.

Quand, aux lendemains de la composition de la CENI, certains acteurs politiques ont crié que le parti au pouvoir se taille la part du lion numériquement avec 10 représentants contre 07 pour l’opposition certains ont trouvé qu’ils exagéraient.

Un petit tour à la commission et vous constaterez par vous-même qu’il suffit que les 05 représentants du parti au pouvoir adhèrent à une proposition pour que ceux de la CPP d’Edem  Kodjo et du PDR de Zarifou Ayéva fassent de même.

A la lecture de ce précède, Le RPT,  a deux solutions pour 2010, organiser la pire des massacres ou jouer la carte de l’alternance.

Malheureusement ils sont incapables de jouer franc jeu. Mais maudits soient ces togolais là qui tueront encore 500 ou 1000 de leur frère pour qu’une famille ou un clan reste éternellement au pouvoir.

Pauvre Togo, dieu te protège.


Actions

Information

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :