Quelques détenus de Kara recouvrent la liberté.

31 03 2010

Ils sont les victimes de la présidentielle du 04 mars dernier, ils sont arrêtés et jetés en prison,  accusés d’associations de malfaiteurs, tentative d’atteinte contre la sûreté intérieure de l’état,  et bien d’autres chefs d’inculpation  savamment concoctés par les autorités togolaises qui sont prêtes à tout pour garder le fils du père au pouvoir pour leurs vils intérêts.

 Douze militants des forces démocratiques connaissent les affres de la prison depuis plusieurs jours. Déférés à Kara contre toute attente et en toute violation de la procédure, étant donné que c’est la juridiction de Lomé qui les entendu. 05 parmi eux sont libérés dont Gérard adja, proche collaborateur d’Agbéyomé Kodjo. Ironie du sort, Emmanuel Atayi arrêté en même temps que lui et pour les mêmes motifs est toujours gardé à Kara. Comment le comprendre ? C’est illogique tout simplement mais au Togo comme certains ont le droit de vie et de mort sur le citoyen lambda, aux dernières nouvelles, il semblerait que le sieur Atayi a souhaité la présence de son avocat avant toute déclaration. Une position qui n’a pas plu au tout puissant magistrat qui a décidé qu’il soit de nouveau gardé au Guantanamo national selon l’appellation du président d’OBUTS. C’est cela la réforme de la justice made in Togo.

 Nos autorités ont-elles cédé sous les pressions du collège d’avocats, des organisations de défense des droits humains ? Les indices concordent. Et connaissant les pratiques du pouvoir en place on s’en étonne positivement.

 Surtout que le propre frère du fils du père, Kpatcha Gnassingbé est  arrêté pour plus ou moins les mêmes chefs d’inculpation.

 Selon nos informations les 07 autres seront relaxés d’ici la fin de la semaine.

 Pour ceux qui croient que les manifestations de rues et les autres actions entreprises par l’opposition ne font ni chaud ni froid à Faure Gnassingbé doivent se détromper.

 Comment qualifier ce pays où les gens peuvent se retrouver en prison pour leur opinion politique ? Certains accusés de distribuer des communiqués d’un parti politique dûment signés par le président de cette formation, d’autres soupçonnés de soutenir financièrement le mouvement citoyen pour l’alternance de Fulbert Attisso et de Guillaume Coco, d’autres encore mis en prison pour être en possession d’amulettes. Comme si la constitution du Togo interdit que les citoyens en dispose. Et en matière d’amulettes tous les togolais ou presque doivent se retrouver en prison y compris nos dirigeants


Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :