le gouvernement houngbo II est connu.

29 05 2010

Au Togo, le gouvernement est enfin publié. Après presque 03 semaines de consultations, le RPT au pouvoir depuis 43 ans et une partie de l’UFC de Gilchrist Olympio y figure malgré le désaccord du bureau national du parti.

Au total 32 ministres y compris le premier composent l’équipe de Faure Gnassingbé pour son deuxième mandat.

Il faut noter l’entrée des ministres d’une partie de l’UFC, la principale formation de l’opposition avec sept portefeuilles dont celui des affaires étrangères et de la coopération qui revient à Elliot Ohin, assistant de monsieur Olympio. Lire le reste de cette entrée »

Publicités




La pire gaffe de Gilchrist Olympio.

27 05 2010

L’homme a franchi le Rubicon en animant un point de presse au domicile de son feu père pour confirmer que lui et son cabinet acceptent de servir de béquilles au fils d’Eyadema Gnassingbé dans un gouvernement dit de large ouverture et de grande compétence.

 Gilchrist Olympio en complicité, en collaboration avec Faure Gnassingbé. Qui l’eût cru ?

Et pourtant c’est vrai, le fils du père de l’indépendance décide de sacrifier tant d’années de lutte, tant de togolais qui ont péri pour aider le fils de celui qui a régenté le Togo 38 ans durant et participer à l’assassinat de Sylvanus Olympio, père de Gilchrist Olympio. Un véritable film d’horreur que vivent les togolais. Lire le reste de cette entrée »





De quoi les togolais sont-ils coupables ?

11 05 2010

Depuis la réélection de Faure Gnassingbé, pour ne prendre que cet exemple récent, les togolais assistent à une recrudescence de la violence mieux  les togolais sont victimes d’une violence excessive de la part de ses propres police et gendarmerie. Plus que de la violence on y lit une certaine haine de la part des corps habillés dans leur relation sans doute conflictuelle avec les civils.

Dernier incident en date, la mort du jeune Zémidjan man et de la jeune dame (qui serait enceinte) que ce dernier transportait et qui ont périt par la faute des corps habillés.

De nos recoupements, c’est au petit matin de ce 08 mai, vers les 04h30 que l’incident s’est produit dans les environs du restaurant « OKAVANGO », non loin de « FIFTY FIFTY », l’une des artères de Lomé très animée les week end.

Il serait reprocher au conducteur de la moto de n’avoir pas la nouvelle plaque d’immatriculation et c’est pour cette raison qu’après une rallye qui ne dit pas son nom pour échapper aux tous puissants dieux du Togo que sont nos forces de l’ordre qu’un citoyen perde la vie sans que ces derniers ne s’en émeuvent. Lire le reste de cette entrée »





Les Européens disaient vouloir sortir le Togo de la crise; ils l’y ont enfoncé au contraire.

10 05 2010

(patrick Spirlet)

Les Togolais auraient pu, au lendemain de la présidentielle de mars 2010 et de la prestation de serment d’un président de la République nouvellement investi par la Cour constitutionnelle, pousser un ouf de soulagement et tirer leur révérence à l’Union Européenne tout en rendant grâce à Dieu. Si ce n’est pas le cas et si les Togolais sont restés sur leur soif et demeurés dans la crise après un si long chemin parcouru depuis la signature des 22 engagements en avril 2004, engagements ayant cependant pour finalité de sortir progressivement le pays de sa longue crise politique, en passant par la signature d’un certain accord politique global (APG) en août 2006, cela est dû à une certaine duplicité incontestable de l’Union Européenne qui dit une chose et fait son contraire. Ce que nous dénonçons sans mettre des gants. Lire le reste de cette entrée »





Togo, Contestation de la réélection de Faure, violences à Sokodé et Bassar.

10 05 2010

Ce dimanche devrait se tenir une marche du FRAC ( front républicain pour l’alternance et le changement) suivie de meeting à Sokodé et à Bassar pour contester la réélection de Faure Gnassingbé. Ces manifestations rentrent dans le cadre de la contestation des résultats de l’élection présidentielle du 04 mars dernier, qui a vu Faure Gnassingbé propulsé pour un deuxième quinquennat.

Selon nos informations les deux marches seraient interdites par les ministres Bodjona et Titikpina, sous prétexte qu’elles représenteraient un risque énorme.

A Sokodé, à peine rassemblés au siège de l’UFC (parti membre du FRAC), les manifestants ont été dispersés à coup de gaz lacrymogènes. Des motos et des vélos sont saisis.

Plus de peur que de mal, il n’y a pas eu de blessés graves, ni d’arrestations. Lire le reste de cette entrée »