Et si les Togolais étaient tous (des) corrompus ? Origines d’un fléau. Comment en finir..

1 08 2010

I. Le Togo, festin des hyènes.

Tout est palpable au Togo : la pauvreté, la maladie et la fausseté des uns et la démission des Autres, le tout dégageant une atmosphère invisible mais réelle une sorte de mauvaise aura

lugubre qui gène la respiration tant votre gorge se resserre instinctivement pour ne pas avaler l’impureté ambiante. C’est une réaction saine de votre âme qui vous avertit de ne pas succomber à ce désastre imperceptible dans lequel le Peuple Togolais se noie chaque jour un peu plus. Tous les Togolais sont corrompus, à titre passif ou actif. Je ne dis pas que tous les Togolais sont des corrompus. Nuance donc.

Je ne m’envolerai pas dans des considérations hypothético-déductives de haute volée comme savent le faire nos intellectuels internationalistes, ceux-là qui écrivent pour se faire voir de loin non par le Togolais moyen mais par l’Occident débauché, pourri et en début de putréfaction. Mais en quête de subordonnés endormeurs des peuples africains. En effet, nous ne sommes même pas au début du commencement. Mais nos cris et nos attaques verbales produisent de l’effet. Nous faisons sérieusement peur, nous inquiétons l’homme de la rue ! La conscience de l’occidental se lézarde, se fissure et bientôt va s’éclater à l’image d’un énorme barrage construit pour défier la Nature qui se venge en gonflant les cours d’eau de façon anormale, croit-on. Elle ne fait que remettre les choses à l’endroit ! La Tour de Babel fut anéantie; pourquoi pas un simple barrage fait de ciment! C’est après coup qu’on tissera des histoires, légendes et mythes, pour apaiser la conscience effrayée de l’homme impénitent à la mémoire orgueilleuse et oublieuse. Il y a dans notre nature humaine, des limites à ne pas dépasser. L’Occident les a franchies allègrement, et les conséquences sont si terribles en Afrique et ailleurs que l’inquiétude d’un châtiment brutal et inattendu ou d’une agonie lente et interminable commence à s’ancrer chez un nombre croissant de blancs. Eveil à la spiritualité vraie ou simple cas de conscience morale c’est-à-dire humaine dont le cerveau tournoie un instant puis retombe dans le gouffre profond et glauque des habitudes sociales de sa civilisation. Peut-être ces quelques blancs resteront éveillés un peu plus longtemps et pousseront un peu plus loin la réflexion; ils naîtront probablement alors à une vie éthique qui n’est, faut-il le rappeler, qu’un simple marchepied vers la spiritualité. Cependant, ils n’auront pas démérité. Il valent mille fois mieux que ceux qui veulent faire notre bonheur à notre place et nous assomment de ceci et de cela, de xxG et de xxx.ORG ; qui n’agissent en réalité que pour maintenir un ventre qui a peur du vide et assurer leurs vieux jours. De conscience, même morale, ils n’en ont pas et n’en ont cure.

Il y a donc parmi les blancs des hommes qui ont pris conscience du mal qu’ils nous ont fait et

nous font jusque dans les moindres détails de la vie quotidienne. Les touristes objectifs par

exemple, qui prennent peur devant les vices qu’ils nous ont pourtant inculqués. Peur, soit par

pur calcul égoïste soit par altruisme plutôt étonnant dans ce monde de grande turbulence. C’est le touriste objectif de coeur qui, sans se renier, repère nos vices et les déplore car il sait anticiper l’impasse absolue dans laquelle ces vices nous mènent faute d’une barrière efficace qui sanctionne, élimine ou limite les dégâts. Comme en Occident. De deus ex machina, croyez moi, il n’y en aura pas pour nous si nous persévérons dans ces vices qu’ont peut résumer par un mot en vogue : la corruption !

L’image qui vient à l’esprit, celle non des lions – qui étouffent leur proie avant de commencer

à s’en repaître lorsqu’ils savent qu’elle ne respire plus – mais bien d’une bande d’hyènes

dévorant à coups de crocs impitoyables l’animal qui court encore. L’Etat togolais, c’est le pauvre animal qui se débat en courant vainement parce que la meute à ses trousses ne cesse pas de grossir ; les bandes d’hyènes, ce sont les Togolais corrompus dont le nombre s’amplifie à tel point que forcément cela explosera. Comme le pauvre animal qui finira par tomber et cesser de se débattre. Après les hyènes, les vautours qui affluent et ne se

contentent pas seulement de tournoyer…Ces vautours sont les étrangers de toutes origines, de

toutes races, de toutes religions qui participent au festin de la déliquescence de notre cher pays le Togo. Voilà le sort qui nous attend.

II. Les officines officielles de la kleptomanie togolaise.

Je ne traite pas de toutes les formes de corruption. Je mets de côté la corruption absolue dont

l’acte central consiste à assassiner, comme on le fait si facilement au Togo. Cela s’appelle

sacrilège et ceux qui s’en réjouissent de près ou de loin sont des sacrilèges car ils violent le

principe de l’« homo res sacra est ». Je pointe du doigt cette corruption qui fait tant de mal au

budget de l’Etat et finalement à l’Etat lui-même c’est-à-dire vous et moi, et surtout aux plus

faibles. Cette corruption a un nom : la kleptomanie ! Le Vol de l’argent et des biens de l’Etat.

Oui, nous somme un pays de kleptomanie d’une purulence immorale indescriptible :

– on vole à la présidence de notre république devenue bananière. Ce n’est un secret pour

personne, tout a commencé un 13 janvier 1963 lorsque pour 300 000 CFA on assassina

le Président élu Sylvanus Olympio. On sait comment il ramassa dans la honte le gain de

sa forfaiture qu’on lui lança. On fait ça à un chien pas à un homme! Mais il n’était plus

homme! Cette forme de kleptomanie fondée sur le crime s’installa pour de bon en 1967.

Nombreuses sont les études, brillantes, qui l’ont décortiquée. J’y renvoie. L’occupant

actuel des lieux, le « 666 », n’a pas desserré l’étau. Très au fait du grand banditisme

international il perdure l’état de non droit et de prédation légué par le grand criminel de

Pya son père. Sa façon de vivre confirme la définition que le père avait petit à petit fini

par donner à l’Etat. Celle de louis XIV : « L’Etat, c’est moi ». par cette formule, on a

tout dit sur l’origine du fléau qui ronge la Nation tout entière. C’est là où réside la tête

du système qui ordonne et dirige la dépravation du sens de l’Etat et le pillage. Entouré

de ses conseillers qu’on voit et qui sont connus ou inconnus du public, ou qu’on ne voit

jamais. Comme le diable qui les inspire ardemment et qu’ils servent et remercient de

leur avoir vidé le coeur de tout scrupule, de tout sens moral, éthique, dignité et honneur.

Pourtant, ils se drapent des signes extérieurs de ces vertus qu’ils n’ont pas : cocarde et

autres pacotilles. Leur dérèglement se chiffre en centaines de milliards détournés et qui

privent le pays des infrastructures indispensables : routes, hôpitaux, écoles…. Autant

dire que c’est un Etat parallèle qui se porte bien même très bien mal an ou bon an.

Voyez l’embonpoint de ces hyènes qui le composent!

La présidence, c’est le siège de toutes les formes de corruption conçues et injectés dans

les esprits des subalternes. A la forme de violence physique accompagnant naguère le

pillage de l’Etat ont succédé des formes plus softs que sont le dol et la concussion. On

monte des projets-bidon et on encaisse l’argent de l’Etat sur des comptes privés; on

s’accapare d’une partie de l’apurement de la dette publique intérieure sans concerter

personne : banditisme inouï, arnaque, piraterie. Ce sont les signes d’une dictature

immorale, dévoyée et criminelle qui ne laisse aucune parcelle de la richesse du pays lui

échapper. Nous sommes dans un pays où les institutions ne servent qu’à amuser la

galerie internationale et à se moquer du Peuple Togolais ; – on vole dans les ministères, où soit sur ordre venu de la présidence soit à titre personnelle par tous les moyens possibles; la gabegie y bat son plein par surfacturation et sous facturation ; ou sous la forme de jouissance indue, si prisée des barons ministres – plutôt des larrons ministres oui ! Le cas d’un ancien ministre de très longue durée, de Pya et aujourd’hui décédé, qui a roulé jusqu’à son dernier souffler dans des voitures de l’Etat, qu’il faisait siennes. Et l’essence, demanderez-vous ? Pour être juste, je vais me renseigner car je ne sais pas… . ;- on vole dans nos ambassades à l’étranger. Il n’est que de voir leurs belles maisons construites dans leur village et dans les villes ; – on vole dans les douanes : à Hilakondji, à Aflao, à Cinkassé, à Kétao etc ; aussi bien

que dans le port, l’aéroport. Voyez l’opulence des douaniers souvent gros et gras, chez

qui il y a toujours à manger de bonnes choses importées acquise par vol ; champions du

recèle et du trafic en tous genres. Il n’est que de voir leurs possessions et leurs

réalisations (maisons, voitures etc.), fruits d’un enrichissement soudain et crapuleux

n’ayant aucun rapport avec le petit salaire aléatoire que l’Etat leur verse;

– on vole dans les gendarmeries, les polices, les camps militaires. Vous allez croire que

cela n’est pas important. Détrompez-vous, ce sont des budgets colossaux qui

s’évaporent au nez et à barbes des zouaves qui n’en volent pas le matériel qui leur

tombent sous la main ou simplement se rabattent sur les pauvres civiles sans

défense qu’ils rançonnent sans honte; – on vole dans les préfectures, plus sans doute qu’au temps des circonscriptions. Les chef-cirs, aujourd’hui soi-disant préfets, et agents spéciaux… Il y a de quoi instruire des procès pendant mille ans! Je n’abuse pas. Ah, les chef-cirs, ces petits fossoyeurs du développement local qui ont empoché l’argent des impôts en distribuant aux pauvres paysans des bouts de carton sans valeur sous prétexte que les vraies cartes d’imposition étaient épuisées! Et cela n’a pas cessé avec les préfets aux compétences incertaines, qui se succèdent si vite et nommés uniquement pour ruiner et pervertir les habitants. Népotisme !, vous avez trouvé le mot ; – on vole dans les banques, les sociétés et organismes d’Etat : en faussant les comptes tout simplement ; en réinjectant les vieux billets de banque retirés, et en blanchissant l’argent sale ; – on vole dans les collèges et lycées où les staffs violent à tour de bras leurs jeunes élèves dans leur bureau ; – on vole dans les hôpitaux et dispensaires de l’argent et du matériel. Anecdote. Dès l’enfance, cela me choquait déjà de voir mon petit oncle infirmier offrir des produits pharmaceutiques pris à l’hôpital où il exerçait. Cela me mettait très en colère et je grondais, moi le gamin! Cela l’amusait plutôt. Il riait et répétait « tout le monde le fait ! ». Il traîne aujourd’hui avec un coeur malade qui nécessite des produits que le même hôpital où il a exercé jusqu’à sa retraite ne peut pas lui fournir. Médicaments coûteux que sa pension de retraite – si irrégulière et si modique – ne peut pas payer…Et quand on fait l’effort de lui envoyer ces produits, cela n’arrive jamais. Victime d’une forme de corruption propre à la Poste de Lomé. Juste retournement des choses pour cet oncle malade? Etrange coïncidence en tout cas. L’énumération est loin d’être terminée et ceux qui ne sont pas listés ne doivent pas se réjouir. Ils pratiquent d’autres formes de corruption, comme par exemple la vénalité des charges qui consiste à prendre de l’argent en échange des services administratifs sollicité. La vénalités des charges est très prisées par les étrangers : libanais, syriens, pakistanais, indiens en tête mais aussi sarakolés, dioulas et autre haoussas, yoroubas et nagots ! Un marché colossal dont profite aussi tout quidam togolais argenté. Cela consiste donc à délivrer des documents administratifs. Il m’arrive de croiser des gens qui ont des papiers togolais, donc qui sont des Togolais ; tel cet assureur qui n’a pas hésité à m’exhiber son passeport togolais, lui que je prenais pour un Français. C’était un Libanais en fait! Il m’expliqua alors comment les *** sont arrivés au Togo. Togolais, pourquoi pas : mais si peu humain en affaires comme l’ont reconnu d’autres Togolais à peau noire de nos contrée profondes qui l’ont rencontré aussi. Et le Peuple Togolais Libéré dira : « Nettoyez-moi ça ! » Nous lui obéirons alors, avec zèle! Encore faudra-t-il que nous commencions par nous responsabiliser enfin…. J’ai esquissé une démarche, que les bonnes volontés armées de leur sens critique et d’observation méthodique continuent le travail et nous libre un peu plus de substance avec des données vérifiables et individualisées. Une délation pourquoi pas. C’est un civisme utile qui contribue à la salubrité morale dont nous avons besoin de toute urgence. Il me faut tirer une petite conclusion après cette petite liste des stations de la kleptomanie togolaise. Tous les Togolais ont volé, volent ou voleront l’argent et les biens de l’Etat par la faute du laxisme généralisé et insolent des « responsables » chargés de veiller à la bonne marche de la gestion de l’Etat. C’est donc un fléau national. L’élément pernicieux et alarmant de la kleptomanie togolaise reste sans conteste cette inconscience prononcée chez les grands détrousseurs de l’Etat. Par exemple, à la différence des prédateurs extrême-orientaux qui réinjectent leurs larcins dans les circuits de développement de

leur pays, les prédateurs togolais de haut vol pratiquent la thésaurisation « suissée » et dans les paradis fiscaux. C’est de l’argent qui sera difficile voire impossible à récupérer. Ce qui n’est pas le cas, direz-vous, des petits détourneurs togolais qui investissent dans la pierre et le

commerce. Je dis que tous sont condamnables et doivent l’être à partir du moment qu’il s’agit

du fruit issu de la corruption, une corruption à laquelle nous devons faire face dans l’immédiat

si nous voulons que les choses changent. A cet égard, un sursaut populaire et national peut et

doit être possible maintenant car tout cela offre un spectacle triste et affligeant dont témoignent l’état de nos route et l’indigence horrible de notre système de santé si délabré.

Aujourd’hui donc, plus rien dans les hôpitaux où l’on meurt d’une simple petite maladie quand on n’a rien pour graisser les pattes griffues d’un fauve en blouse d’une blancheur douteuse. Voilà le prix qu’on paye quand tout un pays a sombré dans l’inconscience généralisée. Nos misères d’aujourd’hui s’expliquent donc par nos actes négatifs. A nous de les enrayer si nous voulons survivre, dans la dignité au moins. En effet, c’est vraiment beau de se boucher les narines en parlent des autres. Or, il se trouve que personne aujourd’hui au Togo ne peut dire qu’il n’a jamais été un(e) corrompu(e), qu’il n’est pas un(e) corrompu(e), à titre actif ou passif. Toutefois, chacun(e) peut décider dès l’instant même de cesser d’être un(e) corrompu. Si elle ou il a compris la gravité de la situation désastreuse dans laquelle la Nation tout entière évolue. Je le dis avec amour mais avec une sévérité extrême. C’est à entreprendre dès l’instante si nous voulons vraiment qu’un jour nouveau advienne au Togo. Nos leaders doivent absolument mobiliser les troupes dans ce sens, avant qu’il ne soit vraiment trop tard. C’est notre part du Devoir national. Faisons la différence et laissons les « responsables politiques», vautrés dans la luxure, la corruption, l’incapacité et les sacrilèges de toutes sortes courir au sort funeste qui les attend. Cette engeance de vipèreslubriques n’a jamais réussi nulle part et cela ne sera jamais le cas au Togo.

III. La kleptomanie togolaise, fruit pourri des influences françaises historiques.

Ô M. le Président de la République élu, ô compatriote J.P. Fabre, si vous pouviez me laisser,

une seule minute, poser une petite question aux deux millions de nos compatriotes qui

accourent à votre appel lors de vos meetings ! Je dirais ceci : « Que celui ou celle qui n’a

jamais cédé à la corruption lève le doigt? » Nous ne sommes plus au temps du Togo allemand où tout le monde ou presque se serait levé d’un coup. La gestion rigoureuse des richesses du pays finançaient le développement de la colonie. Ce qui a conduit à faire du Togoland la muster kolonie, lit-on. Apparemment, nous avons perdu cet héritage, à cause sans doute de la petite période que les Allemands ont passée chez nous : trente ans. Une génération. C’est peu. Mais l’acte en lui-même fut puissant et fécond, en si peu de temps! C’est ce dont témoigne, véhiculée par la tradition populaire, une nostalgie très profonde dans de nombreuses contrées togolaises. Le passage si bref des allemands a donc marqué et imprimé un réel romantisme allemand dans les esprits. Surtout que dans leur si riche legs, ils nous ont offert des paysages d’un pittoresque qui vous remuent : des forêts de manguiers, goyaviers, de tecks… etc. Oh les tekeraies le long de la nationale, oh Sokodé et ses collines boisées de tekeraies si enchanteresses etc. etc. Les seuls ponts qui tiennent encore debout et en grande forme sont ceux construits par les allemands! Sans parler d’autre chose encore : les bâtiments et monuments. Ah, Mango et le fameux monument allemand surmonté de l’aigle impérial ! Malheureusement, nous n’avons pas fait fructifier ces dons allemands et la sauvagerie a repris le dessus. Il n’est que de voir le sort infligé à cet héritage pour s’en convaincre. Un malheur a donc frappé ce conte de fée : l’arrivée des Français à l’esprit sacrilège, corrompu et corrupteur. Ces derniers nous ont légué outre le mépris du travail manuel, le régionalisme, la paresse et le goût du sacrilège et du sang de ses propres compatriotes chez beaucoup hélas !

Ce sont ces français qui ont dévoyé le Togolais si travailleur et pointilleux au temps des

allemands. Le Togolais commença de perdre le sens de l’Etat avec leur arrivée. Et le Peuple se mit à voir en lui un grand Voleur, un prédateur, un Vampire qui le vide et anéantit ses efforts moraux et matériels. Un véritable fléau. C’est alors que le Togolais se mit à voler le Voleur c’est-à-dire l’Etat. Ce sont ces deux influences – allemandes et françaises( !)- qui luttent en nous aujourd’hui. Or

on peut dire qu’avec le régime de honte et de terreur de l’assassin du Président élu Sylvanus

Olympio, l’héritage allemand s’est effacé rapidement. Le Togolais perdit définitivement le sens de l’Etat jadis inculqué et accepté. L’assassin du 13 janvier 1963 plongea notre pays dans une nuit abyssale. Nos cris et hurlements sont devenus inaudibles au reste de l’humanité.

Allemands et Français : deux natures profondément opposées qui se haïssent cordialement.

Témoin les guerres qui les ont poussés à des affrontements inouïs et pousseront toujours. Lisez Mein Kampf et vous comprendrez l’avenir qui attend le monde occidental. Si Adolphe Hitler ne s’était pas mis à bouffer du Juif, croyez-moi, on ne serait pas arrivé à tant de malheurs chez nous. Que les Français ne comptent par sur nous ! Et nos ressources ne serviront plus à les relever, même si l’illusion de nous dominer pour l’éternité les berce encore. L’Allemagne n’a pas de pré-carré à vampiriser, mais voyez sa robustesse et sa vigueur

économique pendant que les dirigeants français s’empêtrent dans les scandales et le déclin,

fuyant la rigueur. Rigueur efficace d’Angela Merkel en face du laxisme français de toujours qui repose sur le pillage de nos richesses! Avec la collaboration de nos prétendus dirigeants et de leurs zélateurs qui sont si nombreux que je me demande qui est qui actuellement au Togo…La corruption s’est invitée et s’est installée si bien dans les esprits et les foyers qu’il faut craindre que le Peuple tout entier ne souffre déjà d’une gangrène étendue à tout le corps social. A qui irons-nous pour trouver le remède qui nous guérisse ? Vers la rigueur allemande de jadis ? Pourquoi pas même si nous savons que cette rigueur visait à promouvoir le bonheur des conquérants et que toutes les réalisations allemandes si rapides indiquaient clairement qu’ils étaient venus pour y rester et être servis. D’où une instruction limitée réservée à nos ancêtres et une certaine vie sociale fuyant la mixité. Ne rêvons donc pas trop. Les Allemands furent sans doute bons. Cependant, il faut être prudent car les allemands d’Adolphe Hitler n’étaient plus les Allemands connus jadis de nos ancêtres. A l’Allemagne romantique des Léo Frobenius, cet amoureux éperdu de l’Afrique, a succédé une Allemagne étrange, celle du nazisme, ravagée par la folie de Hitler. Je parie que notre sort n’aurait pas été meilleur avec l’Allemagne de ce type. Il n’est pas exclu qu’elle nous aurait fait arracher les manguiers et autres arbres plantés au temps des Allemand connus de nos vaillants aïeuls. Et réduire en esclavage. Son livre satanique le laisse prévoir, et le massacre des soldats africains par les nazis lors de la Deuxième guerre mondiale ne fait aucun doute à ce sujet. Et quel massacre ! Des tanks nazis qui roulèrent sur les soldats africains bien rangés, allongés et vivants ; et d’autres barbaries encore. Ce ne sont pas ces allemands que connurent nos ancêtres.

C’est une autre race, ces allemands nazis dont les descendants font rêver beaucoup de Togolais. C’est pourquoi, quand j’entends des compatriotes s’exciter au seul nom de l’Allemagne, je m’interroge. L’allemand d’aujourd’hui est raciste et nocif. Il réussira à vous faire moquer vos propres frères et soeurs à cause de la couleur de leur peau. A condition que vous soyez un peu plus clair de peau que vos frères noirs ! Je l’ai constaté chez nos compatriotes qui séjournent en Allemagne et fréquentent ses citoyens, en Allemagne où le Noir est mal vu en général. Nombreux sont les femmes noires délaissées par leurs maris allemands, toujours en quête de nouvelles victimes. Et que dire de ces femmes africaines dont l’esprit est dérangé suite à des pratiques sexuelles dégradantes d’un type jamais rencontré dans nos milieux ancestraux. Que dire aussi du tourisme sexuel des allemands d’aujourd’hui, avec ces bâtards qu’ils font un peu partout en Afrique. C’est ainsi qu’à lui seul, un allemand de ma connaissance fait chaque été une tournée Togo-Bénin-Burkina-Ghana-Cameroun, pays dans lesquels il avait séjourné autrefois comme coopérant et où il revient non pour revoir les bâtards issus de sa sexualité débridée mais pour se livrer encore et encore à des ébats coïtaux nouveaux et multiple. Je tiens à préciser que ce sinistre individu n’a jamais été un ami mais un simple camarade de bureau que j’ai vite fui lorsque j’ai compris qui il était. Il faut le dire, les allemands d’aujourd’hui sont un peuple malade et dangereux. Il n’est que de regarder certaines émissions consacrées sur les chaînes de télévision (Arte par exemple) au théâtre et manifestations artistiques modernes allemands pour s’en convaincre !

IV. La solution : renouer avec la Rigueur allemande du temps de nos Ancêtres !

Si nous voulons renouer avec l’Allemagne, ce n’est pas vers ces allemands dégénérés qu’il faut se tourner. Pour renaître à la vraie Allemagne de nos ancêtres, sillonnons le Togo et arrêtons nous devant l’héritage végétal et métallique ci-dessus évoqué. Nous avons le vieux warf allemand de Lomé, qui ne veut pas mourir malgré la rouille et surtout l’indifférence de nos « responsables » qui n’y voient pas l’intérêt qu’il y a à retaper cet héritage. Même ma vieille mère aimait s’y rendre et marcher jusqu’au bout malgré sa santé fragile! Je l’accompagnais bien sûr. C’est alors qu’elle revenait détendue et heureuse. Allons par exemple à Sokodé, montons au lycée technique et plaçons-nous au fond de la cour, au bord de la petite corniche et regardons en direction de Tchamba ! Nous voilà au-dessus de la frondaison d’une immense forêt de tecks à perte de vue. Panorama sublime, don de la colonisation allemande ! L’âme n’est plus la même, vous revenez tout à fait reposé et heureux. Vous pouvez aussi appréhender le même panorama sous un autre angle, lorsque vous revenez de Tchamba et à quelques km avant l’arrivée à Sokodé. C’est irrésistible par un coucher de soleil en saison des pluies ! Arrêtez-vous et laissez-vous imprégner de cette force vitale offerte gratuitement par ce panorama créé par les Allemands. C’est en des sites de semblable beauté qu’il faut s’y rendre pour renouer avec le fonds allemand qui vit peut-être encore en nous. Non pas pour nous endormir mais pour se réveiller et continuer nous-mêmes l’aventure de nos ancêtres au contact de ces Allemands qui nous ont légué un pays à aimer et à servir grâce au dénominateur commun de leur succès colonial chez nous : la RIGUEUR EN TOUT. Oui, toutes ces beautés laissées par ces Allemands anciens et qui nous enchantent tant ont été rendues manifestes grâce à la RIGUEU. Entrons en visualisation intense avec ces beautés et renaissons à cette vertu cardinale de la vie que ces Allemands anciens ont enseignée à nos ancêtres. Organisons des voyages initiatiques, dormons en face de ces sites et rêvons. Nous rentrerons alors en communion salutaire avec nos Ancêtres et nous serons à leur côté dans le dur apprentissage sous la férule de ces Allemands de la RIGUEUR qui nous aidèrent à forger en si peu de temps un pays si beau. Nous retrouverons alors le chemin perdu de la grandeur et du bonheur de vivre : la rigueur. Togolais(e), nous ne pouvons pas compter sur les autres, africains comme occidentaux car il y a des choses qu’ils ne peuvent pas faire pour nous même si nous leur payons des milliards! Comme l’a expérimenté un des nôtres. Non seulement ils empocheront nos milliards mais trouveront que cela n’est pas assez payé et s’établiront en maître chez nous pour nous asservir! C’est arrivé ailleurs. Si nous refusons de rendre service au pays que nous ont légué nos Aïeuls et les Allemands anciens, en cessant la corruption net et sec, nous ne verrons jamais de notre vie le jour tant attendu de délivrance de la tyrannie, ce désir national légitime si cher à tous les Togolais dans leur quasi totalité. Et nos morts ne seront jamais apaisés et honorés. On n’a rien sans rien. Rendons service pour ce que nous voulons. Nous désirons la Liberté et la prospérité, devenons vertueux et cessons la corruption. Il n’y a pas d’autre voie. En conclusion, le sursaut qui nous est nécessaire ici et maintenant consiste à obéir à une loi immuable de Dieu qui nous donne la Vie, à obéir à la Loi de l’équilibre fixé à ce monde de l’homme. Obéissons à Dieu ou continuons à souffrir de plus bel.

Agon PICDAGOU

NB. Je présente mes excuses à ceux dont le nom de famille est AGON. C’est une coïncidence

fâcheuse. Mon « prénom » est un mot grec


Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :