Le journal tribunal d’Afrique va en guerre contre le pouvoir togolais

27 10 2010

Le magazine béninois Tribune d’Afrique, très présent sur l’actualité togolaise, suspendu et condamné à payer une amende de cent mille euros, suite à un article écrit sur Mey, demi-frère de Faure Gnassingbé, mène actuellement un combat à l’échelle internationale pour faire pression sur le pouvoir togolais. Son rédacteur en chef, Max Savi Carmel entame une tournée européenne pour faire entendre sa voix auprès des organisations de presse et des droits de l’homme, dont Reporters Sans Frontière. En tout cas, c’est ce que laisse entendre son message envoyé sur le site de relais des journalistes togolais.

«Je suis donc arrivé depuis ce matin au sommet de la francophonie, à Montreux, en Suisse, après quelques jours à Londres où je travaille sur la situation de Tribune d’Afrique, suspendu au Togo définitivement et avec une amende de 100 000 euros. Nous avons, Marianne, la collaboratrice française du journal et moi, entamé une tournée en Europe, avec le MDI, l’équivalent anglais de Reporters Sans Frontières, pour parler de cette situation et surtout, organiser une pression sur le gouvernement togolais pour que la suspension soit levée. Nous avons le soutien de Reporters sans Frontières qui reçoit le journal Tribune d’Afrique ici en Suisse puis à Paris et qui nous a octroyé deux avocats pour l’appel », écrit Max Savi Carmel.

Le rédacteur en chef de Tribune d’Afrique essaie de mobiliser d’autres organisations dont Amnesty International et Survie. Il dénonce la situation actuelle de la presse au Togo après la reprise de la coopération.

« L’UE ne peut pas donner plusieurs milliards au Togo pour la modernisation de la justice et que les juges continuent de prononcer des peines politiques, exorbitantes et déraisonnables et la suspension définitive et à vie est inadmissible sous toutes ses formes », a-t-il encore écrit..

La suspension de Tribune d’Afrique aurait mis en chômage dix journalistes au Togo, selon Max SAVI Carmel.

Tribune d’Afrique a été suspendu et condamné à cent mille (100 000) euros d’amende pour avoir publié dans un article que le frère de Faure Gnassingbé, Mey Gnassingbé, chargé de mission à la présidence, serait mêlé à un trafic de drogue et fut interpellé aux Etats-Unis dans ce cadre.

Le tribunal l’a condamné en août. Le magazine a fait appel.

Lors du dernier classement Reporters Sans Frontières sur la liberté de presse dans le Monde, le Togo a été classé 60ème, devant le Sénégal et la Grèce.

source: www.icilome.com

Advertisements

Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :