Le moment est venu pour tous les pays de défendre les droits à l’eau et à l’assainissement.

23 03 2011

À l’occasion de la Journée mondiale de l’eau, Amnesty International engage chaque État à affirmer qu’il reconnaît les droits fondamentaux à l’eau et à l’assainissement. L’organisation demande à l’ensemble des pays de se joindre aux 47 nations du monde entier ayant coparrainé le projet de résolution, parrainé par l’Allemagne et l’Espagne, qui réaffirme le fondement juridique de ces droits humains et prolonge le mandat de l’experte indépendante nommée par le Conseil des droits de l’homme des Nations unies pour travailler sur cette question. Le Conseil devrait adopter le projet de résolution jeudi 24 mars.

Ce texte se situe dans le prolongement de la résolution prise par le Conseil en septembre 2010, qui reconnaissait ces droits comme étant juridiquement contraignants. En tout, 177 pays se sont précédemment prononcés en faveur de déclarations et résolutions internationales ou régionales consacrant les droits à l’eau et à l’assainissement. Malgré ce large soutien, un petit groupe de pays, dont le Royaume-Uni, résistent à l’intégration de ces droits aux résolutions des Nations unies. L’ensemble des États doivent demander avec insistance que les Nations unies réaffirment clairement et systématiquement les droits à l’eau et à l’assainissement.

Refuser de reconnaître ces droits est inadmissible. Ils sont essentiels à la vie et à la dignité. Les recherches effectuées par Amnesty International montrent invariablement que les personnes vivant dans des bidonvilles et des quartiers informels ont un accès limité voire inexistant à l’eau potable pour un usage personnel et domestique, ainsi qu’à des installations sanitaires de base. Cela a un effet néfaste sur l’exercice d’autres droits fondamentaux relevant de nombreux domaines de la vie quotidienne, en particulier les droits à un niveau de vie suffisant, à l’éducation, au travail, à la santé et à un logement convenable. C’est souvent bien pire pour les femmes que pour les hommes, car cet état de fait compromet les efforts déployés pour réduire les inégalités de genre, et expose les femmes au risque d’être victimes de violences liées au genre. Les personnes privées d’eau potable et d’installations sanitaires méritent que les États agissent conformément à leurs obligations juridiques en veillant à ce que tout un chacun ait un accès suffisant, sûr, bon marché, facile et de bonne qualité à l’eau et à l’assainissement.

Il est important que les États réaffirment à la fois le droit à l’eau et le droit à l’assainissement afin d’attirer l’attention sur ce dernier, car cela est fort nécessaire. Le Comité des droits économiques, sociaux et culturels des Nations unies a précisé que l’article 11 (1) du Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels recouvre le droit à l’eau et le droit à l’assainissement. Les programmes nationaux et internationaux visant à promouvoir « l’eau et l’assainissement » laissent souvent de côté l’aspect assainissement, et il est de plus en plus largement admis que celui-ci mérite qu’on y prête une attention particulière.

 Complément d’information

 La campagne Exigeons la dignité menée par Amnesty International vise à mettre fin aux violations des droits humains qui génèrent et aggravent la pauvreté dans le monde. Cette campagne mobilise des personnes dans le monde entier pour demander que les gouvernements, les grandes entreprises et les autres détenteurs du pouvoir écoutent la voix de ceux qui vivent dans la pauvreté et reconnaissent et respectent leurs droits pour mieux les protéger et les réaliser. Pour en savoir plus, rendez-vous sur les pages du site Exigeons la dignité.

 

Document public

****************************************

Pour obtenir de plus amples informations, veuillez prendre contact avec le Service de presse d’Amnesty International à Londres, au Royaume-Uni ; tél. : +44 20 7413 5566 ; courriel : press@amnesty.org.

Amnesty International, Secrétariat international, 1 Easton St., London WC1X 0DW, Royaume-Uni.

AMNESTY INTERNATIONAL

DÉCLARATION PUBLIQUE

 

Index AI : IOR40/004/2011

22 mars 2011


[1] Albanie, Allemagne, Andorre, Arménie, Bénin, Bosnie-Herzégovine, Brésil, Bulgarie, Chili, Chypre, Colombie, Costa Rica, Croatie, Espagne, Estonie, Finlande, France, Grèce, Guatemala, Honduras, Hongrie, Irlande, Islande, Israël, Italie, Jordanie, Lituanie, Luxembourg, Maldives, Maroc, Monaco, Nicaragua, Norvège, Palestine, Panama, Pays-Bas, Pérou, Pologne, Portugal, Roumanie, Serbie, Slovaquie, Slovénie, Suède, Suisse, Uruguay, Yémen

[2] Index ONU : A/HRC/16/L.4, disponible à l’adresse suivante : http://ap.ohchr.org/documents/E/HRC/d_res_dec/A_HRC_16_L.4.pdf

[3] En 2008, le Conseil des droits de l’homme des Nations unies a créé, au titre des procédures spéciales, un mandat en rapport avec l’eau et l’assainissement sous le titre d’« expert indépendant des Nations unies chargée d’examiner la question des obligations en rapport avec les droits humains qui concernent l’accès à l’eau potable et à l’assainissement ». Le projet de résolution que le Conseil doit adopter au cours de sa session en cours (la 16e) reconduira ce mandat pour trois ans sous l’appellation de rapporteur spécial.

Les procédures spéciales de l’ONU sont des mécanismes représentés par des experts indépendants des droits humains, qui examinent certaines questions à l’échelle mondiale, des situations spécifiques définies sur le plan géographique ou encore des groupes particuliers. Elles jouent un rôle crucial et souvent unique sur le terrain de la promotion et de la protection des droits humains.

Publicités

Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :