Colonel Massina: Un tortionnaire prêt à tout.

5 08 2011

La torture est devenue pour le Col. Massina, une distraction à l’Agence Nationale de Renseignements (ANR). Tous les détenus qui sont déjà passés par cette agence ne diront pas le contraire.

Non content des pires formes de torture qu’il a fait subir à ses concitoyens et de la perversité accrue dont il se réclame, ce militaire d’un autre siècle, en connivence avec certains vrais-faux confrères aux idées cafardes, sont en passe de comploter pour éliminer physiquement les journalistes engagés qui le critiquent dans son ignominie.

En effet, dans une correspondance vendredi dernier, un élément des corps habillés, ayant compris le rôle on ne peut plus important que joue la presse privée dans le processus de démocratisation du Togo , a informé certains journalistes d’un complot d’assassinat qui se préparait contre eux, à l’issue d’une réunion tenue le même jour par Massina en présence de deux autres journalistes qui sont ses complices. Voici les journalistes ciblés par le col. et ses hommes de mains: Ferdinand Ayité, Zeus Aziadouvo, Rodrigue Lawson, Carlos Kétowou, Fabi Kouassi, Jérôme Sossou, Gérard Woessan, Junior, Francis-Pédro, Justin Anani. La lettre relève également d’autres journalistes dont elle n’a pas mentionné les noms. Même si cette lettre se révèle être anonyme, ce qui est d’ailleurs normal dans le cas d’espèce, son contenu mérite d’être pris en considération. Lire le reste de cette entrée »

Publicités




Togo : Les journalistes défendent samedi leur intégrité physique dans les rues

5 08 2011

Il y a une semaine, l’association togolaise de défense des droits des journalistes, « Sos Journaliste en danger » sonnait le tocsin au sujet de menaces persistantes faisant état de velléités de porter atteinte à l’intégrité physique de certains confrères. Devant le mutisme de l’autorité publique devant ce cri du cœur, cette association a décidé de passer à une autre étape de ses actions de dénonciation.

« Depuis quelques temps, des informations persistantes font état de menaces réelles d’atteinte à l’intégrité physique et à la vie de certains journalistes jugés critiques vis-à-vis du pouvoir en place. Ces menaces qui proviendraient de l’Anr (Agence nationale de renseignement) et qui sont attentatoires aux libertés de presse et d’expression, ont été largement condamnées aussi bien par les associations de journalistes que par les organisations de la société civile et les partis politiques », explique un communiqué signé par le président de « Sos Journaliste en danger », Ferdinand Ayité.
Lire le reste de cette entrée »