Procès Kpatcha Gnassingbé, Amnesty International se prononce.

14 09 2011

13 septembre 2011

 

AFR 57/001/2011

 

Togo : Procès Kpatcha Gnassigbé : Les aveux extorqués sous la torture ne doivent pas être retenus

 

À deux jours du verdict du procès de 32 personnes, y compris Kpatcha Gnassingbé, demi-frère du

 

président togolais, Faure Gnassingbé, Amnesty International s’inquiète du fait que la Cour

 

suprême risque de prendre en compte des « aveux » qui auraient été extorqués sous la torture afin

 

de condamner certains des inculpés. Lire le reste de cette entrée »





Le procès Kpatcha Gnassingbé ou celui de la honte.

14 09 2011

« Je reviens  d’un enfer terrestre, j’ai vu le démon, j’ai refusé de lui serrer la main, il a un visage, son nom, massina yotrofei ». Voila l’une des révélations de ce procès qui  fait froid dans le dos à plusieurs togolais, révélations signées du  capitaine Dontéma, l’un des compagnons d’infortune de kpatcha Gnassingbé dans cette ténébreuse affaire de tentative d’atteinte contre la sureté de l’état.

Et revoilà l’état du Togo qui s’illustre dans des pratiques peu orthodoxes notamment la torture qui reste un crime imprescriptible mais qui est régit en mode de gestion à l’agence nationale de renseignements (ANR), presque tous les présumés se disent marqués par ce Guantanamo national avec à sa tête celui que Faure Gnassingbé à décorer le 27 avril dernier pour service rendu à la nation, le colonel Massina Yotrofei qu’un autre prévenu qualifie de « diable » et de « psychopathe », le Togo des diables et des démons. Même si le procès kpatcha Gnassingbé se passe en foulant au pied le respect élémentaire du droit, il a le mérite de mettre à nu le régime de Gnassingbé père et fils. Même si la sentence est connue du peuple, c’est-à-dire la plus lourde peine pour  le député de la kozah et ses comparses disons que le clan et ses fils sont victimes de leurs propres turpitudes. Lire le reste de cette entrée »