Togo, insécurité, la société civile monte au créneau.

15 11 2011

Depuis plus de trois mois déjà, certains quartiers de la capitale sont
le théâtre de crimes crapuleux et odieux commis sur des populations
notamment des jeunes femmes.
Plus d’une quinzaine de corps sont déjà retrouvés dans les banlieues
de la capitale, à Agoe, Adidogome et leurs environs. Les victimes,
pour la plupart du temps, sont vidées de leur sang ou mutilées et
amputées de leurs parties intimes.
C’est dans ce contexte que dans la nuit du 07 novembre dernier, les
nommés Tchedina Egbare, Nabede Pawoubadi, Lare Kokou Manka, tous
étudiants à l’Université de Kara, ont été enlevés nuitamment par des
agents de sécurité. Lire le reste de cette entrée »

Publicités