le collectif sauvons le togo met en garde François HOLLANDE contre un soutien à la dictature au Togo.

10 05 2012

Le Collectif «SAUVONS LE TOGO» salue l’incontestable et démocratique élection de Monsieur François HOLLANDE à la magistrature suprême en FRANCE. Au-delà de la personne du nouveau président français, du parti socialiste qui a cru en lui et l’a soutenu tout au long de cette aventure électorale et des millions de Français qui lui ont accordé leur suffrage, c’est la victoire de la démocratie, le pouvoir du peuple par le peuple et pour le peuple.

L’élection de Monsieur François HOLLANDE le 06 mai 2012 en FRANCE, fait suite à celle de Macky SALL au SENEGAL le 25 mars 2012. Deux processus électoraux que salue le Collectif «SAUVONS LE TOGO» et tous les démocrates du monde entier, car ils ont répondu aux aspirations profondes des peuples et aux critères d’élections libres, transparentes et démocratiques.

Si la France, à certains égards, mérite son qualificatif de pays respectueux des Droits de l’homme et de la démocratie, il faut reconnaître que les exemples d’élections crédibles comme au  SENEGAL ne sont pas légions sur le contient africain.

L’arrivée de Macky SALL à la tête du SENEGAL prouve, à suffisance, que l’Afrique peut organiser des élections non truquées et qu’elle est mûre pour la démocratie, contrairement à ce qu’affirmait il y a une vingtaine d’années l’ancien président français Jacques CHIRAC. Nul doute donc que les normes démocratiques sont universelles et doivent s’appliquer, comme telles, dans les Etats qui se veulent de droit.

Le Collectif «SAUVONS LE TOGO» espère que l’avènement de François HOLLANDE, à la tête de la République française, va ainsi sonner le glas des chefs d’Etat que la  puissance colonisatrice a toujours imposés par des coups d’Etat, des modifications scélérates des Constitutions, des élections frauduleuses sur le continent africain contre la volonté des peuples, créant ainsi des situations dramatiques, causes de la plupart des soulèvements sociopolitiques.

Le cas du Togo reste assez pathétique, édifiant et à nul autre pareil, car le peuple togolais depuis le processus de démocratisation des années 1990, n’a jamais connu d’alternance faute de scrutins transparents et démocratiques. Lire le reste de cette entrée »

Publicités




Le collectif « sauvons le Togo » dénonce la crispation de la vie socio politique.

3 05 2012

Le Collectif «SAUVONS LE TOGO», après une analyse minutieuse de l’évolution de la situation sociopolitique au Togo depuis un certain temps, constate avec regret l’autisme et la détermination du pouvoir en place à cristalliser l’impunité, à persister dans la malgouvernance et à vouloir opérer un passage en force lors des prochaines élections, le tout dans un environnement sociopolitique fortement crispé, avec comme points d’orgue la falsification du Rapport de la CNDH, la Crise à l’université de Kara, la prétendue dissolution du RPT et ses conséquences sur la vie politique.

Sur rapport de la cndh

Le 18 février 2012, le gouvernement togolais a rendu public une version falsifiée du rapport de la CNDH sur les actes de torture commis sur les 32 accusés dans l’affaire de la tentative d’atteinte à la sûreté intérieure de l’État.

Suite à ce comportement caractéristique de gangstérisme d’Etat, il y a eu une forte protestation des Organisations de la Société Civil et des formations politiques, pour demander, non seulement que les auteurs de cette falsification soient identifiés et punis, mais aussi que les tortionnaires fassent l’objet de poursuites pénales, et surtout que le gouvernement qui s’est rendu coupable d’une telle forfaiture puisse purement et simplement rendre le tablier.

A la suite de cette condamnation tous azimuts sur le plan national, beaucoup d’organismes internationaux ont également fustigé ce scandale. Lire le reste de cette entrée »





le RAJOSEP préoccupé par le climat d’insécurité dans lequel les professionnels des médias exercent au Togo

3 05 2012

« Plus vous prétendez comprimer la presse, plus l’explosion sera forte. Il faut donc vous résoudre à vivre avec elle », disait François René de CHATEAUBRIAND. Cette pensée de cet écrivain français semble bien coller aux réalités que vit la presse privée togolaise.

Le Réseau africain des journalistes sur la sécurité humaine et la paix (RAJOSEP) constate avec amertume un recul notoire de la liberté de presse en cette année 2012.

Le RAJOSEP note que cette année est marquée d’une part par des menaces, agressions et/ou traitements inhumains et dégradants infligés à des journalistes sur les lieux de reportages et d’autre part, des pressions sur des organes de presse.
En l’espace de quatre (4) mois, la presse privée togolaise a été victime de trois (3) faits ostentatoires à la liberté de presse au Togo.

Le vendredi 27 Avril 2012, lors d’une manifestation publique, le journaliste Noël Kokou TADEGNON, correspondant de Reuters TV et le Cameraman Didier ALI de TV7 ont été dans la ligne de mire des forces de l’ordre. Alors qu’ils n’exerçaient que leur travail de reporter, ces deux professionnels de médias se sont vus confisquer leurs matériels. Le journaliste Noël Kokou TADEGNON avait au préalable reçu un coup sec à la nuque. D’autres journalistes ont échappé bel à la répression organisée à leur endroit par des policiers. Des recoupements révèlent que cet acte répréhensible a été savamment planifié. Lire le reste de cette entrée »