Me Raphaël Adzaré-Kpandé : « Notre cause est juste, elle est noble ».

5 07 2012

Mis en examen pour dégradation et destruction de bien privé et public et complicité de violence, les responsables du CST ont comparu ce lundi et mercredi matin devant le juge qui leur a notifié les charges. Le juge a bouclé l’audience préliminaire pour Zeus Ajavon et Jil-Bénoit Afangbedji mais le dossier de Raphaêl Adzaré-Kpa…ndé est renvoyé sur ce jeudi matin. Car ce dernier n’est pas poursuivit comme les autres sur les mêmes evénements du début du mois dernier. Le juge a renvoyé l’affaire pour prendre connaissance du dossier.
Mais Me Raphaël Adzaré-Kpandé, président de la Ligue togolaise des droits de l’Homme et membre du CST trouve que leur inculpation n’est pas juridiquement tenable et a mis en garde les juges véreux qui servent de béquilles pour le pouvoir.
« Juridiquement ce dossier ne peut pas tenir. Pourquoi ? Parce que le régime de complicité est clairement définit par l’article 14 de notre code de procédure pénal et donc aucun responsable du CST n’a donné d’instruction, n’a fourni de renseignement, il n’a participé, parce que la participation suppose l’accomplissement des actes matérielles pour la consommation de l’inflation. En aucun cas, cela n’a pas existé et donc juridiquement ce dossier ne peut tenir.
Mais si je devrais m’adresser au doyen des juges d’instruction, je devrais lui rappeler que les dispositions de l’article 13 de notre constitution qui reprend les principes de la séparation des pouvoirs. Ensuite, lui rappeler l’histoire récente de notre pays parce que en tant que doyen des juges d’instruction, il ne doit pas recevoir d’instruction de qui que ce soit.
Il doit être maître de sa décision. Nous savons ce qui s’est passé un peu dans ce pays. Les gens en ont fait, ils ont payé les conséquences. Nous avons l’ancien Procureur de la République Robert Bakaï et le président de la Cour suprême, le juge Abalo Pétchélébia.
Et si les magistrats, ne veulent pas rendre service je pense que chacun aura son tour chez le coiffeur.
Mais on était tous prêts à répondre ou à attendre ce qui va se nous arriver. La cause que nous défendons est juste, c’est une cause noble. Si c’est cette cause qui doit nous conduire aux fins fond d’une prison, nous sommes prêts à y aller. Allez leur dire ça ».

Advertisements

Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :