Y-a-t il quelqu’un à la Primature ?

5 07 2012

Depuis que l’onusien, le Premier ministre Gilbert Fossoun Houngbo s’est rendu compte que le Togo est un pays atypique et que tous les plans qui marchent forcément ailleurs sont naturellement plombés au pays des Gnassingbé, l’homme s’est totalement rangé, résigné et n’est désormais que l’ombre de lui-même.
«En six mois, je changerai le quotidien des togolais», a déclaré avec enthousiasme, voire un sentiment d’exaltation l’ancien directeur du Programme des nations unies pour le développement en Afrique avec rang de secrétaire adjoint des Nations Unies, Gilbert Fossoun Houngbo, quand il prenait la clé de la primature au Togo en 2008. Très vite, il s’est mis en jogging rompant ainsi avec la tradition des vestes de ces prédécesseurs, lorsqu’il allait visiter par exemple le pont affaissé d’Amakpapé. Sur le terrain politique, l’on le sent plus présent, bref sur tous les fronts et même dans le domaine sportif, quand le drame de Cabinda s’était produit, ces sorties médiatiques pour remettre le président de la Confédération africaine de football, Issa Hayatou dans sa carapace, ont édifié nombre de Togolais. Alors tout le monde lui accordait le bénéfice du doute. Serait-il le Messie ? En tout cas c’est le «wait and see». Lui, il continue. Il se bat comme un beau diable dans l’eau bénite pour relever le défi. Il sait que la tâche sera difficile, mais Gilbert Houngbo fonce tout de même. Et quand il n’en pouvait plus, et qu’il s’est rendu compte que le Togo est un pays atypique et que tous les plans qui marchent superbement bien dans les nombreux pays qu’il a eu à visiter pendant qu’il était encore en fonction dans les Nations Unies, que ces plans seront toujours et toujours plombés au pays des Gnassingbé, ses rêves se sont effondrés comme un château de cartes. «Quand tout vous lâche, accrochez-vous à l’essentiel », dit-on souvent. Alors avec arme et bagage, il a rejoint en 2010 la tanière du Rpt de l’époque, quand il a déclaré battre campagne pour Faure Gnassingbé. C’est alors fait, il a avoué son impuissance, voué un culte pour l’ancien système. Le Messie ou le Tarzan qu’on redoutait s’en sort du duel avec bras et pieds fracassés. Il n’est désormais qu’un atrophié politique. Pire, il démissionne totalement de ses attributions en faveur des « Trois Mousquetaires » que sont les ministres Pascal Bodjona, Arthème Ahumey-Zunu, Dokissime Gnama Latta qui, voyant que le capitaine n’est plus que l’ombre de lui-même, que le Premier ministre a laissé ses prérogatives à qui veut les prendre et que la nature a horreur du vide, ils se les saisissent pour aller eux, de distorsions en distorsions, de contorsions en contorsions, de cacophonies en cacophonies… N’ont-ils peut-être pas raison quand leur patron, un Premier ministre de la République brille par son silence devant tout ce qui se passe actuellement au Togo ? Des déclarations de va-t-en-guerre des acteurs politiques et surtout des erreurs d’appréciation des événements de certains de ses ministres, (c’est le vent qui a emmené les gaz à l’église) Gilbert Houngbo n’est jamais monté au créneau pour les rappeler à l’ordre comme le ferait avec empressement Jean Marc Ayrault, le Premier ministre français. La seule chose qu’on tente de nous faire croire est que Gilbert Houngbo est très attaché au dialogue sans qu’aucune action visible, qu’aucune disposition d’esprit pouvant conduire à ce dialogue ne soit décelable. Sinon comment comprendre, l’empêchement de la tenue du meeting du Cst du dimanche dernier à son insu ? Cette situation a obligé le coordinateur du collectif Zeus Ajavon à menacer de ne plus participer à aucun dialogue. A la question de savoir qui est le Premier ministre togolais, un élève de CM 2 dit sans hésiter : « C’est Pascal Bodjona». Cela veut tout dire, puisque ce dernier est plus présent sur les grands événements, mieux que son chef. Gilbert Houngbo n’est désormais qu’un Premier ministre des audiences. C’est seulement à ces occasions, qu’on se rappelle que quelqu’un officie à la primature. Après, plus rien. Vivement que les membres du Collectif «Sauvons le Togo» soient reçus en audience pour que la crise sociopolitique trouve un dénouement heureux.
Sylvestre Beni

Publicités

Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :