togo: Le pouvoir de faure gnassingbé en turbulence.

16 07 2012

« Il n’y a aucune divergence » entre le chef du gouvernement, Gilbert Houngbo et le président de la République, Faure Gnassingbé comme certains « médias nationaux et internationaux tentent de le faire croire ». En effet.
Aucun PM de ce régime ne sort de cette fonction avec des v
estes propres. Cest pas parce qu’on a démissionné qu’on est contre ce qu’on a hier tramé, organisé, décidé, réalisé, géré avec toutes ses forces. La démission n’est aucunement une porte vers l’absolution politique. Pour cela, il en faut plus de démonstration médiatique délibérée.
Le changement à la tête du gouvernement se fait naturellement de façon noble par la démission, de façon moins honorable par la motion de censure.
On ne change pas de gouvernement seulement parce qu’il y a des divergences, mais souvent parce qu’on veut replacer les pions pour affronter les enjeux incertains avec les soldats qu’il faut. Dans le cas du régime, je peux comprendre qu’il veuille mettre un personnage doté de dure carapace politique pour affronter les élections législatives sur font de protestations et de répressions, avec un « nouveau-ancien-parti ».
On avait déjà vu cela avec Eyadema qui, pour affronter les présidentielles 2003 auxquelles le président ne devait pas se présenter, décida en Août 2000, de mettre Agbéyomé Kodjo à la tête du gouvernement, en remplacement du moins politique politisé Eugene Koffi Adoboli(*). A ce dernier on avait fait appel seulement pour donner une image civile et intellectuelle au régime, ce qui aura été finalement aussi pour l’actuel PM démissionnaire. On se souvient que juste après sa nomination, Agbéyomé Kodjo annoncera le 30 August 2001 (*) et réalisera les changements constitutionnels nécessaires pour que le Président sortant puisse briguer un nouveau mandat. Même si divergence il y a, ce serait seulement querelle de salon.
Cela dit, le peuple togolais sait pardonner car il sait ce qu’il veut et où il veut aller. Si quelqu’un veut vraiment regagner les justes causes du peuple, il n’aurait qu’à attraper clairement, ouvertement, sans gants, cette main en permanence tendue par le peuple et donc se prononcer publiquement sur ses regrets, renonciations ou rejets. Si non, Le reste n’est que du bla bla journalistique qui à mon sens, n’aurait rien à voir avec les réalités politiques, ce qui se préparerait réellement au sommet de l’Etat, au fin font d’un régime en turbulence.

Source: Léon AZO

Publicités

Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :