Gilbert Houngbo part sur un bilan décevant

20 07 2012

7 septembre 2008-11 juillet 2012, presque quatre ans que Gilbert Fossoun Houngbo a passé à la tête de la primature. Aujourd’hui, il quitte ses fonctions la tête basse, tant il est vrai que les attentes des Togolais placées en lui étaient grandes vu sa posture de Haut fonctionnaire des Nations Unies, un titre qui ne lui a pas suffi pour redonner confiance au peuple togolais.

«En six mois, je changerai le quotidien des Togolais». Cette phrase est de l’ancien Directeur du Programme des Nations Unies pour le développement (Pnud) avec rang de Secrétaire Général Adjoint des Nations Unies, le Premier Ministre (PM) démissionnaire Gilbert Fossoun Houngbo, lorsqu’il prenait en septembre 2008 la clé de la primature au Togo. Très tôt, le grand technocrate s’est mis au travail rompant un peu avec la bureaucratie en étant plus présent sur le terrain. Déjà, sa feuille de route est claire, surfer sur son statut international pour redonner une autre image du Togo, ternie par les malheureux évènements d’avril 2005 (on parle de 800 à 1000 morts c’est selon) qui ont mis le Togo sur le banc de la communauté internationale. Ce rôle, Gilbert Fossoun Houngbo a pris son courage à deux mains pour le faire, c’est-à-dire panser les plaies du Togo et soigner son image écornée. Aussi était-il guidé par les principes, les valeurs et surtout le sens du patriotisme très poussé. Dans sa détermination, il a réussi à gagner la reprise de la coopération par la confiance en lui placé par les partenaires techniques et financiers du Togo. Lire le reste de cette entrée »

Publicités