Le Collectif Sauvons le Togo, exige le départ de Faure Gnassingbé et lance Deckon 2 bis.

5 09 2012

Face aux répressions barbares et sauvages de ses manifestations des 21 22 et 23 août 2012 derniers, le Collectif « Sauvons le Togo » a lancé un mouvement de désobéissance civile sur tout le territoire. En effet, dans un contexte sociopolitique marqué, par la duplicité vis-à-vis des acteurs politiques, le pillage des ressources financières et minières du pays, le refus manifeste d’opérer les réformes politiques, le régime de Faure GNASSINGBE, dans sa logique de conservation du pouvoir, se rend coupable de coup de force permanent contre la volonté du peuple. Par ces répressions, le pouvoir en place a franchi le Rubicon et s’est irrémédiablement disqualifié à diriger le Togo. Il tombe de ce fait, sous le coup des dispositions pertinentes de l’article 150 de notre Constitution qui dispose entre autres :

« En cas de coup d’Etat, ou de coup de force quelconque, tout membre du gouvernement ou de l’Assemblée Nationale a le droit et le devoir de faire appel à tous les moyens pour rétablir la légitimité constitutionnelle, y compris le recours aux accords de coopération militaire ou de défense existants.

Dans ces circonstances, pour tout Togolais, désobéir et s’organiser pour faire échec à l’autorité illégitime constituent le plus sacré des droits et le plus impératif des devoirs.

… »  

C’est à ce titre que le peuple souverain, répondant massivement à l’appel du CST à la désobéissance civile, ne cesse d’exiger  le départ pur et simple de Faure GNASSINGBE dont la présence, au sommet de l’Etat, constitue une menace pour la paix civile, l’unité nationale et un frein à l’alternance démocratique. Lire le reste de cette entrée »