Togo, après près de douze (12) heures d’interrogatoire, Jean Pierre Fabre et Abass Kaboua inculpés avec interdiction de sortir de Lomé la capitale togolaise sans une autorisation du juge.

13 03 2013

28928Comme il fallait s’y attendre dans cette enquête « made in Togo », ouverte aux lendemains des incendies qui ont consumé les marchés de Kara et de Lomé au début du mois de janvier, la boucle vient d’être bouclée avec l’inculpation de presque tous les responsables du Collectif Sauvons le Togo (CST).

Apres Agbéyomé Kodjo, Gérard adja, Zeus Ajavon, Jil Benoit Kossi Afangbedji et Raphael Kpande Adzare, « le club des inculpés » dans le dossier des incendies vient de s’agrandir avec jean pierre Fabre, Président de l’Alliance Nationale pour le Changement (ANC) et de Fréderic Abass Kaboua, Président du Mouvement des Républicains Centristes (MRC) de faire face à la justice aux ordres de monsieur Faure Gnassingbé.

Près de douze (12) heures d’horloge d’interrogatoire, ponctuées de perquisitions tous azimuts aux sièges et aux domiciles respectifs des deux responsables sans oublier le passage devant le juge d’instruction où Fabre et Kaboua se sont vus notifiés leur inculpation qui n’est pas une surprise.

De sources proches du dossier, cette séance de questions réponses qui est en fait une trouvaille pour humilier les responsables du CST, révèle une fois de plus que les services et institutions de la nation restent inféodés à la clique minoritaire au pouvoir qui s’en sert pour régler des comptes aux adversaires politiques.

Chaude ambiance en tout cas ce 12 mars 2013 avec le tonitruant Abass Kaboua qui n’a pas manqué de dire aux zélés gendarmes du Service de Renseignements et d’Investigations (SRI) « qu’ils sont plutôt des milices à la solde du régime et qu’une armée bourrée d’individus de cet acabit reste un danger pour la république » à en croire plusieurs sources des sources. Lire le reste de cette entrée »