Togo, après près de douze (12) heures d’interrogatoire, Jean Pierre Fabre et Abass Kaboua inculpés avec interdiction de sortir de Lomé la capitale togolaise sans une autorisation du juge.

13 03 2013

28928Comme il fallait s’y attendre dans cette enquête « made in Togo », ouverte aux lendemains des incendies qui ont consumé les marchés de Kara et de Lomé au début du mois de janvier, la boucle vient d’être bouclée avec l’inculpation de presque tous les responsables du Collectif Sauvons le Togo (CST).

Apres Agbéyomé Kodjo, Gérard adja, Zeus Ajavon, Jil Benoit Kossi Afangbedji et Raphael Kpande Adzare, « le club des inculpés » dans le dossier des incendies vient de s’agrandir avec jean pierre Fabre, Président de l’Alliance Nationale pour le Changement (ANC) et de Fréderic Abass Kaboua, Président du Mouvement des Républicains Centristes (MRC) de faire face à la justice aux ordres de monsieur Faure Gnassingbé.

Près de douze (12) heures d’horloge d’interrogatoire, ponctuées de perquisitions tous azimuts aux sièges et aux domiciles respectifs des deux responsables sans oublier le passage devant le juge d’instruction où Fabre et Kaboua se sont vus notifiés leur inculpation qui n’est pas une surprise.

De sources proches du dossier, cette séance de questions réponses qui est en fait une trouvaille pour humilier les responsables du CST, révèle une fois de plus que les services et institutions de la nation restent inféodés à la clique minoritaire au pouvoir qui s’en sert pour régler des comptes aux adversaires politiques.

Chaude ambiance en tout cas ce 12 mars 2013 avec le tonitruant Abass Kaboua qui n’a pas manqué de dire aux zélés gendarmes du Service de Renseignements et d’Investigations (SRI) « qu’ils sont plutôt des milices à la solde du régime et qu’une armée bourrée d’individus de cet acabit reste un danger pour la république » à en croire plusieurs sources des sources.

Sans oublier les scènes de jets de pierres et de grenades lacrymogènes entre gendarmes et manifestants de l’opposition qui ont suivi le trajet gendarmerie- domicile -justice jusque tard dans la nuit.

Une autre source proche de l’(ANC) de Jean Pierre Fabre confie que les proches du pouvoir ont réussi a acheté certains militants  pour qu’ils déposent des bidons de kérosène  la veille de la perquisition au siège du parti. Ces jeunes gens ont préféré empocher les sous et disparaitre dans la nature. Les agents du SRI en débarquant tout  sourire au siège du parti orange en ce début d’après- midi du 12 mars pensant déterrer des bouteilles de « kérosène Molotov », n’ont rien eu à se mettre sous la dent. Et ses sous les haro des populations qu’ils ont quitté déçu et honteux le siège.

Tous les observateurs le savent y compris les  apparatchiks du régime en place que des zones d’ombres subsistent dans ces drames qui ont anéanti l’économie de presque que trois générations et atterrer ces vaillantes commerçantes du Togo qui ont écrit les plus belles pages du commerce régional, sous régional et mondial.

Jusqu’à présent le pouvoir est incapable de dire au peuple togolais où était la Directrice du marché alors même que la veille elle a rassuré les femmes que les dispositions sont prises pour sécuriser le grand marché de Lomé. De même que les vigiles qui ont disparu comme par enchantement la nuit de l’incendie, ou encore la brigade motorisée qui a quitté les lieux. Sans oublier d’autres interrogations pertinentes les unes que les autres que le citoyen lambda se pose en toute légitimité.

Depuis quand le pouvoir togolais s’intéresse t- il a la piste du kérosène ? Parce que la presse nationale et internationale en parle et que les pompiers ghanéens avaient dit  la même chose aux lendemains des incendies? Ou parce que maintenant il a réussi enfin a acheté  quelques jeunes qui doivent  enterrer des bidons du liquide hautement inflammable (plus facile à l’Etat de s’en procurer), dans le seul but d’incriminer l’ANC ? Ca fait pas sérieux pour un pouvoir qui soutien que le marché de Lomé a été incendié a l’aide de cocktails Molotov , de fabriquer d’autres preuves dans le genre « cocktails kérosène » parce que Faure Gnassingbé et ses amis se rendent compte que la version du cocktail Molotov fait sourire toute âme sensée.

A l’analyse, malgré le ridicule qui couvre cette enquête que mènerait sans difficulté même  un novice en la matière, le pouvoir poursuit dans sa logique de décapiter  le CST avec des inculpations qui ne répondent à aucune règle du droit dans le seul objectif d’aller aux élections entre amis de la coalition gouvernementale RPT- UNIR /UFC.

Le tour est fait et bouclé avec l’inculpation de Fabre et Kaboua. Tous les responsable du CST sont désormais  inculpés, voila Faure avec son allié et ami Gilchrist enfin libres d’opérer leur énième hold up électoral.

Les marchés de Lomé et Kara ont brûlé début janvier et depuis des militants et responsables du CST sont inculpés et d’autres  détenus sauf Agbéyomé Kodjo qui a recouvré une liberté dite provisoire avec la formule consacrée, « interdiction de sortir du pays sans l’autorisation du juge », après quarante (40) jours de détention dans des conditions inhumaines.

L’opposition pour sa part continue de réclamer une enquête internationale pour élucider ces incendies et fixer une fois pour de bon l’opinion nationale et internationale.

 

 

Advertisements

Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :