Togo, répression d’un sit-in des journalistes, les forces de l’ordre toujours dans la sauvagerie.

14 03 2013

28983La Synchronie des Organisations de Presse a convié les journalistes à un sit-in pacifique ce jeudi 14 mars 2013 à la plage en face du Palais de la Présidence de la République.

Cet appel des sept (7) Organisations notamment le Syndicat des journalistes indépendants du Togo (SYNJIT) ; Journalistes pour les droits de l’homme (JDHO) ; le Réseau africain des journalistes sur la sécurité humaine et la paix (RAJOSEP) ; le Syndicat des agents de l’information, techniciens et journalistes des organes publics (SAINTJOP), SOS Journalistes en danger ; l’Observatoire des médias pour la démocratie et la bonne gouvernance (OMDG)  et l’Association des médias pour le progrès (MEDIACTION) ; s’inscrit dans le cadre des trois jours d’activités lancés par la Synchronie pour réclamer le retrait pur et simple de la nouvelle loi organique relative à la HAAC, et adoptée sans échanges préalables avec les professionnels des médias, le 19 février 2013.

Tôt ce matin, une horde de policiers et de gendarmes a été détachée pour empêcher les journalistes d’observer le sit-in, brandissant un courrier du Président de la délégation spéciale de la Commune de Lomé, le Contre-Amiral Fogan Adegnon, interdisant la tenue du sit-in à la plage en face du Palais.

Alors que les journalistes se sont retrouvés à la plage pour le sit-in, les éléments des forces de sécurité ont chargé de manière aveugle à coups de grenades lacrymogènes et de balles en caoutchouc. Certains éléments des forces de sécurité formellement identifiés ont tiré à bout portant sur les journalistes, alors assis à même le sol. Deux vedettes de la marine togolaise ont été également déployées sur la mer et contribué à lancer des grenades depuis la mer vers les journalistes. Une véritable opération terre-mer. Lire le reste de cette entrée »