Togo, affaire des incendies, revirement de situation, le fameux « Mohamed Loum » vient de lâcher ses tortionnaires de la gendarmerie devant le doyen des juges d’instruction en soutenant que ses déclarations ont été obtenues sous la torture.

21 03 2013

9590_NpAdvMainPGThumbMohamed Loum ou Toussaint Tomety, le jeune militant de l’opposition arrêté dans les affaires d’incendies notamment celui du grand marché de Lomé, vient de remettre les pendules à l’heure.

Devant le doyen des juges d’instruction, cet après-midi où il était en confrontation avec l’Ancien Premier Ministre Agbéyomé Kodjo, le vrai faux sénégalo-togolais, Mohamed Loum,  vient de cracher le morceau.

Il affirme avoir cité les noms des responsables du Collectif Sauvons le Togo (CST), sous la torture. Le capitaine Akakpo, Agbenda et un troisième sont ses tortionnaires et manipulateurs attitrés pour qu’il fasse des déclarations impliquant uniquement les responsables du Collectif.

Mhamed Loum ou Toussaint Tomety, révèle par ailleurs  qu’en détention à la gendarmerie il bénéficiait de bonnes conditions récompense de sa « brillante coopération ». Il avait un grand lit, mangeait trois fois par jour, des repas qui coûtent entre trois mille (3000) et cinq mille (5000) francs CFA.

Un véritable revirement de situation pour les grands enquêteurs- tortionnaires  de la République qui n’ont cessé de faire la pluie et le beau temps en embastillant de pauvres et honnêtes citoyens.

Cet après –midi dans cette fausse enquête où l’objectif est de décapiter le CST et ce qui reste de l’opposition et de faire taire certains leaders d’opinions,  le Directeur de Publication du Quotidien Liberté à été convoqué par le même et très controversé service de recherches et d’investigation (SRI) que pilote le très décrié capitaine Akakpo,  plutôt aux ordres de Faure Gnassingbé et amis. Motif de la convocation de Zeus Aziadouvo, la publication d’ un article lundi dernier sur le fameux Mohamed Loum.

L’ambiance est  plutôt tendue ce soir à la justice togolaise, où les juges qui dépendent du pouvoir et qui ont tronqué le droit pour faire les volontés des bourreaux au pouvoir sortent pour recevoir des instructions au téléphone. Une pratique assez courante dans ce petit pays où le verdict et les décisions de justice sont donnés dans d’autres officines.

C’est avec un grand soulagement que le Président d’OBUTS, (organisation pour bâtir dans l’union un toto) solidaire  a quitté le palais de justice.

Y restent encore, alors où nous rédigeons ce papier, le député révoqué de l’Alliance Nationale pour le Changement (ANC) Ouro Akpo,  Gérard Adja d’OBUTS et le journaliste Zeus Aziadouvo.

Depuis le début de ce drame qui a consumé les marchés de Lomé et de Kara, début janvier 2013, l’opinion nationale et internationale n’a cessé de décrier la façon rocambolesque avec laquelle l’enquête est menée.

Le Collectif Sauvons le Togo et la Coalition Arc en Ciel continuent de réclamer une enquête internationale et indépendante pour faire la lumière sur cette affaire.

Advertisements

Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :