Togo, ce prophète qui fait trembler les pontes du pouvoir.

22 03 2013

Publié dans le quotidien privé togolais Liberté, n° 1418 du jeudi 21 mars 2013 :

 

Prophète Esaïe, sur le Togo, Première partie :

« Il y a un esprit terrible qui est là et qui cause tous les évènements malheureux auxquels on assiste actuellement »

 

Reçu dans l’émission en Mina sur Légende FM lundi 18 mars à 14h, le Prophète Esaïe, de son vrai nom Dékpo Kokou Romain, a donné une lecture spirituelle de la situation sociopolitique au Togo. Après avoir relaté les conditions dans lesquelles il a commencé son ministère, le Prophète Esaïe est revenu sur les prédictions qu’il a faites par rapport au décès du président Gnassingbé Eyadema et du ministre des Sports Richard Attipoé, aux ponts écroulés, à l’affaire Kpatcha Gnassingbé et à l’arrestation de Pascal Bodjona. Lecture.

 

MESSAGER-AVERTISSEUR Prophète de la Nation ESAÏE-Romain Kokou DEKPOA quel moment avez-vous commencé votre ministère ?

C’est en 1994 que j’ai commencé à avoir des rêves dont je ne comprenais pas les sens, mais c’est en 1998 que j’ai eu la révélation d’aller informer le peuple togolais en entier, pas en partie. Un an après, j’ai rencontré Nanou Sirlakim, un homme de l’Eglise des Assemblées de Dieu au ministère Philadelphia à Tokoin Ramco qui m’a dit avoir obtenu mon nom à Agou, car il a reçu la révélation de venir m’aider. Comme Jean a baptisé Jésus, j’ai véritablement commencé mon ministère, et cette année là, Dieu m’a envoyé auprès de feu Eyadema lui dire que l’échéance arrive et donc qu’il se propose de l’aider dans la mission qu’il lui a confiée, mais à défaut, il lui restait sept ans à vivre. C’est depuis ce jour que nous avons entrepris des démarches que vous voyez aujourd’hui.

            Vous dites avoir approché feu Eyadema, comment vous y êtes-vous pris ? Lire le reste de cette entrée »





Togo, les organisations de presse condamnent l’inculpation de leur confrère Zeus Aziadouvo dans le dossier des incendies.

22 03 2013

zeus-aziadouvoLa  Synchronie des Professionnels des Médias a appris le 21 Mars 2013, l’inculpation du journaliste Zeus Komi Aziadouvo, Directeur de publication du quotidien Liberté.

La Synchronie a constaté que le journaliste a reçu à son siège ce 21 mars  aux environs de 11 heures GMT deux agents du SRI (Service de Recherche et d’Investigation)  qui  lui remis une convocation sans objet lui demandant de se présenter expressément dans les locaux de ce service de la gendarmerie nationale pour les besoins de la cause.

Après un interrogatoire de plusieurs heures, assisté d’un de ses avocats Me Claude Amegan à la gendarmerie nationale, le journaliste Zeus Komi Aziadouvo a été conduit devant le doyen des juges d’instruction qui lui a notifié son inculpation pour « complicité de destruction de biens publics, groupement de malfaiteurs » avec des restrictions de prise de parole sur le fond du dossier sur la base des dispositions du Code Pénal.

La Synchronie dénonce le fait que la justice a fondé sa poursuite du confrère sur des dispositions du Code pénal au lieu de se référer aux dispositions du  Code de la Presse et de la Communication. Lire le reste de cette entrée »