Togo, les organisations de presse condamnent l’inculpation de leur confrère Zeus Aziadouvo dans le dossier des incendies.

22 03 2013

zeus-aziadouvoLa  Synchronie des Professionnels des Médias a appris le 21 Mars 2013, l’inculpation du journaliste Zeus Komi Aziadouvo, Directeur de publication du quotidien Liberté.

La Synchronie a constaté que le journaliste a reçu à son siège ce 21 mars  aux environs de 11 heures GMT deux agents du SRI (Service de Recherche et d’Investigation)  qui  lui remis une convocation sans objet lui demandant de se présenter expressément dans les locaux de ce service de la gendarmerie nationale pour les besoins de la cause.

Après un interrogatoire de plusieurs heures, assisté d’un de ses avocats Me Claude Amegan à la gendarmerie nationale, le journaliste Zeus Komi Aziadouvo a été conduit devant le doyen des juges d’instruction qui lui a notifié son inculpation pour « complicité de destruction de biens publics, groupement de malfaiteurs » avec des restrictions de prise de parole sur le fond du dossier sur la base des dispositions du Code Pénal.

La Synchronie dénonce le fait que la justice a fondé sa poursuite du confrère sur des dispositions du Code pénal au lieu de se référer aux dispositions du  Code de la Presse et de la Communication.

La Synchronie des Professionnels des Médias constate qu’il est reproché au journaliste la publication dans le n°1415 du quotidien Liberté du lundi 18 mars 2013, des informations relatives au traitement réservé au jeune Tomety Toussaint alias Mohammed Loum, dans les locaux de la gendarmerie nationale aux fins de l’amener à accuser des leaders de l’opposition dans le cadre de l’enquête sur les incendies des marchés de Lomé.

La Synchronie fait observer qu’il a été demandé au journaliste Zeus Komi Aziadouvo de révéler les sources de son article.

La Synchronie des Professionnels des Médias s’insurge contre les méthodes de harcèlement du SRI et de la justice qui ont cherché à connaître les sources d’information du journaliste, en violation de l’article 67 du Code la presse et de la communication.

La Synchronie constate que cette inculpation qui intervient au lendemain du rejet de la loi liberticide portant sur les prérogatives de la HAAC est une autre méthode pernicieuse pour empêcher les journalistes d’exercer librement leur métier.

La Synchronie des Professionnels des Médias invite l’ensemble des Directeurs de Publication et des journalistes à reprendre l’article incriminé  dans leurs journaux et dans les programmes de radios et de télévisions.

La Synchronie des Professionnels des Médias invite l’ensemble des journalistes et des professionnels de la communication à rester mobilisés pour des actions futures.

 

Fait à Lomé, le 22 Mars 2013

 

Publicités

Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :