Togo, première phase de recensement, la Commission Electorale joue à la prolongation.

26 03 2013

Dans le cadre des prochaines échéances électorales, le processus de recensement des électeurs lancé du 15 jusqu’au 24 mars  2013  dans la première zone, celle qui couvre la préfecture de Kpendjal jusqu’à celle de l’Ogou,  est prolongé d’une semaine soit jusqu’au 31 mars, à en croire la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI).

Togo-Faure-Gnassingbé-Angèle-Aguigah-Gilchrist-Olympio-processus-electoral-2013

La commission n’a pas pris soin de révéler les raisons d’une telle prolongation qui vient confirmer et donner raison à ceux qui ont estimé dès les premières heures du recensement que tout est fait à la va-vite et de manière bâclée.

Entre autres anomalies, grogne des opérateurs de saisie, enrôlement des mineurs et des étrangers comme toujours, cartes d’électeurs portant le nom et la signature de Monsieur Taffa Tabiou, l’ancien président de la commission électorale.

A toutes ces inquiétudes relevées avec véhémence par les acteurs politiques de l’opposition la presse et une grande partie de l’opinion nationale, les membres de la CENI dont la plupart sont issus de la coalition gouvernementale RPT-UNIR/UFC n’ont marqué qu’un satisfécit béat.

La présidente de la CENI, madame Aguigah Angèle,  sur le volet de l’enrôlement des étrangers s’est contentée d’inviter les togolais à signaler ces cas.

Tout en invitant les populations à accomplir leur devoir civique en s’enregistrant la CENI croit rassurer en invitant les électeurs potentiels à participer au recensement en toute confiance car selon elle le « processus est fiable cette fois-ci». Ce qui suppose que par le passé les processus n’ont jamais été transparents.

La commission électorale se prend ainsi au piège et donne raison à tous ceux qui estiment qu’après tout le pouvoir en place depuis près d’un demi-siècle n’est pas prêt à organiser des élections crédibles et démocratiques.

Malgré les multiples appels à revoir la copie  pour organiser au mieux ces joutes électorales les autorités togolaises de façon unilatérale et sans l’accompagnement des bailleurs traditionnels se jettent pieds joints dans une organisation bateau où, improvisation, désordre, incompétence sont au rendez-vous mais de façon voulue et savamment orchestrée pour un résultat prémédité. Une assemblée nationale monocolore ou multicolore avec quelques alliés consentant mais où le parti au pouvoir doit se tailler la part du lion.

Pour le parti au pouvoir « on gagne oui ou oui » comme l’ont écrit en manchette ce lundi  nos confrères de  Pipo magazine  tout en caricature.

 

Publicités

Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :