Suite et pas fin de l’affaire des incendies au Togo, Agbéyomé Kodjo peut enfin aller se faire soigner à l’étranger.

27 03 2013

eriksson-a-encore-quelques-details-a-regler-avant-la-coupe-dLe doyen des juges d’instruction se dit disposer à restituer son passeport à l’Ancien Premier Ministre et  Président de l’OBUTS (Organisation pour Bâtir dans l’Union un Togo Solidaire), afin de se faire soigner en Europe comme Agbéyomé Kodjo l’a souhaité suite à une détention arbitraire dans des conditions inhumaines durant quarante (40) jours dans cette ténébreuse affaire d’incendies qui ont consumé les marchés de Kara et de Lomé au début du mois de janvier de cette année.

Inculpé, comme la plupart de ses compagnons de lutte du Collectif Sauvons le Togo (CST), Monsieur Kodjo est interdit de sortir de la capitale Lomé et du pays sans l’accord de la justice.

Pour rappel, depuis son séjour à la Gendarmerie Monsieur Kodjo a perdu au moins sept (07) kilos et malgré les soins il a du mal a retrouvé sa  santé d’avant la séquestration inhumaine que lui ont infligé les « tortionnaires-enquêteurs» du SRI (Service de Recherches et d’Investigations) qui le surveillaient de jour comme de nuit armes aux poings, une détention au cours de laquelle il était obligé de faire ses besoins dans des bouteilles d’eau minérale.

Suite à une demande introduite auprès du juge afin de se faire soigner hors du pays, une confrontation entre le principal témoin Mohamed Loum alias Toussaint Tomety et Agbéyomé Kodjo a eu lieu. Et patatras ! Renversement de situation. Le principal témoin fait basculer toute la procédure en soutenant avoir accusé les responsables du CST sous le coup de la torture.

Il est étonnant que le doyen des juges d’instruction tout en acceptant la demande d’Agbéyomé de pouvoir se faire soigner en Europe, lui reproche d’avoir révélé à la presse la situation inédite qui s’est produite à la justice suite aux déclarations de Monsieur Loum.

Pour Monsieur le doyen, Agbéyomé aurait trahi le secret de l’instruction. Difficile au Togo de comprendre  au juste le contenu de ce terme juridique derrière lequel s’abritent les juges à la solde de monsieur Faure Gnassingbé dans le seul but d’empêcher les « innocents inculpés » de parler de cette enquête qui relève finalement de la pure fiction comme sait en faire le régime togolais de père en fils.

On se souvient néanmoins  vendredi dernier dans une édition spéciale sur Radio Légende, que Monsieur Kodjo à la sortie de la confrontation a dit en substance que « la main droite du seigneur est haut levée et que le jeune Loum doit être protégé par les organisations de droits de l’homme et les organismes internationaux suite à la demande de l’intéressé lui-même qui a eu le temps au sortir du bureau du juge de présenter ses excuses au président de l’OBUTS  et le supplier pour qu’on attente pas à sa vie».

De plus Mohamed Loum à la sortie de l’audience le vendredi dernier a rassuré la presse et les militants de l’opposition présents au palais de justice, qu’il voulait « avoir la conscience tranquille avant de les convier de tenir bon dans le combat ».

Que le doyen des juges vienne à reprocher à l’Ancien Premier Ministre de violer son fameux secret de l’instruction relève d’une malhonnêteté intellectuelle dont fait trop montre ceux qui ont pourtant prêté serment de dire le droit mais qui a la fin ont choisi de servir Faure Gnassingbé et ses acolytes.

Outre monsieur Abass Kaboua, entendu de nouveau ce mercredi, d’autres inculpés notamment les militants du CST ont été écoutés cet après-midi.

Depuis les révélations de Monsieur Loum, le pouvoir de Faure Gnassingbé est en totale déroute et n’a d’autres choix que de libérer de pauvres innocents inculpés intentionnellement dans le seul but d’anéantir les véritables adversaires politiques.

Par ailleurs, de sources proches du dossier, les conditions de détention restent en deçà des normes du droit international avec des coupures prolongées d’électricité. A l’heure où nous rédigeons ce papier,  dans la réserve d’Agouè où sont détenus entre autres Alphonse Kpogo de l’ADDI et Appolinaire Athilè, le chauffeur de Jean Pierre Fabre, la situation est plutôt invivable.

Les mêmes sources mettent en garde les tortionnaires en charge de l’enquête contre les revirements de situation à la Mohamed Loum qui peuvent survenir à tout moment. Les langues commenceraient à se délier, comme quoi l’acte courageux du jeune togolo sénégalais peut-être contagieux et Faure Gnassingbé et ses juges feraient mieux de rectifier pour une fois le tir.


Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :