Togo, affaire des incendies, revirement de situation, le fameux « Mohamed Loum » vient de lâcher ses tortionnaires de la gendarmerie devant le doyen des juges d’instruction en soutenant que ses déclarations ont été obtenues sous la torture.

21 03 2013

9590_NpAdvMainPGThumbMohamed Loum ou Toussaint Tomety, le jeune militant de l’opposition arrêté dans les affaires d’incendies notamment celui du grand marché de Lomé, vient de remettre les pendules à l’heure.

Devant le doyen des juges d’instruction, cet après-midi où il était en confrontation avec l’Ancien Premier Ministre Agbéyomé Kodjo, le vrai faux sénégalo-togolais, Mohamed Loum,  vient de cracher le morceau.

Il affirme avoir cité les noms des responsables du Collectif Sauvons le Togo (CST), sous la torture. Le capitaine Akakpo, Agbenda et un troisième sont ses tortionnaires et manipulateurs attitrés pour qu’il fasse des déclarations impliquant uniquement les responsables du Collectif. Lire le reste de cette entrée »





Togo, vote de la nouvelle loi sur la Haute Autorité de l’Audiovisuel et de la Communication (HAAC), la Cour Constitutionnelle vient de faire taire la polémique.

20 03 2013

La cour constitutionnelle s’est réunie  les mercredis 13 et 20 mars 2013 sur saisine du Président de la République pour contrôle de constitutionnalité de la nouvelle loi sur la Haute Autorité de l’Audiovisuelle et de la Communication (HAAC),

courconstitTogo2

loi votée par l’assemblée nationale en violation de la constitution du pays en son article 26 qui dispose : « La liberté de presse est reconnue et garantie par l’Etat. Elle est protégée par la loi. Toute personne a la liberté d’exprimer et de diffuser par parole, écrit ou tous autres moyens, ses opinions ou les informations qu’elle détient, dans le respect des limites définies par la loi. La presse ne peut être assujettie à l’autorisation préalable, au cautionnement, à la censure ou à d’autres entraves. L’interdiction ne peut être prononcée qu’en vertu d’une décision de justice ».

La décision de la cour est sans équivoque, elle dit clairement que : « les articles 58, 60, cinquième et sixième tirets, 62, dernier tiret,63, troisième et quatrième tirets, 64 et 67 de la loi organique adoptée le 19 février 2013, portant modification de la loi organique n°2009-029 du 22 décembre 2009 relative à la Haute Autorité de l’Audiovisuel et de la Communication, ne sont pas conformes à la Constitution ». Lire le reste de cette entrée »





Togo, qui de Taffa Tabiou ou Angèle Aguigah, préside la commission électorale nationale indépendante (CENI)?

19 03 2013

La première phase de recensement démarrée  le 15 mars 2013 dans la première zone qui couvre la préfecture de Kpendjal jusqu’à celle de l’Ogou dans la plus grande impréparation révèle d’autres incohérences plutôt graves.

45711_341850059269602_302287826_n

En effet les cartes d’électeurs ont été renouveler et comme par enchantement ellent portent non le nom et la signature de l’actuelle Présidente de la CENI, Madame Angèle Aguigah mais ceux de l’ex Président  de la CENI, Taffa Tabiou qui comme tous ceux qui ont eu à charge  cette commission sont rodées dans le  tripatouillage  et la proclamation de faux résultats qui ne reflètent en rien la vérité des urnes. Lire le reste de cette entrée »





Togo, recensement électoral en vue des prochaines élections, du désordre planifié.

17 03 2013

29066En prélude aux prochaines élections, la Commission électorale nationale indépendante (CENI)  a lancé le début du recensement électoral dans un flou et un désordre indescriptibles malgré les appels des acteurs de l’opposition à une recomposition de cette commission et une meilleure organisation du processus.

C’est le top départ de cette opération d’enregistrement de la population électorale ce 15 mars dans la région septentrionale du pays mais en réalité le recensement tant annoncé avec tambour et cymbale a du mal a débuté.

Les opérateurs de saisie dénoncent un cafouillage indescriptible et ceux d’Atakpamé ont du manifester  durant deux jours, leur mécontentement quant à leurs conditions de travail avec un accent particulier sur les primes que la CENI a dû mal à payer conformément aux engagements pris vis-à-vis des opérateurs de saisie. Lire le reste de cette entrée »





Togo, les organisations de presse en lutte contre la loi liberticide sur la HAAC, fustige le communiqué mensonger du ministre de la sécurité.

17 03 2013

Le jeudi 14 mars 2013, des organisations de presse regroupées au sein de la Synchronie ont organisé un sit-in à la plage en face du Palais de la Présidence.

Cette manifestation a été violemment et de façon aveugle réprimée par une grande horde de policiers et de gendarmes sensés assurer la sécurité des journalistes. Cette violence inouïe dont ont fait preuve les forces de sécurité a occasionné des victimes dans les rangs des journalistes dont un (1) cas très grave.

169-yark-damehane

La Synchronie des Organisations de presse a appris avec consternation et indignation le communiqué du Ministre de la sécurité et de la protection civile lu à la télévision nationale au journal du soir, le 14 mars 2013

La Synchronie tient à relever les contre-vérités du Ministre Yark Damehane.

Contrairement aux propos du Ministre faisant état de sommation avant usage de force, la Synchronie tient à souligner qu’il n’a jamais été le cas. Lire le reste de cette entrée »





Togo, dossier kpatcha Gnassingbé, « une mallette à frics » pour corrompre les juges de la cour de CEDEAO.

16 03 2013

Au nom de son demi-frère de président, qui l’a embastillé pour une affaire de coup d’état dont il est difficile de prouver l’existence, kpatcha Gnassingbé va s’en doute pourrir en prison.

La cour de justice de la CEDEAO qui a été saisie sur le volet torture dans ce dossier  vient de recevoir la visite d’un avocat du sérail togolais. De sources concordantes cet avocat très connu dans les milieux du régime togolais pour son militantisme discret et sa hargne à défendre les dossiers pourris de la République  a débarqué cette semaine à Abuja (siège de la cour), avec la « mallette à frics » de la République.

330448Objectif  corrompre les juges de la cour sous régionale à rendre un verdict « clair obscur ». En effet, Faure Gnassingbé voudrait éviter que la cour n’ordonne en aucune manière la libération immédiate de son demi frère et ses compagnons d’infortune qui au regard de la convention contre la torture qui reste un crime imprescriptible devrait recouvrer la liberté immédiate dans un état de droit. Lire le reste de cette entrée »





Togo, l’opposition doit sortir de la stratégie des faux dialogues même sous l’impulsion de la communauté internationale ou de la hiérarchie catholique qui se comportent en alliées de la dictature de père en fils. Koffi Yamgnane fait une analyse pertinente sur la question…

15 03 2013

15036Que valent les dialogues et pourparlers en Afrique ? C’est l’interrogation que soulève le franco-togolais Kofi Yamgnane (photo) dans un pamphlet dont l’Agence Afreepress a obtenu copie. « … le Togo entame aujourd’hui son 20e dialogue en 20 ans ! Le record africain absolu ! Il s’en est tenu à Lomé, à Strasbourg, à Paris, à Ouagadougou… etc. Nous avons vu passer des facilitateurs de tous ordres et de tous niveaux, rien n’y a fait », écrit avec regret le patron de Sursaut-Togo qui poursuit son argumentaire en s’interrogeant sur les nouvelles tentatives de dialogue inter-togolais entamées par le « G5 » et un « haut dignitaire de l’Église catholique ». « Réussiront-ils là où les nombreux autres ont échoué ? On est en droit de s’interroger », avance le candidat recalé aux élections présidentielles de mai 2010 pour une question de date de naissance.

Le « G5 », qui regroupe selon M. Yamgnane, les ambassades de France, d’Allemagne, des États-Unis ainsi que l’Union européenne et le PNUD conserve « peu » de chance de réussir dans sa mission. « Concernant les délégations étrangères accréditées au Togo et regroupées pour la cause, sous le pompeux nom autoproclamé de “G5” pour sans doute parodier le G8 ou le G20, nous les avons vues précédemment à l’œuvre, notamment lors des présidentielles de 2010. Quelle plus-value ont-elles apportée réellement ? Malgré les très fortes réserves de la mission d’observation de l’Union européenne (MOE) présidée par un élu du parlement européen, malgré les nombreuses mises en cause des acteurs politiques nationaux, elles ont purement et simplement fermé les yeux. Tous les membres du G5 connaissaient pourtant les termes exacts du rapport des techniciens de la MOE pour les élections présidentielles de 2010. Ils ont eu « in vivo » les commentaires écrits et non écrits du Président de la MOE, le député PPE espagnol Juan de Marfil. Mais contre toute attente, ils ont décidé de fermer les yeux sur toutes les irrégularités du processus électoral dont ils étaient tous témoins pourtant : les chiffres surgonflés du recensement électoral ; le refus par le RPT des bulletins de vote infalsifiables et identifiables à souches, procurés à ses frais par l’UE ; l’existence de bulletins de vote sauvages confectionnés par des imprimeries non moins sauvages installées par le pouvoir à Atakpamé et à Kara ; les inscriptions massives de mineurs et d’étrangers sur les listes électorales ; le jour du scrutin, le tripatouillage nocturne des résultats sortis des urnes, exécuté par le « congrès extraordinaire des présidents de CELI tenu nuitamment d’urgence dans une caserne militaire de Kara ; la « panne » du VSAT… etc., nos diplomates du G5 ont tout couvert et tout légitimé au nom de leurs gouvernements respectifs ! Cette farce a coûté la bagatelle de 16 millions d’euros au contribuable européen et 1 million de dollars à l’américain ! », dénonce l’ancien maire de Saint Coulitz. Lire le reste de cette entrée »