Manifestations des élèves, le Togo s’embrase à petit feu, déjà un élève atteint par une balle à Dapaong.

15 04 2013

imagesEn plus de Lomé, nous venons d’être informés que Dapaong est toujours en proie à des manifestations violentes avec des élèves qui réclament la reprise des cours et des réponses idoines aux doléances de leurs enseignants.

Comme la semaine dernière déjà la gendarmerie s’est illustrée dans une répression sauvage des jeunes élèves. Même scénario ce lundi matin, où en plus de la répression sauvage les gendarmes togolais ont usé de balles réelles, une source dans ville nous confirme  qu’un jeune élève dont la maman est revendeuse dans le marché de Dapaong vient d’être touché par une balle.  Difficile de dire pour l’instant s’il est sorti indemne de cette attitude barbare des gendarmes togolais.

La psychose s’est emparée de la ville de Dapaong  en ce moment, le marché est fermé.

Même scène de désolation et de violence, à Barkouassi, Sokodé, Atakpamé.

Atakpamé où les élèves font le tour des inspections et autres institutions de l’enseignement. A quelques semaines des examens de fin d’années, les autorités semblent dépasser mais incapables à faire face à la situation. Lire le reste de cette entrée »





Nouvelle semaine de tension au Togo, les élèves malgré la fermeture des écoles par les autorités manifestent toujours dans les rues.

15 04 2013

Les élèves manifestent toujours dans les rues pour réclamer leurs professeurs et les cours. Depuis le lancement de la grève de soixante douze (72) heures par la synergie des travailleurs du Togo (STT) la situation est intenable.

manif etudiants lome 12 avril 2013

La tension était déjà vive en fin de semaine dernière avec des manifestations spontanées dans presque toutes les villes du pays. Barricades et  jets de pierres pour les jeunes manifestants  contre grenades lacrymogènes pour les forces de sécurité.

Ce lundi, malgré la décision du gouvernement, qualifiée d’inique et d’irresponsable  par l’opinion, de fermer touts les établissements sur toute l étendue du territoire national jusqu’à nouvel ordre, les élèves investissent les rues avec les mêmes réclamations. « Nous voulons les cours », « nous voulons nos profs », « gouvernement incapable », vous fermez les écoles, fermez aussi les rues »…

Les élèves de Klikamé, ceux  d’Adidogomé se convergent  vers le centre-ville. Les élèves d’Ablogamé quant à eux  investissent le boulevard du mono. « Une  attitude de défiance des enfants qui n’ont même pas peur des milliers de gendarmes déversés dans les rues pour les dissuader ». Constate perplexe une vendeuse de « Kom ».

Selon les informations tous ces groupes d’apprenants devraient se  retrouver devant le ministère des enseignements, primaire, secondaire et de l’alphabétisation, que gère l’un des ministres à vie de ce régime Esso Solitoki.

La scène de ce matin fait réfléchir plus d’uns sauf peut être les gouvernantS qui au lieu de satisfaire aux revendications légitimes des fonctionnaires préfèrent jouer au dilatoire en optant pour des mesures impopulaires. Lire le reste de cette entrée »