Prochaines législatives au Togo, recensement zone 2, mêmes désordres, mêmes dégâts.

16 04 2013

30135A peine démarré dans la seconde zone qui couvre la partie méridionale du pays, le recensement est sous les feux des critiques croisées des forces démocratiques, de la société civile, de la presse et de la majorité de l’opinion nationale. Les témoignages sont légions.

Opérateurs de saisis incompétents. Une togolaise confirme avoir passé près de sept (07) heures de temps avant de se voir offrir le fameux sésame. Les opérateurs de saisies se comportent comme des personnes qui sont au cours préparatoire première année qui ont toutes les difficultés du monde à taper le nom des citoyens en âge de voter.

Matériels de recensement défectueux. La plupart mettent des heures à s’allumer, d’autres s‘allument au bout de plusieurs heures de bidouillages mais s’éteignent faute d’énergie, la commission électorale n’a visiblement pas prévu de groupes électrogènes dans les endroits non électrifiés.

Sans omettre l’éternel problème de l’enrôlement des mineurs et des étrangers. Déjà des personnes ont pu constater sur certaines cartes des photos de mineurs à qui les membres des Commissions Electorales Locales Indépendantes (CELI) et des Agents des Commissions Listes et Cartes (CLC) à la solde du pouvoir ont attribué des âges au delà de la majorité.  Ce qui fait dire à notre confrère de la dépêche que «le recensement est ouvert pour tous les âges et pour toutes les nationalités ». Lire le reste de cette entrée »





Togo, le richissime homme d’affaire Bertin Agba recouvre la liberté.

16 04 2013

Bertin_AgbaLa nouvelle est tombée à la surprise générale en ce début d’après midi et a fait le tour du monde.

Bertin Agba était depuis ce matin devant le doyen du juge d’instruction, la séance aura duré près de six heures d’horloge avant que la décision de le relaxer ne lui soit notifiée. Inutile de revenir sur les contorsions juridico politiques qui émaillent cette affaire cousue de fil blanc et baptisée escroquerie internationale et dont nous avons consacré plusieurs articles.

La libération de Bertin Agba vient donc de clôturer la saga, des détenus personnels de la République dans cette affaire d’escroquerie. Apres Loïc le Floch Prigent, Pascal Bodjona il y a exactement huit jours, c’est autour du PDG d’OPS Security qui est en fait doublement libéré puisqu’une décision de la cour suprême l’a mise en liberté provisoire depuis le 12 janvier 2012 soit plus d’un an  déjà en contrepartie d’une caution de 150 millions de FCFA.

De sources proches du dossier, la décision de la cour de justice de la CEDEAO à Abuja qui doit tomber dans quelques jours dans les dossiers Agba, des militants de sursaut Togo torturés à L’Agence Nationale de Renseignements (ANR), des victimes de la barbarie de 2005 qui ont porté Faure Gnassingbé au pouvoir et surtout le ténébreux dossier d’atteinte contre la sureté de l’Etat avec Kpatcha Gnassingbé et co- détenus font courir le prince du Togo qui veut s’éviter une grande honte. Lire le reste de cette entrée »





Togo, élimination programmée des journalistes jugés critiquent à l’endroit du régime dictatorial de faure gnassingbé.

16 04 2013

Leur seul crime est qu’ils participent à l’éveil du peuple

  • C’est un message qui vient directement d’un agent du Service de Renseignements et d’Investigations (SRI) qui a requis l’anonymat. Angèle KOUKPAKI de « La Légende Fm », Justin ANANI de « Crocodile News », Idelphonse Koffi Koba AKPAKI de « La Gazette du golfe », Ferdinand Mensan AYITE de « L’Alternative », « Jérôme SOSSOU de « Triangle des enjeux », « Isidore AKOLOR de « Actu-Expresse », « Francis Pédro AMOUZOU de « Crocodile News » et d’autres journalistes de la « Légende Fm », sont les journalistes dont les noms ont été cités par la présentatrice, Angèle KOUKPAKI au cours de son émission « Dou né nyo » de ce mardi 16 avril 2013. Ces journalistes, considérés comme des éveilleurs du peuple de part leurs prises de position au cours des émissions et débats, doivent subir le châtiment suprême, c’est-à-dire la mort parce que leur sort est déjà scellé. Ainsi des plans machiavéliques sont concoctés dans certaines officines proches du pouvoir du Togo pour attenter physiquement à leur vie. L’information a fait grand bruit dans la capitale togolaise quand les auditeurs de cette station largement écoutée de Lomé et ses environs, se sont rendu compte qu’elle émanait, à en croire la présentatrice de l’émission, d’un agent du Service de Renseignements et d’Investigations (SRI) qui a requis l’anonymat. Lire le reste de cette entrée »