Togo, encore deux martyrs au panthéon de la démocratie.

20 04 2013

t_288051Anselme Sinandaré et Douti Sinanling, deux martyrs qui viennent de rejoindre le panthéon des dignes togolais, tombés pour plus de démocratie, de justice, de meilleures répartitions de nos ressources sous les balles assassines d’un régime inhumain qui comme des vampires s’abreuve du sang de ses pauvres et innocents citoyens.

588Deux lâches assassinats des forces de sécurité pourtant nourries, logées, blanchies par le contribuable togolais qui intervient dans le cadre des manifestations des élèves qui ne réclament que la reprise des cours car leurs professeurs sont en grève et demandent l’amélioration de leurs conditions de travail. Quoi de plus normal, mais au Togo de Faure Gnassingbé c’est un crime que de manifester et de réclamer plus de liberté, de justice et de dignité, un crime qui mérite qu’on tire sur les togolais à bout portant.

Anselme Sinandaré  douze (12) ans avait tout la vie devant lui et représentait l’espoir de toute une famille. Et pourtant un petit policier qui n’a aucune notion de la valeur de la vie et assuré de l’impunité a tiré sur lui à  bout portant le fauchant dans la fleur de l’âge. « Le papa raconte qu’il est venu trouver son fils par terre couvert d’un tissu la face au sol, il l’a reconnu par son habit mais ne voulait pas croire. Lorsqu’il l’a soulevé il baignait dans le sang et lui même a commencé à pleurer avec son fils Anselme inanimé dans ses bras ». Nous a confié une femme de Dapaong  toute émue et en pleurs.

Alors que les autorités du Togo viennent à banaliser cet assassinat à lui changer de versions comme de chemises, est une insulte à la mémoire de ce jeune élève dont le papa sous le choc reste dans un état second.

Tantôt c’est un tir de sommation qui l’a tué, une aberration made in Togo, tantôt c’est un tir tendu, une incongruité signée du premier des ministres du Togo. Quoi qu’il en soit si c’était le fils de Monsieur Arthème Ahumey Zunu, il ne soutiendrait jamais ces âneries. Comme quoi la vie des enfants ainsi que celle des hauts perchés du pouvoir togolais vaut de l’or et ne doit pas être touché ; tout le reste mérite la mort, au nom des dieux de la République du Togo qui ont le droit de vie et de mort sur tous les autres togolais. Lire le reste de cette entrée »