Togo, malgré l’ouverture des établissements scolaires par les autorités, pas de reprise des cours martèlent les enseignants.

22 04 2013

elevesunicefDepuis la mort des jeunes Douti Sinaleng et Anselme Sinandaré par les forces de sécurité, le ton est monté du côté de la synergie des travailleurs (STT) qui s’oppose à toute reprise des cours contrairement la décision d’ouverture des écoles par le gouvernement.

Pour les travailleurs, tant que les assassins des jeunes lâchement abattus ne seront pas identifiés et traduits devant les juridictions du pays aux fins de subir la rigueur de la loi, aucune reprise des cours n’est envisageable, martèle la coordination de la synergie qui estime qu’elle doit bien cet acte civique et citoyen aux familles des victimes et surtout au papa d’Anselme, qui ironie du sort est du corps enseignant.

« A supposer que ce soit mon fils qui a été assassiné je ne supporterai pas que les cours reprennent ce matin. Alors que tous les parents d’élèves se mettent à la place de ses parents qui ont perdu leurs enfants », a rappelé un enseignant sur les ondes de radio légende ce matin.

Malgré la tension qui est palpable dans le pays, le pouvoir de Faure Gnassingbé continue dans l’intimidation et les pratiques caractéristiques d’un état voyou. Le Major Général du Collège de Bè Kpota,  Monsieur Eklou Messan a été enlevé nuitamment ce dimanche par les éléments de Faure Gnassingbé, en occurrence les très zélés éléments du tristement célèbre Service de Recherches et d’Investigation (SRI)  du fameux capitaine Akakpo. Sans oublié les menaces de mort, d’affectations punitives et les intimidations dont font l’objet les membres de la synergie des travailleurs du Togo.

Drôle de manière, pour un gouvernement pourtant aux abois et qui dit entamer des discussions avec les travailleurs en vue de la résolution de la crise qui secoue la fonction publique. Ces pratiques abjectes et révolues sont elles la solution et garantissent-elles la sincérité dans les discussions de ceux qui disent gérer le Togo ?

A la rencontre de ce dimanche entre les responsables de la synergie et le ministre Esso Solitoki de l’enseignement, primaire, secondaire et de l’alphabétisation, ce dernier a assuré que l’assassin du jeune Anselme serait déjà aux arrêts. Une chanson bien connue par ici.

Les travailleurs demandent à voir ces assassins, car de sources confidentielles, le docteur Gilbert Tsolenyanou de la synergie révèle « que le pouvoir s’apprête à présenter  à l’opinion un présumé auteur qui ne serait pas le vrai ». La synergie met en garde contre ses manœuvres et assure qu’elle a aussi des pistes et des informations sur les vrais auteurs de ces bavures dont le Togo est trop coutumier.

Les discussions entre la coordination de la synergie et le gouvernement doivent  se poursuivre ce matin à la primature sous l’égide des facilitateurs qui ont voulu gardé l’anonymat pour l’instant.

 

Publicités

Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :