Face à la nouvelle grève des travailleurs togolais le gouvernement préfère jouer la carte de l’intimidation et de la corruption.

3 06 2013

stt-synergie-togo-400Les fonctionnaires  togolais sont de nouveau en grève à compter de ce mardi 04 juin 2013 pour trois (03) jours pour les éternelles revendications. Réclamer de meilleures conditions de vie et de travail. Cette lutte enclenchée par la Synergie des Travailleurs du Togo qui a pris le devant depuis que les syndicats alliés du pouvoir ont montré leur limite prend de nouvelles allures. La STT hausse le ton et durcit sa position face au dilatoire dont use et abuse le pouvoir de Faure Gnassingbé.

La synergie depuis janvier tout en étant déterminée  mais aussi flexible, a affiché cette volonté d’aller en discussion avec le gouvernement pour trouver des solutions appropriées  aux problèmes des travailleurs togolais. En effet ce dialogue quoique non facile avec les tenants du pouvoir pour des raisons évidentes a duré plus d’un mois et la synergie a participé  activement à ces échanges qui se sont soldés par un échec cuisant. Situation prévisible soutiennent d’ailleurs certains observateurs avisés.

Pour la synergie à chaque fois que les problématiques liées aux finances surgissent le gouvernement trouve toujours le moyen de dribbler. Cette fois-ci s’en était trop et la synergie se dit obligée  de passer à la vitesse supérieure. Trois jour de grève sur l’ensemble du territoire pour faire fléchir le gouvernement quia pourtant les moyens de satisfaire aux revendications des travailleurs. Revendications que lui-même qualifie de légitimes. Alors comment améliorer le quotidien des travailleurs sans que cette amélioration n’ait d’incidence sur leur salaire ? Seul le pouvoir peut y répondre.

Ce mouvement de débrayage intervient à un moment crucial car les examens de fin d’années doivent se tenir et ce mardi où débute cette nouvelle grève  coïncide avec le début du baccalauréat première partie et les enseignants sont fermes. « Il n’y aura pas d’examens tant que les huit points de  revendications contenues dans la plateforme de la synergie ne sont satisfaites ».

Comme il fallait s’y attendre et fidèle à sa stratégie de contourner les problèmes et de jouer dans la farine les  meneurs de la lutte, le gouvernement sort l’artillerie de la manipulation et de l’achat des consciences en distribuant à tout va des sommes d’argent à certains fonctionnaires pour saboter le mouvement. Une stratégie qui ne devrait plus porter de fruits à l’heure où les travailleurs ont pris conscience de l’irresponsabilité des dirigeants.

A Sokodé où les responsable de la synergie ont tenu une assemblée générale ce week end pour confirmer le mot d’ordre de grève, les affidés du pouvoir notamment le préfet de Sotouboua n’a trouvé mieux que de tenir une réunion pour dissuader certains inspecteurs de l’enseignement et quelques enseignants qui seraient des militants du parti au pouvoir UNIR. Malgré les manœuvres d’intimidations qui consistaient à faire suivre le convoi des représentants de la STT de Lomé à Blitta par les services du SRI les fonctionnaires ont réitéré qu’ils sont prêts pour que cette nouvelle grève soit une réussite totale.

Une semaine plus tôt c’est le Chef de l’Etat en personne avant de s’envoler pour le Japon qui fait escale à Kara pour demander aux enseignants de tout faire pour que les examens se tiennent. Même si là encore des espèces sonnantes et trébuchantes ont été distribuées les travailleurs de cette région aussi soutiennent la grève.  L’un d’eux lancera d’ailleurs au micro des confrères de légende FM,  « même les paysans vivent mieux que nous puisque c’est chez eux nous achetons  des vivres à crédit ».

A un second de rétorquer, « j’ai mes deux filles qui vont au BAC cette année mais je préfère  que la grève réussisse pour leur assurer un bel avenir ».

 Aux dernières nouvelles et  selon les responsables de la synergie, le pouvoir en place au lieu de régler les problèmes de façon idoines préfèrent organiser dans la pagaille les examens de fin d’années en les faisant surveillé par des conducteurs de taxi moto, des vendeurs et autres personnes complètement étrangères au monde de l’éducation. « Qu’un gouvernement soit arrivé à cette solution de rechange est une honte », a constaté abasourdi  le  docteur Gilbert Tsolenyanu porte parole de la synergie.

Et à l’heure où ce front est en ébullition et va certainement paralyser les secteurs vitaux du pays le plus « Faure » des togolais se la coule douce dans les airs avec ses amis aux dos du contribuable togolais. Des pérégrinations qui sont chiffrées à des centaines de millions voire des milliards qui devraient servir à répondre de façon efficaces aux revendications légitimes des uns et des autres ; pendant ce temps, ses ministres qui demandent aux fonctionnaires de serrer les ceintures et aux étudiants de patienter multiplient les chantiers avec des constructions mirobolantes a faire recouvrer l’écoute et la parole à un sourd muet. Visiblement se pouvoir s’est approprié un certain adage qui dit, « faites ce que je vous dis, ne faites pas ce que je fais ».

Plus besoin de rappeler que cette nouvelle grève va paralyser les secteurs essentiels notamment l’éducation avec la non tenue des examens de fin d’années dans des conditions requises et la santé où seulement les services d’urgence seront opérationnels.

 

 

Advertisements

Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :