21 juillet 2013, nouvelle date des législatives, le régime togolais perpétue la tradition des élections frauduleuses.

11 06 2013

urne-electorale-demontable-ref-527103-2305019L’annonce de la date de la tenue des prochaines élections législatives à été faite en fin de semaine dernière au cours d’un conseil de ministres dit extraordinaire. Maintes fois proposée puis repoussée, la date des législatives change au gré des évènements et des humeurs des tenants du pouvoir tant le cafouillage, l’amateurisme et le désordre orchestrés par la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) organe chargé d’organiser et de superviser les élections heurtent la conscience.  La machine à fraude du pouvoir est lancée et plus rien ne semble l’arrêter.

Difficile pour les citoyens de se procurer les textes qui réglementent  ces joutes électorales notamment le code électoral qui depuis  2000, l’année de son adoption  a subi pas moins de six (06) modifications, en 2002, 2003, 2005, 2007, 2009 et  2012.

Rappelons que la modification intervenue en mai  2012 a été faite de façon unilatérale par le pourvoir RPT/UNIR à travers une assemblée nationale  presque monocolore où tous les désirs de la clique au pouvoir sont votés illico presto.

En plus, cette modification viole allègrement les dispositions du protocole de la CEDEAO sur la démocratie et la bonne gouvernance au point 1 de son article 2 qui stipule « qu’aucune réforme substantielle de la loi électorale ne doit intervenir dans les six (06) mois précédant les élections sans le consentement d’une large majorité des acteurs politiques ».

Comme à son habitude, le pouvoir héréditaire vieux de presque un demi-siècle n’à que faire des textes qu’il s’est pourtant lui-même donné et aux autres chartes et conventions auxquelles  il a souscrit dans l’unique but de faire  figure de bon élève vis-à-vis de la communauté sous régionale, régionale et internationale. Lire le reste de cette entrée »





TOGO : FAILLITE DE L’ACTION POLITIQUE, AU PEUPLE LE DERNIER MOT !

8 06 2013

Le processus destructeur ayant enkysté de toute part la vie politique au Togo depuis l’incident fondateur de la République togolaise le 27 avril 1960 suivi de la tragédie du 13 janvier 1963, a connu son couronnement avec la prise de pouvoir ensanglantée de Faure Gnassingbé à la suite du décès de son père Eyadéma Gnassingbé le 05 février 2005.

Alors que les plus sceptiques des Togolais, sous le bénéfice du doute pensaient que le néo dictateur allait rapidement se débarrasser de sa légitimité frelatée en restructurant le paysage politique, c’est plutôt une dictature militaro-judicaire qui précipitera le pays dans une lancinante et nauséabonde impasse faite de tourments pour ceux qui osent encore dire non à l’arbitraire.

C’est dans ce contexte que les arrestations arbitraires se sont greffées sur l’implant de l’injustice, des prévarications, des entourloupes pour ériger la peur en mode de gouvernement afin de gérer le pays dans un archaïsme insoutenable et indigne de « l’Or de l’humanité ».

Comment s’étonner qu’on en soit arrivé à ce stade, quand le pays est abandonné aux mains de vulgaires quidams à la moralité douteuse ; ceux-ci chapeautés par un pantin ayant la tête plus basse que haute.

Le casting de ce décor déroutant n’a pu rien produire de mieux que des élites hantées par le carriérisme, enfermées dans la course effrénée à la fortune prédatrice. Lire le reste de cette entrée »





48 heures d’inutiles et infructueuses discussions entre les travailleurs togolais et le gouvernement, un fiasco pourtant prévisible.

8 06 2013

Nadou_Lawson_STTEntamées mercredi dernier pour désamorcer la grève de 72H lancée par les travailleurs togolais qui exigent la satisfaction de leurs revendications, les discussions entre la synergie des travailleurs du Togo (STT) et le pouvoir en place se sont révélées un énième marché de dupes, caractérisé par de longues heures de duperie, de duplicité et de dilatoire vis-à-vis de ces fonctionnaires togolais qui n’ont pas vu leurs conditions s’améliorer depuis  au moins 1994, l’année de la dévaluation du franc CFA.

Octave_Nicoue_BroohmSur les huit (08) points de la plate forme revendicative que la synergie a soumis depuis belle lurette au gouvernement, ce dernier n’a pu satisfaire en réalité aucun.

Mieux le gouvernement veut remettre en cause l’acquis des 20.000 et 30. 000 FCFA de majoration sur les salaires depuis seulement deux mois. A cet effet, la synergie met en garde tous ces fonctionnaires qui sous prétexte qu’ils ont peur des représailles ne sont pas toujours solidaires des mots d’ordre de grève, que d’ici décembre 2013 les salaires risquent d’être amputés de cette augmentation.  Un acquis reste un  acquis mais c’est le pouvoir togolais dit souvent une chose et son contraire. Lire le reste de cette entrée »





Togo, répressions des forces de sécurité de la manifestation de l’opposition ce 07 juin 2013. Images

8 06 2013

DSCN6092DSCN6088 DSCN6081





Le ministre togolais, Tchitchao Tchalim en France pour faire l’apologie d’une justice instrumentalisée et sous ordre.

7 06 2013

tchalim-ministre-justice-400L’information de la tenue d’une conférence de presse par le charlatan du droit et ministre de la justice sous Faure Gnassingbé ce 07 juin à paris à l’adresse, 19 rue du commandant Mouchotte 75014 Paris niveau A, sur le thème, la justice togolaise à l’heure de la médiatisation des affaires judiciaires fait le tour de la toile depuis 24H. L’information est confirmée par certaines sources à Lomé et dans la diaspora togolaise en France qui est d’ailleurs invitée à participer à ce nouveau  lifting médiatique international de très mauvais goût. Ainsi donc l’homme qui a réduit la justice togolaise à néant la transformant en un instrument de règlements de compte et de répressions psychologiques abordera au cours de cette conférence les deux affaires les plus tordues et montées de  toutes pièces par un pouvoir machiavel. L’affaire d’escroquerie dite internationale et le ténébreux dossier des incendies de Lomé et de Kara.

Point n’est besoin de revenir sur le parcours chaotique de ce personnage lugubre devenu garde des sceaux ministre de la justice pour obéir aux désidératas du prince national  qui depuis quelques années à jeter son dévolu sur  cette institution pour anéantir des togolais aux travers de montages des plus grotesques et cyniques. Une institution pourtant sensée être le substrat de la paix sociale et le baromètre de la démocratie.

Monsieur Tchitchao Tchalim, fait partie de ces hommes de droit qui depuis toujours ont habitué les togolais avec un zèle déconcertant  à prendre une part active aux  procès les plus iniques relevant du domaine de l’impossible comme l’affirmera un homme du droit au cours du procès scandale d’Agbéyomé Kodjo à son retour d’exil. On dirait qu’il  a prêté serment pour être exclusivement au service du non droit.

Devenu ministre, le personnage s’est empiré. La justice togolaise aujourd’hui est devenue le haut lieu de toutes les dérives et aberrations  où les procès sont organisés en fonction des caprices de l’exécutif et il n’est pas étonnant d’entendre des confidences de ceux qui  animent cette institution sur les pratiques gangstériques de l’Etat togolais qui gère les magistrats depuis des officines nauséabondes de la Présidence. Lire le reste de cette entrée »





Togo, Faure Gnassingbé dans la logique d’embastiller de nouveau ses prisonniers personnels en liberté provisoire ?

4 06 2013

Bertin_AgbaSeuls les togolais naïfs pensaient que les autorités togolaises étaient sincères en accordant la liberté provisoire aux deux prisonniers personnels du prince de la République togolaise notamment Bertin Agba et Pascal Bodjona. Ce n’est ni le moment ni le lieu de revenir sur les dessous de ces deux libertés dites  provisoires que le numéro un togolais à accorder à ses frères d’ethnie certainement à contre cœur. Quelques mois juste après cette liberté provisoire, le richissime homme d’affaires Bertin Agba serait activement recherché par les services de renseignements togolais.

Aux dernières nouvelles Monsieur Agba aurait quitté incognito le puant Togo où sans doute s’il est de nouveau embastillé il peut dire adieu à la liberté. A l’heure où nous faisons cet article un de ses beaux frères est mis aux arrêts sous prétexte qu’il aurait aidé le patron d’ops security à s’évader. Une attitude la part des grands services d’enquêtes du pays qui doit faire rire le commun des togolais. Lire le reste de cette entrée »





Face à la nouvelle grève des travailleurs togolais le gouvernement préfère jouer la carte de l’intimidation et de la corruption.

3 06 2013

stt-synergie-togo-400Les fonctionnaires  togolais sont de nouveau en grève à compter de ce mardi 04 juin 2013 pour trois (03) jours pour les éternelles revendications. Réclamer de meilleures conditions de vie et de travail. Cette lutte enclenchée par la Synergie des Travailleurs du Togo qui a pris le devant depuis que les syndicats alliés du pouvoir ont montré leur limite prend de nouvelles allures. La STT hausse le ton et durcit sa position face au dilatoire dont use et abuse le pouvoir de Faure Gnassingbé.

La synergie depuis janvier tout en étant déterminée  mais aussi flexible, a affiché cette volonté d’aller en discussion avec le gouvernement pour trouver des solutions appropriées  aux problèmes des travailleurs togolais. En effet ce dialogue quoique non facile avec les tenants du pouvoir pour des raisons évidentes a duré plus d’un mois et la synergie a participé  activement à ces échanges qui se sont soldés par un échec cuisant. Situation prévisible soutiennent d’ailleurs certains observateurs avisés. Lire le reste de cette entrée »