Malgré les incessants appels au report des élections, le régime togolais fonce tête baissée et ouvre la campagne électorale.

4 07 2013

faure_gnassingbeCet homme politique français ne croit pas si bien dire en soutenant qu’il n’a connu aucun Chef d’Etat aussi têtu que le numéro un togolais qui n’aime pas obtempérer sous pression mais avec qui on ne peut rien obtenir sans lui mettre la pression maximale.

Les pressions pour contraindre le pouvoir de Lomé à ouvrir le dialogue avec les différents acteurs politiques avant la tenue des législatives 2013 sont énormes et vient de tous les milieux. Politiques, religieux, diplomatiques,  de la société civile et autres. Aucune réaction favorable du Prince togolais et acolytes. Pour toute réponse, la réaction est claire,  « on vote et on vote, advienne que pourra ».

Malgré la lettre de la conférence des évêques du Togo qui appelle à une concertation avant les élections, la déclaration conjointe des missions diplomatiques qui appelle à la mise en place  de toutes les mesures et procédures qui puissent assurer des élections crédibles et transparentes, celle de la société civile togolaise dans son ensemble qui appelle à la suspension du processus électoral rien ne fait bouger d’un iota le pouvoir togolais.

Presque toutes les voix s’élèvent pour attirer l’attention de la classe dirigeante à redescendre sur terre pour éviter le cycle perpétuel et infernal d’une élection émaillée de fraudes et de violences dans le seul but de faire perdurer les désidératas d’un pouvoir dictatorial qui  totalise presque cinquante ans de règne sans partage. Lire le reste de cette entrée »