Dialogue au Togo, Faure Gnassingbé et apparatchiks toujours dans la logique de conserver le pouvoir.

10 07 2013

imagesLes togolais ont suivi hébété, le communiqué qui a sanctionné les discussions entre pouvoir et opposition ces derniers jours sous la présidence de Monseigneur Nicodème Barrigah. Autant le dire de facto rien n’à se mettre sous la dent contrairement à l’annonce d’un accord qui serait en gestation. Aucun accord n’a été signé. Que de chapelets de bonnes intentions. Avec un pouvoir cinquantenaire qui n’a jamais intégré la  possibilité de quitter un jour le pouvoir,  aucun dialogue, aucune compétition électorale ne peut  venir à bout de ce syndrome du pouvoir éternel. L’opposition togolaise l’apprend une énième fois encore à ses dépens, elle  doit le comprendre et cesser de faire le jeu de  la clique dirigeante dont elle devient une complice de plus en plus consentante.

Quatre jours de discussions pour quatre jours de report des législatives, une décision prise unilatéralement par le pouvoir de Faure sans consulter ses partenaires en discussions, une vraie insulte pour le peuple togolais. De la mauvaise foi qui fait comprendre pourquoi les sbires de Faure Gnassingbé qui devraient en ce dernier jour des discussions prendre certaines mesures se sont pointés bredouilles à la table des négociations. Seule réponse, « les mesures vont être prises ». Aucune précision, que de dilatoire, sans surprise d’ailleurs, l’une des marques de fabrique de ce pouvoir héréditaire.

Selon certains soutiens à la dictature, l’opposition aurait listé trop de préalables qui ne peuvent être satisfaits dans le cadre de ce dialogue. Il est juste à rappeler que les préalables sont des problèmes créés de toute pièces par le pouvoir en place et lui demander de les régler n’est que logique et responsable.

Demander  par exemple que :

          Les  assassins de Anselme Sinandaré et de Douti Sinaleng assassinés froidement par les forces de sécurité à Dapaong soient traduits devant les juridictions est faisable et relève du bon sens dans un régime de droit, mais pour les sécurocrates c’est de la sinécure;

          L’arrêt de la cour de la CEDEAO soit exécuté dans les différents dossiers est-il de la mer à boire ?

          Les personnes innocemment détenues dans le dossier puant des incendies des marchés de Lomé et de Kara est-il une aberration aux yeux de Faure et comparses ?

          Les conditions d’organisation des législatives répondent aux standards démocratiques est-il un sacrilège pour la minorité au pouvoir ?

Bref, le pouvoir de Faure Gnassingbé démontre de nouveau par l’échec retentissant de cet autre dialogue qu’il n’est aucunement disposé à faire du Togo un état de droit mais plutôt un pays hors série abonné aux violations des droits humains et des textes où la vie et la dignité humaine n’ont aucune espèce d’importance.

Il est à préciser que Monseigneur Barrigah vient d’essuyer un autre revers avec ce fiasco, de la Commission Vérité Justice et Réconciliation (CVJR), passant par la résolution a l’amiable de l’affaire dite d’escroquerie internationale, et ce dialogue pouvoir-opposition,  le prélat continue de croire en la bonne foi d’un régime roublard et inhumain.

Concernant l’ambassadeur des Etats-Unis au Togo, qui a participé à ce dialogue plus d’un ont été étonnés qu’il n’est pas apposé sa signature en bas du communiqué final en tant que Co-facilitateur de ses discussions mais plutôt aux côtés du gouvernement.  Monsieur le diplomate serait-il dans l’exécutif sans que les togolais  ne le sachent ? ou est-ce une erreur monumentale ?

Quoi qu’il en soit le vin est tiré, il faut le boire. Voilà l’opposition de nouveau confrontée à l’éternel dilemme aller à une élection pour servir de caution à un pouvoir champion en fraudes et mascarades pour se pérenniser au pouvoir où les boycotter et repenser la lutte. Car la résolution de la crise togolaise dépasse largement l’enjeu électoraliste  et la classe politique après 23 ans de lutte doit en tirer toutes les leçons et relancer le combat pour un Togo démocratique.

Le peuple togolais à la lecture des derniers évènements doit comprendre qu’il ne peut que se sauver lui-même sans compter sur les politiques, la communauté internationale ou encore les religieux un peu comme l’ont fait les nations en quête de dignité et de liberté depuis la nuit des temps.

 

Advertisements

Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :