Fraude mode d’emploi UNIR dans les Savanes. Législatives 2013 : ADDI révèlent les pratiques frauduleuses de UNIR dans la Savane.

9 08 2013

Seuls les naïfs et propagandistes du pouvoir continuent de croire et de faire croire que Rpt-Unir a réellement remporté et proprement les 62 sièges lors des dernières législatives. Dans une déclaration rendue publique mercredi dernier, le parti du Prof Aimé Tchaboré Gogué révèlent les pratiques frauduleuses du régime bientôt cinquantenaire et sans lesquelles il aurait été laminées dans tout le pays.

DECLARATION DE l’ALLIANCE DES DEMOCRATES POUR LE DEVELOPPEMENT INTEGRAL (ADDI) RELATIVE AUX FRAUDES ET IRREGULARITES DE L’ELECTION LEGISLATIVE DANS LA REGION DES SAVANES.

Le jeudi 25 juillet 2013, les togolais se sont rendus aux urnes pour choisir leurs représentants à l’Assemblée Nationale ; malheureusement ce choix a été vicié par un certain nombre de faits extrêmement graves que l’Alliance des Démocrates pour le Développement Intégral, parti membre du CST a constatés dans les circonscriptions électorales de Kpendjal, l’Oti, Tandjoaré et de Tône-Cinkasse. Ces irrégularités et ces fraudes peuvent se classer en 9 rubriques qui sont ici résumés.
1. Achat massif de conscience
Pour contrer la montée évidente du parti ADDI, membre du CST dans les savanes, l’achat des consciences pourtant formellement interdit par le code électoral du 31 juin 2013 , a été utilisé à grande échelle :
• La distribution des sachets de riz estampés UNIR se faisait sans aucune réserve dans toutes les soukalas de notables identifiés. Un camion entier de ce riz a été photographié à Cinkassé et la photo a circulé sur le net.
• Des sommes d’argent pouvant aller jusqu’à 200 000 F par notable ont été distribuées. Ce sont les querelles entre notables traités de façon différente qui ont mis la puce à notre oreille. Un vieux notable d’un quartier fief de l’opposition de la ville de Dapaong, s’est révolté quand il a appris que dans un autre quartier plus favorable à UNIR, un de ses pairs a perçu 100 000 F alors qu’à lui on n’a donné que 20 000 F. L’avant-veille et la veille des élections la quasi-totalité des chefs de canton, des chefs de village, des notables et jeunes activistes des cantons de l’Ouest de Tône et de l’est de Tandjoare où des sondages montraient une percée spectaculaires d’ADDI-CST, ont reçu de l’argent pour appuyer la méthode de fraude qui sera exécutée le jour du vote. Si toutes ces sommes distribuées pouvaient entrer dans le calcul des dépenses de campagne pour chaque candidat de l’UNIR, le plafond de 10 000 000 par candidat autorisé par le code électoral serait largement dépassé.

2. Acheminement désordonné du matériel électoral
L’acheminement du matériel électoral s’est fait dans la zone Ouest de Tône dans un désordre qui peut être source d’irrégularités. Les urnes groupées de plusieurs centres de vote ont été déposées dans certaines écoles ou chez des chefs de cantons, à charge des points focaux d’UNIR de les acheminer le lendemain à leur destination finale. C’est ainsi que le mercredi 24, le Secrétaire Général du Ministère de l’Administration territoriale, candidat suppléant de la zone a été vu en train de distribuer des urnes. Cela a créé l’émoi des militants du CST qui à juste titre ont soupçonné un bourrage d’urnes. La nouvelle a été propagée sur le net et une surveillance très serrée a été organisé autour des BV de Nacré et autres villages environnant pour faire échec à tout éventuel bourrage des urnes.
Dans ce cafouillage, le village de Dalagou dans Tone-Nord n’a reçu son matériel qu’à 12H30 le jour du vote et une information fait état de matériel entier destiné à un CRV qui aurait disparu..

3. Menaces et intimidations
Le mardi 23 juillet 2013, tous les dignitaires de UNIR se sont déplacés en convoi à Cinkasse et ont procédé à des séances généralisées d’intimidation des grands commerçants de la ville en leur disant que si jamais ils votaient ADDI ils seraient accablés d’impôts et de taxes de douanes qui ruineraient leur commerce. Presque tous les vieux commerçants ont pris peur et se sont exécutés. Seuls les jeunes ont tenu tête à cet assaut.

4. Mauvais déroulement de la journée électorale
Le jour du vote, dans de nombreux bureaux, les membres de bureau de vote et les délégué d’ADDI-CST ont été refusés de siéger par les présidents et les rapporteurs, tous UNIR – UFC.
Ce même jour, un manque cruel de matériel tels que les procès verbaux, les bulletins de votes et les hologrammes a été relevé surtout dans les BV des localités réputées favorables à l’opposition.
Par ailleurs, la procédure d’utilisation des hologrammes supposés authentifier les bulletins de vote, n’a pas été respectée parce qu’à dessein la CENI a bâclé la formation des agents électoraux. Appelé en urgence dans les deux bureaux de vote de EPC Toaga pour régler le problème de refus des représentants d’ADDI-CST à siéger, le candidat tête de liste ADDI-CST a constaté que les hologrammes ont été collés dans le dos au milieu du bulletins. Le président du BV (UNIR) a soutenu que c’est ce qu’il a appris durant la formation et ne voulait pas entendre raison. Nous étions déjà à la mi-journée et 156 électeurs avaient déjà voté avec ces bulletins non conformes. Ces anomalies d’utilisations de l’hologramme se sont étendues à de nombreux autres bureaux de vote. Dans certains bureaux de vote, l’hologramme a même été collé directement sur le logo d’ADDI-CST, empêchant ainsi les électeurs de le voir.

5. Les votes massifs par procurations
L’utilisation des votes par procuration a été abusive et non conforme aux procédures. Notre membre de BV au CRV EPP de Nioukourma avait déjà décelé et arrêté cet abus lors du vote anticipé des militaires. Le jour du vote il a intercepté et empêché l’utilisation de 119 procurations de militaires qui sont en notre possession.

6. Orientation du vote des électeurs par des agents rodant autour des BV
De nombreux activistes d’UNIR identifiables ont été surpris autour des CRV le jour du vote en train d’intercepter des électeurs pour leur indiquer de voter UNIR moyennant récompenses. Une femme en action a même été filmée à l’EPP de Bodjopal dans la ville de Dapaong.

7. Nouveau mode de bourrage des urnes découvert.
Le résultat sorti des urnes le 25 au soir qui attribuait 2 sièges à UNIR, 1 au CST et 1 à l’UFC dans la circonscription électorale de Tône – Cinkassé, 1 siège pour CST et 1 siège pour UNIR dans Tandjoare, nous a laissé perplexe tant il était loin de toutes les prévisions y compris de celles d’UNIR dont nous avions connaissance .Ces prévisions donnaient plus de 60% d’opinions favorables à la liste ADDI-CST. De plus l’engouement de l’accueil des populations à l’égard d’ADDI-CST contrastant nettement avec les bouderies quelles ont faites à l’encontre des délégations de UNIR durant la campagne, dénotait une ascendance nette d’ADDI-CST sur UNIR et UFC. Nous avons donc dès le lendemain cherché à comprendre ce qui pouvait expliquer ce retournement apparent de situation. La première alerte est venue du rapport d’un BV de l’EPP Worgou qui nous a fait état d’un électeur qui avait été surpris en détention de 10 bulletins prévôtés qu’il a tenté de glisser dans l’urne mais en a été empêché. Puis des rapports de ce type sont surtout venus des zones rurales de l’ouest de Tône et de Cinkassé où ce type de vote a été utilisé à grande échelle par des personnes qui avaient été commises depuis la veille à cet effet. La méthode a consisté en la distribution de 5 à 10 bulletins prévôtés à des électeurs choisis. Le jour du vote ceux-ci sont chargés de les plier soigneusement et même de les repasser pour les rendre plus fins et de les glisser habilement dans l’urne avec le vrai bulletin de vote sous l’œil bienveillant des membres de BV d’UNIR très au courant du procédé. Dans ce procédé, il suffit de 3 à 5 électeurs qui réussissent à introduire 5 à 10 bulletins prévôtés pour chambouler les résultats du vote. Le troisième candidat de la liste UFC en charge de la zone Ouest de Tône, complice de cette méthode l’a aussi utilisée en sa propre faveur sans en aviser sa tête de liste. Du fait que les hologrammes n’ont pas été examinés au dépouillement, ces votes à bulletins multiples n’ont pas été décelés. Cette fraude utilisée à grande échelle a renversé les tendances dans ces zones.

9. Bourrage d’urnes classiques dans la circonscription électorale de Kpendjal
Bien que la liste du CST de Kpendjal avait été invalidée, mais du fait qu’un profond travail de sensibilisation et de précampagne avait déjà été effectué par ADDI dans cette circonscription électorale, nous nous sommes intéressés au comportement de l’électorat dans cette zone. Le constat général est que l’invalidation de notre liste a entrainé une forte abstention de protestation par les populations. UNIR s’est saisi de l’opportunité de cette abstention pour organiser pratiquement à découvert un bourrage d’urne sans précaution au point que dans certains bureaux de votes le nombre de votant dépasse celui des inscrits . Les présidents de bureaux de vote se chargeaient de bourrer tout seul les urnes pour parier à l’abstention. Un rapport d’un superviseur outré par ce qui s’est passé dans un bureau de vote de Naki Est qu’il supervisait, nous est parvenu et que nous avons transmis à la coalition Arc-en-Ciel qui était en compétition dans cette circonscription électorale.
Conclusion
Malgré la véracité de ces faits, ADDI-CST estime inutile de faire un recours devant la Cour Constitutionnelle qui a déjà largement démontré dans l’affaire de l’invalidation illégale de nos listes, qu’elle reste inféodée au pouvoir et qu’elle ne dit pas le droit lorsqu’il le faut. En 2007, tous les recours comportant des éléments presque identiques aux faits ici relevés, avaient simplement été balayés du revers de la main par la Cour au prétexte que ces irrégularités n’étaient pas susceptibles de modifier les résultats.
Face à ces méthodes multiples de fraudes qui ont été utilisées, celle qui paraît la plus importante est le nouveau type de bourrage des urnes ici décrits.
Pour rétablir la vérité des urnes dans les circonscriptions électorales de Tandjoare, de TONE-CINKASSE mais aussi dans KPENDJAL, il serait indispensable d’exiger le recomptage des bulletins avec vérification des hologrammes et recherche de bulletins portant la même empreinte digitale. C’est à notre avis la seule méthode qui fera s’écrouler toute la machine à fraude qui a été utilisée. Mais le travail des CELI et de la CENI n’est centré que sur les procès verbaux qui synthétisent des résultats qui sont en aval de la fraude. Il est évident que le peu d’observateurs de l’UA et de la CEDEAO arrivés à la veille des opérations électorales ne puissent rien voir de ces procédés occultes de fraudes.
Si la communauté internationale, prompte à déclarer que les élections au Togo ont été libres et transparentes veut vraiment voir la vérité qu’elle mette en place un organisme indépendant qui conduise un audit des bulletins de vote actuellement disponibles avec recherche des empreintes digitales identiques. Lorsqu’on aura éliminé tous les bulletins qui portent une même empreinte digitale et tous les bulletins où l’apposition des hologrammes est non conforme à la procédure décrite par la CENI, la vérité des urnes apparaîtra au grand jour et UNIR ne pourra plus se prévaloir d’avoir gagné ces élections avec une aussi large majorité.
Si UNIR est convaincu d’avoir véritablement gagné ces élections, il est dans son intérêt d’accepter la conduite d’un tel audit indépendant afin de lever toute équivoque sur cette victoire contestable et contestée.

Fait à Lomé le 7 juillet 2013
Pour le Bureau Exécutif National
Le Premier Vice-Président

M. Pascal BIDJAKINE

Publicités

Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :