Opposition togolaise De la nécessité de mettre fin aux querelles des hommes pour construire un projet alternatif.

20 08 2013

Le phénomène est devenu presqu’une habitude depuis plus de 20 ans et tend à se perpétuer. L’éternelle querelle de chef de l’opposition togolaise à la veille et au lendemain des élections. Dans son ouvrage, Discours, entretiens et autres sources, Henry Clay, homme politique américain (1777-1852) disait : « Les partis politiques servent mutuellement à se tenir en échec en se surveillant l’un l’autre ». Une pensée qui colle à la triste réalité togolaise avec un pouvoir dictatorial, autoritaire, monarchique à la limite vampirisant, et une opposition toute aussi sclérosée, engluée dans la guerre des chefs de bande où l’idée première est de prendre la tête du groupe et éliminer ensuite les concurrents et prétendants, souvent avec un coup de pouce du régime.
A ce jeu, presque tous les leaders sont passés à la trappe. On a encore en mémoire le choix de l’ancien Président de l’UTD, Edem Kodjo, candidat unique du COD2 à Cotonou, un choix auquel n’avait pas adhéré Gilcrist Olympio appuyé par un certain Apollinaire Madji Yaovi Agboyibo. « Si le choix, c’est Edem Kodjo, Eyadéma peut garder encore le pouvoir pour 5 ans », avait lâché cette figure de proue de l’opposition considérée à l’époque comme le messie qui viendrait sauver les Togolais des serfs du régime RPT. Face aux torpilles lancées à l’époque par le tandem Olympio-Agboyibo, Edem Kodjo et ses amis dont Léopold Gnininvi qui mobilisaient certes des foules à l’époque, n’avaient d’autres choix que de mettre fin à leur campagne après un meeting à Atakpamé. Le bal des ego venait d’être ouvert et sera avec le temps catastrophique pour les populations togolaises qui, dans leur majorité, militent pour un changement de régime, et bénéfique pour le pouvoir qui a repris du poil de la bête.
Après le scrutin de 1998 soldé aussi par un hold-up, le pouvoir, pour consolider ses bases, s’est empressé de supprimer le scrutin à deux tours. En 2003, après des mois d’interminables discussions pour désigner un candidat unique, les leaders de l’opposition, rejoint par le nouveau venu dans le puant marigot, le transfuge du RPT Maurice Dahuku Péré, se sont séparés sur un constat de désaccord et chacun est allé dans son sens. Gnassingbé Eyadema n’avait pas eu de la peine, fraudes aidant, à se maintenir.
Février 2005, celui qui se croyait immortel tire brusquement sa révérence, mais l’armée, aux mépris de toutes les règles constitutionnelles, impose son fils au sommet de l’Etat. Des élections devant se tenir dans les 60 jours au plus, il était impérieux pour l’opposition de se mettre en ordre de bataille. Après moult tractations, un candidat unique, dans l’hypocrisie totale, a été désigné en la personne d’Emmanuel Bob Akitani. Au lendemain de cette élection qui s’est soldée par un massacre sans précédent dans l’histoire de notre pays, le premier contre toute attente à se désolidariser de cette initiative était Appolinaire Madji Agboyibo, déclenchant par la suite une polémique stérile. Et pourtant, il était directeur de campagne de Bob Akitani !
2010, à quelques heures de la clôture du dépôt des candidatures, le fameux leader charismatique de l’opposition, Gilchrist Olympio depuis les USA où il séjournait, prétexte une chute dans les escaliers pour différer son retour à Lomé. Ses lieutenants sur le terrain sentant une forte odeur de complot, se réunissent rapidement pour désigner un candidat de substitution en la personne de Jean-Pierre Fabre, le Secrétaire Général du parti à qui le «vieux» peine à donner son onction. Les conciliabules à Lomé et à Paris avec les péripéties de la création du FRAC sur fond de coup bas n’ont contribué qu’à accentuer les divisions.
Le dernier venu dans la course présidentielle, le Président de l’Organisation pour Bâtir dans l’Unité un Togo Solidaire (OBUTS), Agbéyomé Kodjo, n’a pas eu trop de peine à s’inviter sur la scène. Pour le vieux leader de l’UFC, l’acte posé par le Secrétaire général de son parti ressemble fort à celui de Brutus contre César. Il ne manquait juste que la phrase : « Et toi aussi mon fils ! ». Mais le «vieux» se manifestera autrement en refusant d’apporter son soutien à son lieutenant, consacrant ainsi une scission qui devra se concrétiser au lendemain du scrutin. Ainsi les intermittents du spectacle politique coururent en rang dispersé à l’assaut des électeurs. Le fils ayant grandi à l’ombre des méthodes d’escroquerie électorale du père, s’en est sorti haut les mains en s’attribuant la majorité des voix et en distribuant les miettes à ses adversaires dont Jean-Pierre Fabre qui s’en est sorti avec 30% des suffrages. Mais le vieux maréchal qui ne pouvait supporter cet affront, avait des comptes à régler à ses anciens lieutenants. Entre guerre de chefs sur fond de règlements de comptes et de revendication d’une victoire usurpée, l’UFC s’est enfoncée dans la crise pour finalement arriver à une scission matérialisée par la mise sur orbite de leur propre formation politique l’Alliance nationale pour le changement (Anc) par la plupart de ses cadres. Ici aussi, les lendemains du scrutin du 4 mars ont laissé place à une ambiance délétère dans l’opposition, avec ceux qui du même bord, estimaient qu’ils n’avaient aucune preuve tangible de la victoire de leurs collègues. Une manière tacite de faire le jeu du pouvoir.
Pendant que les marches pour réclamer la victoire de Fabre se poursuivaient, l’opposant préhistorique, avec le dernier carré de ses partisans, signe à la surprise générale un accord de gouvernement avec le parti de Faure Gnassingbé. Le vieux leader venait ainsi de mettre sur la place publique le fruit de longues années de discussions secrètes avec le pouvoir sous la bénédiction de la communauté Sant’ Egidio. On parle de centaines de milliards marchandés sur le dos du peuple togolais. L’histoire nous dira un jour ce qui s’est vraiment passé.
Au final, des cinq leaders des partis politiques de l’opposition traditionnelle, feu Eyadéma a liquidé deux politiquement, Edem Kodjo de l’UTD, Zarifou Ayéva du PDR; et Faure Gnassingbé a achevé les trois restants, à savoir Yawovi Madji Agboyibo, Léopold Messan Gnininvi et Gilchrist Sylvanus Olympio. La vampirisation de ces leaders de l’opposition n’a pas mis fin à la guerre des chefs et aux querelles des différentes chapelles politiques sur fond d’ego surdimensionnés. Au contraire, la guerre s’est poursuivie avec leurs lieutenants respectifs auxquels il faut ajouter d’autres qui sont arrivés par la suite et tiennent à s’imposer. Agbéyomé Kodjo dans un premier temps, puis Koffi Yamgnane font partie de cette catégorie. Quant à Maurice Dahuku Péré, après un prêt sans offre d’achat dans l’opposition, il a profité des dernières législatives pour signer le mercato politique du siècle qui consacre son retour au bercail.
Le processus de création du Collectif « Sauvons le Togo » (CST) a énormément souffert de cette guerre structurelle au sein de l’opposition, conduisant ceux qui estiment qu’ils ne sont pas disposés à se faire phagocyter par les autres à lancer une autre coalition, « Arc-en-ciel ». Point n’est besoin ici de revenir sur les dessous de la création de ces deux entités au risque d’ouvrir la boîte de Pandore. Ce climat de concurrence, de coups bas, et parfois de collusion avec le pouvoir a conduit à l’organisation calamiteuse des législatives du 25 juillet dernier, avec des fortunes diverses pour les deux entités. Ceux qui étaient pressés d’aller aux élections avec les pseudos réformettes du pouvoir et ceux qui exigeaient un report plus conséquent pour obtenir de meilleures conditions sont tous revenus aujourd’hui à la dure réalité.
De ce point de vue, il est indécent que ceux qui se sont satisfaits des réformettes et qui ont refusé d’appuyer toute proposition de report conséquent, soient les premiers à pointer le doigt accusateur sur les autres qui, certainement, ont aussi péché sur certains points. Il ne sert à rien de se positionner en chantre de l’union quand on a passé tout son temps à pousser les autres au boycott, à défaut de tenter de débaucher certains d’entre eux pour les mettre sur une liste concurrente.
Enfin, l’heure n’est pas aux bisbilles et au déballage, mais ceux qui s’agitent actuellement dans les médias doivent faire une petite rétrospective pour analyser leur propre démarche tout le long du processus. Ceci étant, comment les acteurs actuels de l’opposition doivent-ils s’y prendre pour éviter de se faire vampiriser à leur tour par le pouvoir ?
L’honnêteté intellectuelle voudrait que l’on reconnaisse que le Président de l’ANC, au vu des suffrages portés sur son parti par les Togolais, se trouve dans une position de locomotive par rapport aux autres. Il faut aussi marteler que la lutte que mènent les populations togolaises depuis plus de deux décennies n’a pas pour objectif d’installer confortablement des responsables politiques dans le fauteuil du chef, même si cet exercice participe à éclairer le paysage politique particulièrement au sein de l’opposition. Le combat pour la position dominante a installé durablement dans le fauteuil du chef Gilchrist Olympio avant que ce dernier, à la surprise générale, ne finisse par une sortie de piste pour atterrir au sein du pouvoir. Comment s’y prendre alors pour que ceux qui sont aujourd’hui dans cette position, ne finissent pas de la même manière, c’est-à-dire devenir des loosers qui font malgré eux le jeu du maintien au pouvoir d’un système anachronique, vomi par la majorité des Togolais ? Après 23 années de lutte infructueuse, le droit d’inventaire s’impose.

L’état des lieux s’impose
L’homme qui ne tire pas des leçons de ses déconvenues ne peut espérer mieux rebondir dans le futur. L’opposition togolaise dans son ensemble ne peut pas faire aujourd’hui l’économie de cette assertion après des années de lutte sans résultat tangible, et ce, malgré l’adhésion massive des populations au changement. Cet exercice salvateur est une condition sine qua non pour la relance méthodique de la lutte devant déboucher absolument sur la fin du règne de la terreur au Togo. L’état des lieux doit s’imposer à tous et impliquer toutes les forces progressives (partis politiques, organisations de la société civile, diaspora etc). Il est vrai que le règne sanguinaire des Gnassingbé de père en fils marqué par des assassinats, des disparitions, des exécutions sommaires, des tortures, a traumatisé de nombreux Togolais, éloignant progressivement du champ politique les élites, la masse critique pour laisser la place aux courageux voire les téméraires qui se battent avec les moyens de bord. L’assassinat le 15 août 2008 du Président du Modena, Joachim Atsutsè Agbobli a tellement marqué les esprits qu’il a éloigné davantage les rares intellectuels qui osaient s’inviter dans le débat politique.
L’une des faiblesses structurelles des partis politiques au Togo, et surtout de l’opposition, c’est le manque de réflexion, de laboratoire de stratégie, d’analyse une espèce de think thank dans lequel on analyse minutieusement la situation interne, mais aussi la géopolitique de la région avec les implications sur le plan international. Lorsque la réflexion ne précède pas l’action, on ne peut qu’improviser, surtout lorsqu’on a en face une dictature cinquantenaire avec un trésor de guerre inestimable. L’état des lieux devra aussi faire appel aux élites afin d’ouvrir un espace pour la réflexion au sein des partis, et au-delà, au sein de l’opposition dans son ensemble. Le processus doit aboutir à un véritable état des lieux et non à quelques réunions folkloriques et doit être pensé dès maintenant, et les différents acteurs doivent trouver les voies et moyens pour y parvenir. Une fois le droit d’inventaire fait, on devra penser à un projet alternatif au système de gouvernance actuel, mais à condition que tous les acteurs cessent leurs mesquineries et se mettent résolument au service des intérêts des populations plutôt que leurs intérêts propres.

Les idées après les hommes. De l’impérieuse nécessité de construire un projet alternatif au système RPT/UNIR.
Après des décennies de dictature et plus de 20 ans de démocratie bafouée, comment la classe politique de l’opposition doit-elle s’y prendre pour sortir de ce que Thomas Carothers a appelé une « zone grise » où le régime n’est jamais pleinement autoritaire ni véritablement démocratique ? Nous sommes au cœur d’un système que Francis Fukuyama dans son dernier ouvrage Le début de l’Histoire, des origines de la politique à nos jours, décrit en ces termes : « Le prestige de la démocratie libérale moderne est tel que les régimes autoritaires potentiels doivent tous faire semblant d’organiser des élections, tout en manipulant les médias pour faire croire à leur légitimité ». De nombreux pays africains francophones à l’instar du Togo se retrouvent dans cette description. Pour autant, s’il est indéniable que l’opposition s’est plantée durant plus de 20 ans, il faut aussi relever que le pouvoir RPT/UNIR s’est aussi affaibli au fil du temps, même si dans l’imaginaire collectif on continue de croire à un système fort et indéboulonnable. Ce pouvoir n’a jamais été fort, mais c’est l’opposition qui est faible, dirait l’autre. Une déclaration discutable, diront certains, surtout lorsque le pouvoir s’obstine à criminaliser l’opposition et la presse indépendante. Qu’à cela ne tienne, il faut le reconnaître, depuis l’arrivée de Faure Gnassingbé au pouvoir dans les conditions qu’on sait, le pouvoir RPT/UNIR tout en se maintenant par la force, s’est affaibli au fil du temps à cause de la guerre des prétendants au trône qui a fait voler en éclats ce qu’on peut appeler la funeste alliance.
Tout comme dans l’opposition, la guerre des prétendants a aussi laissé des traces au sein du pouvoir, sauf que dans le cas d’espèce, c’est celui qui a le plus de moyens et est plus rusé qui a pris le dessus. Pour autant, le vainqueur continue de vivre dans la peur panique en s’entourant d’une meute de chiens de garde. Le sort de Kpatcha Gnassingbé, de Pascal Bodjona et tous leurs soutiens respectifs aussi bien civils que militaires a fragilisé le système au pouvoir. La conséquence de ce qu’on pourrait appeler une purge, c’est la conversion aux idées du changement de pouvoir de tous ceux qui sont aujourd’hui mis à la touche. Après le départ du pouvoir de l’ami intime d’Eyadéma, Jacques Chirac, qui a tout fait pour imposer son fils dans le sang, la France officielle tout en continuant les affaires avec le régime, a plus ou moins gardé un peu de distance. Cela a commencé avec Nicolas Sarkozy pour s’accentuer avec l’arrivée de François Hollande qui, de toute évidence, ne rate aucune occasion d’éviter Faure Gnassingbé. L’opposition togolaise a trouvé depuis un certain temps des oreilles attentives à ses préoccupations auprès des décideurs français et est de plus en plus présente sur les médias de l’Hexagone, de quoi agacer les locataires du Palais de la Marina. Il y a de cela quelques jours, une rumeur avait fait état d’un projet du pouvoir d’expulser l’ambassadeur de France au Togo. Une information difficile à vérifier, mais qui laisse transparaître qu’entre Lomé et Paris, il y a de l’eau dans le gaz.
La France a donc pris ses distances, du moins officieusement, les USA continuent la lune de miel avec des prises de positions à forte odeur d’UNIR de Robert Whitehead, l’ambassadeur des USA à Lomé, ou de l’Union européenne victime ces jours-ci de ses propres turpitudes. Lorsqu’on les accuse de soutenir le pouvoir autocratique RPT/UNIR, ces diplomates pour se défendre balaient ces accusations du revers de la main, mais en précisant que les leaders de l’opposition ne sont pas organisés, n’ont pas de programme, souvent le langage des gens disposés à prendre les rênes d’un pays etc.; d’autres encore n’hésitent pas à faire intervenir des paramètres géopolitiques pour justifier leur prise de position. « Nous avons déjà la Côte d’Ivoire à gérer, le Mali s’est ajouté, il est difficile d’appuyer la prise de pouvoir des gens qui ne présentent aucun programme », laisse-t-on entendre souvent. Le programme, le mot est lâché, autant le système RPT/UNIR n’en a jamais eu depuis bientôt 50 ans en dehors de l’orgie des pillages qui a mis le pays en coupe réglée, autant l’opposition n’en a jamais exhibé, même si parfois certains leaders qui avaient toutes les capacités d’en produire se sont embourbés eux aussi dans les luttes de chefs.
Après 50 années d’une gestion désastreuse, l’urgence au sein des partis de l’opposition ne devrait pas être les luttes de chefs, mais l’élaboration d’un projet alternatif au système actuel afin d’éviter qu’à la chute de ce régime, le pays ne sombre dans le désordre voire le chaos. Il faut dire que le risque d’en arriver là est très grand, au regard de la longévité du système, mais aussi des frustrations qu’il a engendrées au fil du temps. De ce point de vue, l’alternance devrait moins résonner que l’alternative. 2015, c’est dans quelques mois, et il est illusoire de croire que Faure Gnassingbé qui rêve de faire un bail viager sur le Togo, entame quelque réforme que ce soit. Il n’a d’ailleurs aucun intérêt à le faire, du moment où le système électoral inique actuel lui permet de sortir vainqueur avec une minorité des voix, et ceci, malgré les multiples fraudes et bourrages des urnes.
L’état des lieux de l’opposition devra déboucher sur l’idée d’un projet alternatif qui doit prendre en compte des secteurs prioritaires, comme la réforme de l’armée togolaise, une institution budgétivore qui grève les ressources de l’Etat au détriment de la santé et de l’éducation. La réforme de la Justice togolaise, l’un des piliers de tout système démocratique mais qui apparaît sous le système RPT/UNIR comme une véritable gangrène de la nation. La décentralisation qui reste un chantier vierge, tout comme l’épineuse question du foncier dont plusieurs acteurs s’accordent à dire qu’il constitue, si on n’y prend garde, le germe d’une déflagration future. L’économie complètement sinistrée, de même que l’éducation et la santé devront constituer aussi des priorités. Il en est de même de la restauration de l’autorité de l’Etat, de l’impunité liée au crime de sang et aux crimes économiques.
Enfin, les bases d’un véritable Etat démocratique passent par la mise en place d’une constituante qui se chargera d’élaborer une nouvelle Constitution. Il ne faut jamais perdre de vue qu’après ce régime, il faudra nécessairement une transition. Une fois les contours de ce projet établis, on pourra ouvrir le débat sur le profil de l’homme qui pourrait le porter et le mettre en œuvre. Un lobbying pourra être entamé auprès des partenaires et de la communauté internationale afin qu’ils soient rassurés que la rupture avec l’ancien système ne conduira pas au chaos, comme on le voit ailleurs. Tant qu’on ne fera pas ce droit d’inventaire et qu’on passera le temps à se focaliser sur les hommes plutôt qu’un véritable projet alternatif au pouvoir actuel, les Togolais seront toujours dans l’impasse, et l’homme «faure» et sa bande de pilleurs, de violeurs des droits de l’Homme se frotteront encore et toujours les mains au-delà de 2015. Une année très stratégique pour toute la région qui, avec la Côte d’Ivoire qui devra sortir définitivement de la crise avec une présidentielle, le Burkina Faso où le régime de Blaise Compaoré risque de tomber dans une zone de turbulence et le Benin avec un certain Thomas Yayi Boni qui, envers et contre tous, veut faire passer sa révision constitutionnelle, pour on ne sait quel objectif, se trouvera dans une situation délicate pendant que le nouveau président démocratiquement élu du Mali doit restaurer l’autorité de l’Etat avec une épine à ses pieds, le capitaine-général Sanogo et ses ambitions.
Face à ce qui s’annonce comme une situation compliquée dans la région, la situation interne au Togo en 2015 risque, comme toujours, de ne pas être une priorité de la communauté internationale, ce qui risque de défavoriser les forces démocratiques si jamais elles ne s’organisent pas pour présenter une alternative crédible. Comment amener les responsables de l’opposition à remettre en cause la stratégie infructueuse actuelle basée sur les ambitions certes légitimes des hommes au profit d’un vrai projet de société pour réaliser l’alternance tant souhaitée par les Togolais? La Rédaction de L’Alternative compte ouvrir et participer sans tabou à ce débat plus qu’utile, car nous sommes d’avis avec cette pensée de Johannes VAN DEN BOSCH, homme politique et administrateur néerlandais, lorsqu’il déclare dans L’Aphorisme du temps présent : « Le véritable homme d’Etat est celui qui s’institue arbitre impartial entre ses ambitions et l’intérêt général ».
Ferdinand AYITE Alternative N° 260 du 20 août 2006
Réagir à cet article à l’adresse mail : alternativesika@yahoo.fr


Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :