Togo, grincements de dents dans la police nationale, une soixantaine d’agents mis à la retraite.

2 09 2013

15768Le ministre de la sécurité, le colonel Yark Damehane envoie à la retraite soixante cinq policiers tous grades confondus. La décision est officielle depuis le 22 août 2013. La colère est perceptible dans les rangs de ces nouveaux retraités. Une décision surprise qui étonne les premiers concernés qui même s’ils savaient être en fin de service au niveau de la police nationale ne s’y attendaient pas du tout.

Les informations font état de ce que ces agents de la police nationale étaient censés être à la retraite depuis 2009.  La question est de savoir pourquoi les avoir gardé en fonction presque 4 ans durant ? Au Togo, les autorités aiment faire payer leur incompétence et les lourdeurs administratives aux citoyens.

Pourquoi le ministère depuis 2009 s’est tu et qu’il a fallu en croire une source officielle que le ministère des finances interpelle celui de la sécurité qui daigne prendre enfin l’arrêté de mise à le retraite seulement maintenant ?

Un arrêté qui décide que les fonctionnaires de police désignés du cadre spécial de la police nationale, sont admis à faire valoir leurs droits à une pension de retraite en article premier et l’article 2 de préciser que la décision prend effet dès la date de la signature. Depuis lors le Directeur Général de la police doit veiller à l’exécution de cette « décision surprise ».

Le Togo de la dynastie a pris l’habitude de ces laxismes dans la conduite des affaires de la cité. A côté de ces agents de police renvoyés manu militari à la retraite il y a de ces pontes du pouvoir qui refusent de partir à la retraite. Personne n’ose lever le petit doigt pour les dénoncer à part une certaine presse.

A voir le comportement de ces barons qui refusent de partir pour laisser leur place à d’autres jeunes qui malgré les diplômes sont des abonnés au chômage au nom de la politique de deux poids deux mesures, les nouveaux retraités de la police sont en droit de grincer les dents même si cette attitude étonnerait sous d’autres cieux.

Colère, grincements de dents certes mais de façon très silencieuse au sein de ces retraités, mais ils ne feront absolument rien pour se faire entendre, conformément aux habitudes de la maison. Quand on sait les conditions dans lesquelles  ces agents de police exercent leur métier, conditions qui n’ont rien d’enviables ni de comparables à ceux de leurs collègues de la sous-région on ne peut qu’affirmer que le Togo reste un pays atypique sur tous les plans.

Bon vent aux nouveaux retraités qui vont grossir les rangs de leurs aînés en la matière et qui ne cessent de multiplier les mouvements de revendications pour se faire entendre. Mais le pouvoir de Faure Gnassingbé n’à que faire des revendications des fonctionnaires et des retraités.

 

Publicités

Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :