Togo, Dossier Kpatcha Gnassingbé, les avocats plus préoccupés par leurs honoraires que la libération des prévenus ?

9 09 2013

Depuis plusieurs semaines, les tractations se multiplient entre pouvoir et avocats de Kpatcha et co-accusés pour voir dans quelles mesures parvenir à l’exécution de l’arrêt de la cour de justice de la CEDEAO, rendu le 04 juillet 2013. Les avocats feraient-ils feu de tout bois pour toucher leur pactole et laisser les prévenus à leur triste sort ?

De sources proches du dossier, une rencontre entre le Ministre de la Justice Tchitchao Tchalim et les avocats de Kpatcha Gnassingbé a eu lieu le jeudi 05 septembre 2013 pour évoquer prioritairement le dossier de complot contre la sûreté intérieure de l’Etat. De ces discussions il est clair que la libération du demi-frère de Faure Gnassingbé serait difficile, ou de toute évidence ne dépend pas du Ministre « charlatan du droit ».

Le pouvoir pour l’instant se cache derrière le fait que l’arrêt de la cour de la CEDEAO n’a pas encore été notifié officiellement à l’Etat du Togo. Un fait qui semble suspect quand on sait que les autres arrêts rendus le même jour par la juridiction sous régionale ont déjà été notifiés. Pourquoi celui de Kpatcha et consorts prend il autant de temps ? Certaines indiscrétions soutiennent que le pouvoir togolais en a décidé ainsi pour gagner un peu de temps dans l’exécution de l’arrêt qu’il veut jusqu’à preuve du contraire partielle. Aux dernières informations, Madame la Présidente de la Cour,  la juge togolaise,  Awa Nana en fin de mission au niveau d’Abuja, n’a pas encore quitté les lieux et sa mission est de retarder autant que possible la notification de l’arrêt.

D’autre part, de la rencontre du jeudi dernier avec Tchitchao Tchalim, on peut retenir que l’Etat togolais est prêt à payer les réparations civiles au titre de dommage et intérêts conformément à l’arrêt qui s’élèvent de trois  (03) et de vingt (20) millions de francs CFA par détenus.

L’opinion nationale se rappelle, que la cour dans son verdict à condamner l’Etat togolais à ses dépens, ce qui suppose que tous les frais du procès y compris les honoraires des conseils doivent être versés par le perdant. Selon des sources proches du dossier, les avocats seraient dans la posture de défalquer leurs honoraires des dommages et intérêts qui vont être versés cette semaine sur un compte à la Banque Togolaise du Commerce et de l’Industrie(BTCI). Lire le reste de cette entrée »





Togo, Ahoomey succède à Zunu au poste de Premier Ministre.

7 09 2013

Ahoomey-Zunu-PM-TogoFaute de mieux Faure Gnassingbé après deux semaines de tractations n’a pu sortir le Premier Ministre hors série comme les indiscrétions l’ont soutenu. Au finish, Arthème Ahoomey Zunu Séléagodji est reconduit dans ses fonctions de Premier Ministre du Togo. « Tout ce temps pour ça ? », a dardé un togolais septuagénaire.

En matière de Premier Ministre le Togo a un palmarès bien garni mais au fil des années les Premiers Ministres se suivent et se ressemblent et aucun n’a pu opérer le miracle de sortir les Togolais de la grande misère dans laquelle la clique dirigeante l’a plongé intentionnellement.

Même les « oiseaux rares » décrochés dans les cercles des Nations-Unies n’ont eu d’autres choix que de prendre la coloration du régime cinquantenaire et ont vite fait de s’illustrer dans le détournement, le gaspillage, le clientélisme, la délation ; les marques de fabrique de la dictature héréditaire qui tel un moule a vite fait de broyer bien de têtes pleines capables de relever les défis auxquels le Togo est pourtant confronté. Lire le reste de cette entrée »





Jacques Dupuydauby dénonce les magouilles de la présidence togolaise.

2 09 2013

Environ 12 millions d’euros encaissés par le conseiller spécial de Faure Gnassingbé, Charles Debbasch à en croire le PDG de Progosa, jacques Dupuydauby qui a eu à gérer le port autonome de Lomé. Le confrère France info est revenu sur cette puante histoire de mallettes à frics dans un article publié la semaine dernière.

Tous les avertis des feuilletons politico-judiciaires made in Togo, savent les conditions dans lesquelles Jacques Dupuydauby a quitté in extrémis le Togo afin d’échapper aux barbouzes de la dynastie clanique et héréditaire. Des barbouzes qui ont pris le visage de la justice alors que c’est le sommet de l’Etat qui appuyait sur les manettes.

Si le dirigeant portuaire était dans les bonnes grâces de Gnassingbé père qui lui a attribué la gestion de la manutention portuaire de Lomé en 2001, avec Gnassingbé fils c’est la fin de l’idylle après une relation de racket où les  enchères montaient et montaient car Gnassingbé  second en demandait toujours plus au PDG de Progosa. « Nous avons fait l’objet de demandes incessantes et toujours plus importantes », affirme dépiter Monsieur Dupuydauby.

12 millions d’euros, voilà la mirobolante somme qui aurait a été extorqués à cet homme d’affaires. Le conseiller spécial de Monsieur Faure Gnassingbé serait celui qui venait chercher la manne financière. C’était le prix à payer si Monsieur Dupuydauby tient à continuer à exercer ses activités portuaires au Togo.  Lire le reste de cette entrée »





Togo, grincements de dents dans la police nationale, une soixantaine d’agents mis à la retraite.

2 09 2013

15768Le ministre de la sécurité, le colonel Yark Damehane envoie à la retraite soixante cinq policiers tous grades confondus. La décision est officielle depuis le 22 août 2013. La colère est perceptible dans les rangs de ces nouveaux retraités. Une décision surprise qui étonne les premiers concernés qui même s’ils savaient être en fin de service au niveau de la police nationale ne s’y attendaient pas du tout.

Les informations font état de ce que ces agents de la police nationale étaient censés être à la retraite depuis 2009.  La question est de savoir pourquoi les avoir gardé en fonction presque 4 ans durant ? Au Togo, les autorités aiment faire payer leur incompétence et les lourdeurs administratives aux citoyens.

Pourquoi le ministère depuis 2009 s’est tu et qu’il a fallu en croire une source officielle que le ministère des finances interpelle celui de la sécurité qui daigne prendre enfin l’arrêté de mise à le retraite seulement maintenant ?

Un arrêté qui décide que les fonctionnaires de police désignés du cadre spécial de la police nationale, sont admis à faire valoir leurs droits à une pension de retraite en article premier et l’article 2 de préciser que la décision prend effet dès la date de la signature. Depuis lors le Directeur Général de la police doit veiller à l’exécution de cette « décision surprise ». Lire le reste de cette entrée »





Togo, Dama Dramani, un cacique du régime pour présider le parlement.

2 09 2013

DRAMANIL’Assemblée Nationale était en séance ordinaire ce lundi 02 septembre 2013, pour l’élection du bureau directoire fruit de la mascarade électorale du 25 juillet dernier, où le parti au pouvoir s’est attribué 62 députés et distribué 19 au Collectif Sauvons le Togo (CST), 06 à la coalition Arc en ciel, 03 à l’Union des Forces de Changements (UFC) et 01 à Sursaut National. Le bureau du parlement est composé uniquement des membres de UNIR, le parti au pouvoir. Pour rappel, le règlement intérieur du parlement propose que la composition du bureau tienne compte des différentes sensibilités qui sont à l’hémicycle.

Le bureau directoire est composé entre autres de, Dama Dramani, Sélom Klassou, Ibrahim Mémounatou, Dagban Zonvidé,  tous du parti de Faure Gnassingbé.

« Toutes les tractations en coulisses pour faire entendre raison aux  députés du parti au pouvoir ont été vaines », a lâché décontenancé un député de l’opposition.

L’ANC, le plus grand parti de l’opposition togolaise, à l’issue de la frauduleuse n’a postulé à aucun poste de même que l’UFC de Gilchrist Olympio qui a du mal à se relever de sa débâcle électorale.

Maître Paul Dodji Apevon de la coalition Arc en Ciel, qui a failli se retrouver  3em vice Président a dû se retirer in extrémis sans doute pour éviter de faire de la figuration dans un bureau à totalité UNIR.

« UNIR a voulu tout prendre et c’est ce qu’il a fait », nous a confié déçu, un observateur qui a suivi les travaux de ce matin.

Ainsi donc Dama Dramani, baron du régime, président du groupe parlementaire du parti au pouvoir à la précédente législature est le nouveau Président de l’assemblée nationale mais aussi le dauphin constitutionnel de Faure Gnassingbé en cas de vacances du pouvoir. Lire le reste de cette entrée »