Togo, 05 octobre 1990-05 octobre 2013, 23 ans de mensonges et de trahisons d’une opposition atypique et nuisible.

6 10 2013

« La confiance, un mot qui perd tout son sens quand la trahison et la déception sont commises.»

Cet adage à lui tout seul,  résume ces 23 dernières années de lutte du peuple togolais,  qui,  le 05 octobre 1990 s’est soulevé  spontanément à la faveur d’un simulacre de procès, comme le système de père en fils sait en organiser, au motif que des jeunes auraient distribué des tracts hostiles à la dictature de Gnassingbé 1er. Une révolution togolaise qui marquera les anales de l’histoire, mais dont la symphonie inachevée, de  par la faute d’une opposition hypocrite, traitre et très peu préoccupée par les aspirations profondes du peuple, complique le combat de ce dernier pour l’alternance.

23 ans après le soulèvement populaire du 05 octobre, qui a suscité plein d’espoir,  force est de constater que l’opposition togolaise a prouvé son incapacité à offrir un Togo autre à travers une alternance politique qu’elle chante à tue-tête et qu’elle continue malgré son incapacité de promettre aux pauvres populations fatiguées par tant d’années de lutte aux conséquences fâcheuses en pertes de vies humaines et autres sacrifices consentis.

Drôle d’attitude d’une opposition qui en face d’une dictature féroce a opté pour des enfantillages, des guéguerres sans motifs  valables, des conflits de leadership sans aucun enjeu, des trahisons tous azimuts, des complicités contre nature avec les bourreaux du peuple togolais.

Qui peut  prendre au sérieux une telle opposition? Le peuple sans se l’avouer en est fatigué, les diplomates accrédités disent être abasourdis par tant d’incohérences et haines entre acteurs qui disent pourtant vouloir le changement, les Chefs d’Etats africains se jouent d’eux pour mieu les piéger car en mission commandée pour le prince au nom des intérêts de ce puant syndicats de dictateurs,  la communauté internationale se cache derrière  l’amateurisme et l’absence d’une alternative de cette opposition pour laisser pourrir la situation togolaise pourtant hors série dans un petit rectangle de pays dont les difficultés et ignominies devraient faire sursauter cette soi disant communauté qui dit être à cheval sur les règles démocratiques.

Les propositions de recettes par le biais des fronts, des mouvements, des coalitions, des collectifs sensés venir à bout de la dictature sans merci des Gnassingbé ont été détournées à d’autres fins politiciennes. Une des identités remarquables d’une opposition qui s’assigne un objectif à savoir le départ du régime cinquantenaire du pouvoir, mais qui en change au gré des pièges de l’adversaire et pose finalement des actes pour renforcer le système en place se faisant au finish complice d’un pouvoir pourtant au bout du rouleau et vomit par le peuple.

La dernière trouvaille reste le Collectif Sauvons le Togo (CST), qui a suscité l’espoir de tout un peuple avec  une plateforme citoyenne qui a reçu l’assentiment de l’opinion nationale et internationale Mais au bout du compte le CST s’est vu phagocyté par des ambitions politiciennes avec pour objectif détourné de  se contenter de petits sièges dans une assemblée nationale qui ne l’est que de nom. C’est une déception de constater que certains de ces meneurs de la lutte donnent  la pitoyable impression de n’être intéresser que par les privilèges que confère la fonction de député. Les derniers quiproquos de ces derniers temps au sein du CST en sont l’illustration parfaite d’une opposition accompagnatrice de la dictature.

Une véritable déception pour le peuple qui se refuse pour l’instant de connaître la vraie nature de ses leaders au risque d’être déçu. Mais tôt ou tard ce peuple togolais se rendra à l’évidence que l’opposition togolaise de part son atypisme et son double jeu n’en est pas une.

A quoi joue au juste cette opposition si singulière tout autant que  le pays ? Ne sait-elle pas après tant d’années de lutte qu’aucun dialogue, qu’aucune élection ne peut amener l’alternance face à un régime réfractaire aux normes démocratiques et assis sur un trésor de guerre et solide dans les réseaux mafieux de part le monde ? Qu’est ce qui empêche cette opposition sensée mener la  lutte de reposer le problème togolais de se fixer un objectif, un seul et de se donner les moyens de l’atteindre ?

Pourquoi la fameuse opposition togolaise choisit plutôt de faire le jeu de la dictature en participant à des simulacres d’élections pour des résultats connus de tous ?

Au regard de ces interrogations, les populations togolaises sont invitées  à analyser le parcours de la lutte et lancer d’autres perspectives pour lui-même en tant que peuple souverain.

Quant à l’opposition togolaises toutes tendances, (les oranges, les bleus, les verts, les roses, les rouges, etc.),  elle sait ce qu’elle fait, pourquoi elle se comporte en complice du clan et pour quelle fin. Il revient au peuple d’ouvrir les yeux et de prendre son destin en main et achever la symphonie du 05 octobre loin des chapelles politiques qui ont d’autres agendas contraires aux désirs des togolais.

 

 

 

   

 

Publicités

Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :