Le Ministre togolais des Affaires Etrangères ou le déni de la réalité.

19 10 2013

Robert Dussey, Ministre  flambant neuf de la diplomatie togolaise qui fait feu de tout bois ces dernières semaines pour dit-on donner à la diplomatie togolaise une image dynamique et moderne  surtout à l’international  s’est illustré au cours d’une interview sur Radio France Internationale (RFI) en un diplomate plutôt rétrograde et  négationniste, exactement comme ses prédécesseurs, obligé, d’user de zèle pour se conformer à la moule de la dictature cinquantenaire histoire de rester dans les bonnes grâce du premier et du plus « Faure » des togolais.

Robert-Dussey

Ce  déni de la réalité, mieux ce refus de la  réalité dont font montrent les dirigeants togolais au-delà du cynisme est une pathologie.  Une pathologie tel un cancer qui a gangréné tout l’appareil d’Etat de ce petit pays avec en ce siècle de modernité des dirigeants qui  se refusent à admettre que le Togo n’est pas un pays qui respecte les droits de l’homme ce qui n’est qu’un secret de polichinelle pour le monde entier. Des dirigeants qui refusent de reconnaitre  que le Togo continue de traiter les prisonniers comme des chiens. Comment peuvent-ils face à ce refus penser à humaniser les conditions carcérales comme toutes les instances en matière de droits de l’homme le leur recommandent ?

Pour revenir à la pathologie, pour les spécialistes notamment les psychologues, « une personne peut refuser le monde tel qu’il est et le considérer de manière totalement autre. Mais la plupart des dénis de ce genre dénotent de la  faiblesse et de la fragilité des  individus atteint de cette pathologie» …s’il faut commenter cette assertion des psychologues, il faut juste comprendre qu’en fait le Togo a des dirigeants faibles et fragiles. De telles personnes devraient susciter plus de la pitié que de la colère ou de l’indignation.

Pour revenir à l’interview en question que le Ministre Dussey a accordée aux confrères de RFI et au micro de Christophe Boisbouvier,  nous prendrons juste le pan qui concerne les droits de l’homme. Lire le reste de cette entrée »





Dublin célèbre près de 145 défenseurs des droits de l’homme.

19 10 2013

Du 09 au 11 octobre 2013,  s’est tenue à Dublin en Irlande la septième plateforme des défenseurs  des droits humains qu’organise périodiquement la fondation Frontline Defenders. Plus de 145 défenseurs de près de 95 pays ont participé à ce rendez vous de partage de témoignages et d’expérience émouvants les uns que les autres.

DSC_1972

En plus des témoignages et des groupes de travails répartis par zones géographiques et linguistiques, la conférence à aborder les thèmes liés à la liberté d’expressions, les processus électoraux, la liberté d’association, les conditions dans lesquelles les défenseurs exercent leurs activités et les risques qu’encourent leurs proches. Parallèlement des séances sur la sécurité numérique ont été organisées de même qu’une écoute psychologique pour certains défenseurs qui estiment en avoir besoin du fait de certains traumatismes Lire le reste de cette entrée »