Rapport d’enquêtes du CST sur les incendies des marchés de Lomé et de Kara Agbéyomé Kodjo s’en lave les mains.

18 11 2013

Agbeyome-kodjo-500x290Le rapport du Collectif sauvons le Togo (CST) sur les incendies n’a pas fini de faire parler de lui. Le Président de  l’Organisation pour Bâtir dans l’Union un Togo Solidaire (OBUTS),  Agbéyomé Kodjo,  dans un courrier adressé à « ses compagnons de lutte »,  avec ampliation aux  ambassades et aux avocats, soutien n’avoir signé aucun rapport du Collectif  sur les incendies des marchés de Lomé et de Kara. L’ancien Premier Ministre du Togo se dit étonner  de voir son nom parmi les signataires du rapport. Il estime n’avoir pas été consulté et n’a  participé à aucune étape de la collecte des informations  jusqu’à la publication dudit rapport.

 

Le CST secoué par des divergences de vue depuis les dernières législatives vient d’enregistrer une nouvelle crise avec cette lettre que le Président d’OBUTS  adresse au Coordinateur du Collectif, Zeus Ajavon,  pour dégager toute responsabilité de son parti dans la publication du rapport d’enquêtes sur les incendies des marchés de Lomé et de Kara.

Un rapport du CST qui a indexé nommément huit (08) pontes du pouvoir comme étant les instigateurs et commanditaires de cet acte criminel qui a anéanti une grande partie de l’économie du pays et déstabilisé à jamais les commerçants et commerçantes de ces marchés.

Un rapport qui aurait pris au dépourvu un pouvoir habitué à une opposition amorphe, réticente à poser des actes de cette envergure. De sources proches du pouvoir, en cercle restreint on réfléchit à la suite à donner à cet acte qui constitue « un crime de lèse  majesté » au regard d’un pouvoir qui a imposé une omerta qui ne dit pas son nom sur ce dossier ténébreux des incendies.

Tout est mis en œuvre pour empêcher les organisations de défense des droits de l’homme qui en temps normal ont le droit de réagir de le faire. Même schéma à l’endroit  de la presse à qui on a semblé dire  « vous en parler et nous vous inculpons daredare ». Le confrère Zeus Aziadouvo de Liberté en est une illustration parfaite.

Pour l’instant les autorités judiciaires qui ont défendu « aux inculpés choisis » d’évoquer ce sujet au risque de retourner en prison, sont  décontenancées par ce rapport qui va plus loin que de simples déclarations ou dénonciations de responsables politiques. Que va faire ce régime qui n’a que faire du respect des droits humains après la publication du rapport ? Pour l’instant c’est le wait and see.

C’est dans cette ambiance que Agbéyomé Kodjo vient de nouveau se faire remarquer avec son courrier de dénonciation vis-à-vis de ses amis du CST.

En effet, dans sa correspondance du 15 novembre 2013 à l’endroit de Zeus Ajavon, le Coordinateur du CST, Agbéyomé Kodjo, dit « constater non sans étonnement que sa formation politique n’a été nullement associée ni à la résolution du Collectif Sauvons le Togo, tendant à entreprendre des investigations sur la cabale politico-judiciaire dont les leaders de notre Mouvement citoyen sont victimes ».

Il affirme par ailleurs, « n’être associé  à aucune des étapes relatives à la collecte des informations ayant conduit à la production du rapport et à sa publication ».

De sources proches du Collectif on dit s’attendre à cette réaction de la part du patron d’OBUTS  qui depuis les dernières législatives n’a pas digéré que son parti se retrouve sans aucun siège au parlement.

Un autre responsable politique dit comprendre la réaction d’Agbéyomé Kodjo qui a frôlé la mort au cours de sa détention au «Guantanamo du Service de Recherches et d’Investigations (SRI)». Cette source d’ajouter  que le président d’OBUTS donnerait tout pour ne plus se retrouver en détention.

Pour l’un de ses détracteurs,  c’est plutôt ses accointances supposées ou non avec le pouvoir de Faure Gnassingbé qui justifient cette correspondance qu’on pouvait se contenter d’envoyer au Coordinateur du Collectif sans l’envoyer forcément aux diplomates.

Pour l’heure le CST qui aurait tenu une plénière extraordinaire après la marche hebdomadaire du samedi  16 novembre dernier n’a pas encore sorti de déclaration officielle.

Les autres membres du Collectif,  signataires se disent prêts à répondre de ce rapport si les « accusés » veulent s’en référer aux autorités judiciaires pour faire jaillir la lumière.

L’opposition togolaise ne cessera de surprendre par ses attitudes et ses méthodes. Le CST  créé pour parvenir au changement radical dans la gouvernance du pays par la prise de conscience des togolais qui doivent prendre leur destin en main ou par des élections démocratiques après de véritables réformes s’est embourbé dans le piège sans fin du régime cinquantenaire duquel il a du mal à  sortir.

Cette opposition reste coller à la stratégie inefficace de se fixer des objectifs et de les changer au gré des humeurs du régime dynastique qu’elle dit combattre depuis au moins 23 ans sans grand résultat.

D’autres membres du Collectif emboiteront-ils le pas à l’ancien « disciple d’Eyadema » ? Ou résisteront-ils  jusqu’à la tempête que ce régime hors norme peut déclencher à tout moment ?  Les jours à venir nous édifieront.

Quelque soit la réaction du pouvoir  en réponse à ce rapport du CST sur les incendies, les togolais habitués à tous les extrêmes avec ce régime ne seraient pas surpris.

 

 

 

 

 

Publicités

Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :