Le Commandant Olivier Amah Poko boucle six mois de détention et devrait recouvrer la liberté.

27 11 2013

maxresdefaultIl y a exactement six mois que le président de l’Association des Victimes de la Torture au Togo (ASVITTO) a été embastillé à la prison d’Atakpamé via celle de Lomé  et de Mango pour incitation à la révolte de l’armée pour avoir convié ses frères d’armes à un sursaut patriotique face à la crise politique qui secoue le Togo. Il boucle ainsi deux trimestres,  soit la moitié de la peine encourue pour ce qu’on lui reproche faussement et pour lequel il est arbitrairement détenu. A ce stade, en droit togolais il devrait recouvrer la liberté mais les dieux du pays  ont pensé requalifier les chefs d’accusations depuis juillet dernier pour le maintenir indéfiniment en prison.

Le Commandant Amah Poko est désormais maintenu en prison sous le chef d’accusation de « repris de justice dans l’affaire de complot contre la sureté intérieure de l’Etat » ou le « Kpatchagate ». Notre justice s’est retrouvée dans une position inconfortable avec le premier chef d’accusation d’incitation à la révolte de l’armée. Une inculpation qui  ne peut tenir la route puisque le Commandant Amah a été interviewé par les confrères de Légende FM mais n’est pas journaliste. Comme tel il devrait être  relaxé mais comme la justice a reçu l’ordre de le maintenir en prison vaille que vaille une autre gymnastique a été élaborée sous le vocable de repris de justice dans l’affaire Kpatcha Gnassingbé.

 Mais c’est sans  compter avec la lucidité des avocats de l’ancien chef d’escadron qui ont rappelé à la chambre d’accusation de  la cour d’appel de Lomé que le dossier Kpatcha Gnassingbé est tranché devant la cour de justice de la CEDEAO qui est une juridiction supranationale et qui a condamné le Togo et annulé les aberrations d’une  justice  aux ordres.

De plus l’article 113 du code de procédure pénal du Togo dit en substance : « si tu es citoyen  togolais  et que tu es un délinquant  primaire, c’est-à-dire quelqu’un qui n’a jamais été condamné, et que tu passes la moitié du maximum de la peine encourue, tu bénéficies d’une mise en liberté d’office lorsque tu es en détention préventive ».  Voila qui est clair.

Même si la justice togolaise est dans la logique que Monsieur Amah a été condamné dans le procès Kpatcha Gnassingbé elle est sensée savoir  que la cour de justice de la CEDEAO a déclaré ce procès inéquitable.  Un procès inéquitable suppose que toutes les condamnations doivent tomber d’office.

En principe dans un Etat de droit le Commandant Amah doit recouvrer purement et simplement sa liberté et exiger des réparations pour avoir été arbitrairement détenu dans l’une des prisons les plus difficiles après celle de Mango qui est la plus insoutenable.

De sources proches de l’ASVITTO,  le nouveau Ministre de la Justice, Koffi Esaw s’est entretenu récemment avec une délégation de  l’association du Commandant Amah. Le garde des sceaux confirme que certains dossiers lui échappent. Il a dû faire appel à son Secrétaire Général pour assister à la rencontre. Ce dernier inviter à se prononcer sur certains aspects  a déclaré n’avoir rien à dire.  A la fin des discussions le Ministre visiblement impuissant face à la situation du Commandant, promet régler certains problèmes mais reconnait que d’autres vont prendre du temps sans donner plus de précisions sur ce qu’il pourra faire concrètement.

Natif du même village que Faure Gnassingbé, le chef d’escadron  Olivier Amah malgré les conditions de détention difficiles tient bon.

 

 

 

Advertisements

Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :