Togo, fusillade au domicile de l’ancien Premier Ministre Agbéyomé Kodjo

29 11 2013

Agbeyome-kodjo-500x290Alors qu’il est en visite à Paris le domicile du Président de l’Organisation pour Bâtir dans l’Union un Togo Solidaire (OBUTS)  Agbéyomé Kodjo a été pris d’assaut par des individus non identifiés. Les dégâts sont énormes. L’épouse de l’ancien Premier Ministre est blessée, sa voiture emportée. Quand on sait que Monsieur Kodjo est un opposant au régime de Faure Gnassingbé et que dernièrement il a été détenu arbitrairement dans le dossier ténébreux des incendies des marchés de Kara et de Lomé où il a failli perdre la vie en détention, il n’est pas superflu de se poser des questions sur les tenants et les aboutissants de cet acte odieux.

Selon certains témoignages, l’attaque se passait vers les 20 heures GMT mercredi 28 novembre 2013, alors que Madame Kodjo revenait d’une veillée funèbre. Les agresseurs armés n’ont eu aucune difficulté à maitriser l’équipe de sécurité que Monsieur Kodjo a engagée pour sécuriser son domicile. Ils ont réussi grâce aux  coups de feu à emporter le véhicule 4.4, de marque Prado de Madame Kodjo.

Il faut souligner  les conditions rocambolesques dans lesquelles l’Ancien Président de l’Assemblée Nationale a été enlevé dans le dossier des incendies, alors même que son immunité parlementaire n’a pas été levée. Les éléments du Service de Recherches et d’Investigation (SRI) ont fait une descente musclée non sans dégâts au domicile de Monsieur Kodjo. Une arrestation avec  infractions de la part des forces de l’ordre sensées assurer la sécurité des citoyens togolais.

Il est important de rappeler que ce n’est pas la première fois que le président d’OBUTS et ses  pairs de l’opposition notamment du Collectif Sauvons le Togo subissent la pression de la police ou de la gendarmerie postée aux encablures de leur domicile souvent pour les empêcher de participer  aux manifestations de l’opposition.

Que des armes crépitent au domicile d’un responsable politique fait froid dans le dos et pose la question de la sécurité des citoyens ordinaires.

Faure Gnassingbé doit faire le maximum pour garantir la sécurité de leaders  politiques, fussent-ils  ses adversaires ; c’est la moindre des choses.

Même si la logique du clan est de rester éternellement au pouvoir, le bon sens voudrait qu’on traite humainement les citoyens pour qui on soutien avoir été élu, en particulier  les leaders politiques qui peuvent avoir la charge de conduire un jour le Togo si les règles démocratiques venaient à être respectées.

La roue de la vie tourne en dépit des désirs, des plans ou intérêts politiques et aucun togolais ne trouverait d’excuses à cette opposition une fois au pouvoir qui ne ferait pas le maximum pour garantir la sécurité de Monsieur Faure Gnassingbé et des barons du régime en place malgré tout ce que les togolais peuvent légitimement leur reprocher.

Cette manière de traiter des responsables politiques en les agressant, les humiliant n’est pas digne d’un Etat qui chante être moderne.

Il est à rappeler qu’en août 2013,  des individus sans toutefois faire irruption, ont tiré des coups de feu tout autour du domicile de Monsieur Jean Pierre Fabre.

Sur le cas de Monsieur Agbéyomé Kodjo, la gendarmerie comme toujours dit ouvrir une enquête. Les togolais savent bien que les résultats des enquêtes made in Togo ne sont jamais connus des togolais.

Cette attaque à mains armées repose la problématique de la sécurité pour tous les citoyens togolais que l’Etat à l’obligation de protéger conformément à ses attributs régaliens.

Les populations togolaises savent aussi qu’il est dans les habitudes de la minorité au pouvoir de créer un climat de psychose à l’approche des élections présidentielles. Cette énième fusillade s’inscrit-elle dans cette logique ?

Il est urgent que les autorités togolaises s’intéressent à la sécurité de tout le monde sans exception aucune au lieu de continuer à ne s’occuper que de la sécurité de certains citoyens de la République.

Si le régime en place depuis bientôt un demi-siècle ne peut assurer la sécurité des personnes et des biens qu’il en informe les gouvernés qui seront dans l’obligation de chercher des voies et moyens pour assurer leur sécurité.

 


Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :