Discours de fin d’année, Faure Gnassingbé, peint un Togo trop beau pour être vrai.

1 01 2014

faure_gnassingbeLe peuple togolais qui n’a pas souvent l’occasion d’écouter le Chef de l’Etat Faure Gnassingbé, est  resté sans doute scotcher devant le poste téléviseur ce 31 décembre 2013 pour enfin se rendre compte que les années se succèdent depuis sa prise de pouvoir dans des conditions rocambolesques, mais les discours se ressemblent. Un lot de promesses souvent non tenues et un Togo « d’Alice au pays des merveilles » qui n’existe en réalité que dans l’imaginaire de la minorité dirigeante et du plus « Faure » de tous.

 

Au prime abord, Faure Gnassingbé a rendu hommage aux soldats togolais envoyés dans les différentes missions de maintien de  paix, notamment le Darfour, le Mali et la Côte d’Ivoire. Il n’a pas manqué d’avoir une pensée émue pour les malades. Mais le numéro un togolais n’a fait aucune allusion aux prisonniers et surtout les prisonniers personnels de la République en occurrence son demi- frère Kpatcha Gnassingbé et ses codétenus, le Commandant Olivier Amah Poko, le journaliste Eugène Atigan et tous les autres connus et anonymes qui croupissent dans les geôles des prisons togolaises pour souvent des délits fabriqués de toutes pièces.  Malgré les bruits de couloirs qui ont persisté que pour une fois Faure Gnassingbé va faire une remise de peine et libérer certains « détenus spéciaux », le miracle ne s’est pas produit .

Le vœu le plus cher du Président togolais à ses Chers Compatriotes est que « chaque Togolaise et chaque Togolais jouisse d’une bonne santé ». Quand on sait que les hôpitaux du Togo sont de véritables mouroirs où pour de simples appendicites le Premier Ministre, Arthème Ahoomey Zunu,  à été évacué, il y a de quoi prendre au sérieux un tel vœu, car seule la providence pourra maintenir les togolais en bonne santé.

« J’entends accorder en 2014 une attention toute particulière aux questions de défense et de sécurité, dans le cadre de la lutte contre le terrorisme » ; « Des dispositions concrètes seront en effet prises pour renforcer les capacités opérationnelles de nos forces de défense et de sécurité ». Renchérit Gnassingbé 2. Est-ce dans le cadre de la lutte contre le terrorisme ou pour sécuriser son pouvoir qui doit faire face dans 14 mois à l’échéance capitale de 2015? Quoi qu’il en soit la présidentielle de 2015, va soit marquer la fin de la gouvernance catastrophique du régime cinquantenaire ou matérialiser le rêve du clan de régner à vie sur le Togo comme dans le cas de  Gnassingbé 1er.

De sources concordantes, il se murmure que beaucoup de mutations vont intervenir au niveau des forces de défense et de sécurité à des fins  électoralistes et de pérennisation  au pouvoir. Mais le fils du père préfère expliquer ces mutations à venir sous le vocable de la « lutte contre le terrorisme ». Si le Togo pour l’instant qui n’est pas touché par ce fléau veut prendre des dispositions draconiennes que feraient les Etats-Unis et tous les autres ? Le wait and see.

Pour Faure Gnassingbé, le Togo est un pays de paix et de stabilité. Une phrase que les togolais connaissent par cœur depuis Gnassingbé 1er. Or sur la paix, l’Ancien Secrétaire Général de l’ONU, le ghanéen Kofi Annan disait, « L’un des principaux enseignements tirés des 50 dernières années est qu’il est impossible d’instaurer la paix dans des sociétés accablées par l’extrême pauvreté, la dégradation humaine et l’oppression politique », au regard de cette citation, de quelle paix parle le Chef de l’Etat togolais ?

Dans un pays où la pauvreté est la chose la mieux partagée, où une minorité s’accapare des richesses du pays, où les violations des droits humains sont quotidiennes et récurrentes, où être un adversaire politique est un crime de lèse majesté, où la justice est devenue un instrument de règlements de comptes, la paix est plus une chimère qu’une réalité.  

Comme il faut s’y  attendre, le fils du père se réjouit  des élections législatives du 25 juillet 2013 où son parti UNIR à pu se choisir 62 députés et distribué des strapontins aux regroupements de l’opposition. Au finish au Togo, les élections sont démocratiques quand elles ne sont pas émaillées de violences. Les holdups électoraux à répétition dont le Togo a la palme d’or n’ont aucune importance.

Dans le même registre électoral, le Président togolais contrairement à son Ministre de l’Administration Territoriale Gilbert Bawara qui estime qu’il n’y aura pas de temps matériel pour organiser les élections locales, rappelle que « les locales et la décentralisation font partie des défis majeurs que nous devons relever ». Mais à quand la date de ces locales ? Mystère.

Surtout que plus loin Faure Gnassingbé semble de mèche avec son ministre quand il dit, « les élections locales et la décentralisation nous ouvriront de nouvelles perspectives. Nous devons toutefois avancer de manière prudente mais résolue ».

Le Président togolais affirme plus loin que « le gouvernement togolais a pris les devants en engageant des concertations avec les partis politiques ». Une vérité sans doute, sauf qu’à la dernière consultation le pouvoir a pensé qu’il faut contourner les locales pour se dispatcher les municipalités tel du gâteau. Ces genres de consultations n’ont rien de démocratiques mais de véritables marchés de dupes au dos des togolais. 

Au chapitre des promesses, Faure Gnassingbé soutien que « le Gouvernement entend mettre en place des mesures qui toucheront directement les populations les plus vulnérables ». « Nous ne pourrons partager que ce que nous aurons produit ensemble ». A dardé le numéro un togolais qui semble ignorer que tout ce que les togolais produisent est accaparé par une minorité. Minorité dont lui-même a parlé au cours d’un de ses discours de fin d’année sans poursuivre une seule personnalité pour crime économique.

Au plan social, Faure Gnassingbé exhorte ses concitoyens à ne pas laisser « les revendications corporatistes et les gains immédiats qu’elles visent déstabiliser les bases du développement pérenne que nous sommes en train de construire ». Il faut juste rappeler que dans un pays où des gens sortis du néant s’enrichissent à une vitesse exponentielle, où on a pu trouver au moins un milliard de francs CFA dans le coffre fort de la mère du Chef de l’Etat, cet appel à la patience tranche avec la dure réalité des togolais qui voient le train de vie insolent de ceux qui sont dans les bonnes grâces du régime.  Comment peut-on demander à ceux qui végètent dans la misère de serrer les ceintures ?

Néanmoins le Chef de l’Etat a été sincère dans son message en rappelant aux togolais que « la bonne volonté du gouvernement ne suffira pas à résoudre tout, tout de suite. Notre pays continuera toutefois à avancer dans la mesure de ses moyens », rassure le fils d’Eyadema. Les syndicats et autres mouvements de revendications savent de nouveau à quoi s’en tenir. Malgré que le Togo a d’énormes moyens pour compter des multimilliardaires par centaines, et que sur le budget 2014, la Présidence de la République va consommer à elle seule près d’un milliard trois cent millions en électricité, le discours officiel veut convaincre le peuple  que le petit rectangle de pays n’a pas les moyens pour satisfaire les revendications les plus légitimes des syndicats et autres.

En somme,  rien de nouveau dans ce discours que les mêmes incantations qui datent de presque 09 ans déjà que Faure Gnassingbé est sur le trône.

Advertisements

Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :