Les quarante ans de disparition de Bella Bellow révèle le styliste Volcano.

18 01 2014

Tg Couleur n°17.indd

Samedi, 14 décembre 2013 dans la salle de banquet de la présidence togolaise, près de 600 invités de prestige ont assisté à une soirée féérique marquant les 40 ans de disparition de Bella Bellow, l’artiste togolaise mondialement connue que la mort a arraché à l’affection des mélomanes et des togolais un 10 décembre 1973. Diverses activités ont meublé ce quarantième anniversaire de la tragique disparition de Bella la belle dont un défilé de mode riche en couleurs qui ont porté la griffe de trois stylistes togolais. Lire le reste de cette entrée »





Togo, l’an un du crime de feu sous Faure Gnassingbé.

11 01 2014

Incendie-grand-marché-de-LoméIl y a 12 mois que des individus sans doute débiles et foncièrement criminels ont incendié les marchés de Kara et de Lomé. Un acte d’une extrême gravité qui a réduit à jamais à néant la vie des commerçantes du Togo.  Certaines ont perdu la vie à la suite de cette criminalité, pour d’autres les choses ne seront plus jamais comme avant. Au regard de l’allure de l’enquête à double vitesse  dans ce ténébreux dossier, les vrais coupables sont garantis d’une impunité à vie malgré ce génocide de feu dont ils sont auteurs. C’est bien connu, sous les Gnassingbé,  les innocents sont inculpés et les coupables se pavanent dans le pays. Lire le reste de cette entrée »





La prison civile de Lomé ou l’antre du diable.

7 01 2014

photo.phpLes prisons togolaises sont des lieux à ne souhaiter à personne d’y séjourner. Elles ne  répondent à aucun standard requis en la matière. Malgré les grandes promesses, les grands discours, elles restent l’anti chambre de la mort. En sortir et rester en pleine santé et en vie durant de longues années découle d’un miracle et de la grâce divine pour ceux qui  croient en Dieu. Malgré les dénonciations des conditions inhumaines qui caractérisent la vie carcérale au Togo, on a l’impression que la situation s’aggrave au jour le jour. Un exemple de cette inhumanité carcérale, la prison civile de Lomé.

1525734_270625626427540_986568935_nLes clichés des humains entassés comme des sardines dans les cellules de la prison de Lomé et qui ont fait le buzz sur la toile et sur  les réseaux sociaux ces derniers mois  n’ont ému aucunement les dirigeants togolais au cœur de pierre qui ont d’autres chats à fouetter jusqu’où jour où les circonstances de la vie les y conduisent pour se rendre compte tardivement que l’enfer carcéral qu’ils ont fabriqué de toutes pièces pour anéantir les plus faibles pouvaient leur être destiner.

Aujourd’hui le tableau affiche 2121 détenus au compteur pour une prison construite  au maximum pour 660 personnes.  Les bâtiments mesurent 07 sur 06 mètres pour 90 détenus.

1555421_270625679760868_545539862_n

 

Plus terrible, le quartier du genre (notamment des femmes) prévu pour 40 pensionnaires soit 10 pensionnaires par bâtiments compte aujourd’hui 100 détenues, avec seulement deux W.C douches pour les 100 femmes.  Le bâtiment des dames n’a pratiquement pas de cour. A peine 4 mètres de la porte du bâtiment au mur de la clôture. Pas d’ombre, pas d’arbres. Elles s’agglutinent à longueur de journée pour vivre l’enfer la nuit. Lire le reste de cette entrée »





Même avec une majorité taillée sur mesure au parlement, le pouvoir togolais a peur des élections locales.

6 01 2014

Il est paradoxal de remporter les législatives du 25 juillet 2013 à la manière togolaise comme de coutume avec la palme d’or en fraudes électorales grandeur nature comme savent le faire Gnassingbé 1er et 2 et manifester une peur bleue quand à l’organisation des élections locales. La tradition électorale au Togo depuis 1990, l’année du début des soubresauts démocratiques, le Togo  n’a jamais connu de scrutins transparents. En près de 24 ans de lutte pour l’avènement de la démocratie, c’est le seul et même parti au pouvoir depuis bientôt un demi siècle qui gagne les élections. A croire que le peuple  togolais est assez fou pour voter pour ceux qui l’oppriment à chaque mascarade électorale. Aux dernières législatives encore c’est le parti de Gnassingbé fils qui s’octroie 62 sièges sur 91 partageant le reste à l’opposition selon ses humeurs. Lire le reste de cette entrée »





Discours de fin d’année, Faure Gnassingbé, peint un Togo trop beau pour être vrai.

1 01 2014

faure_gnassingbeLe peuple togolais qui n’a pas souvent l’occasion d’écouter le Chef de l’Etat Faure Gnassingbé, est  resté sans doute scotcher devant le poste téléviseur ce 31 décembre 2013 pour enfin se rendre compte que les années se succèdent depuis sa prise de pouvoir dans des conditions rocambolesques, mais les discours se ressemblent. Un lot de promesses souvent non tenues et un Togo « d’Alice au pays des merveilles » qui n’existe en réalité que dans l’imaginaire de la minorité dirigeante et du plus « Faure » de tous.

 

Au prime abord, Faure Gnassingbé a rendu hommage aux soldats togolais envoyés dans les différentes missions de maintien de  paix, notamment le Darfour, le Mali et la Côte d’Ivoire. Il n’a pas manqué d’avoir une pensée émue pour les malades. Mais le numéro un togolais n’a fait aucune allusion aux prisonniers et surtout les prisonniers personnels de la République en occurrence son demi- frère Kpatcha Gnassingbé et ses codétenus, le Commandant Olivier Amah Poko, le journaliste Eugène Atigan et tous les autres connus et anonymes qui croupissent dans les geôles des prisons togolaises pour souvent des délits fabriqués de toutes pièces.  Malgré les bruits de couloirs qui ont persisté que pour une fois Faure Gnassingbé va faire une remise de peine et libérer certains « détenus spéciaux », le miracle ne s’est pas produit . Lire le reste de cette entrée »





Le Togo a un nouveau Chef d’Etat Major, Faure Gnassingbé «déshabille Pierre pour habiller Paul ».

1 01 2014

imagesL’expression est assez connue avec des variantes du genre «déshabiller Paul pour habiller Jean » ou « découvrir Pierre pour couvrir Paul ». Dans le cas d’espèce, cette expression et  les variantes illustrent certaines  réalités togolaises notamment  la nomination du Général Abalo Félix Kadanga, comme Chef d’Etat Major des Forces Armées Togolaises (FAT) en remplacement du Général Atcha Titikpina. En réalité le premier n’est pas mieux que le second et vice versa. Sous les Gnassingbé  la formule qui marche, prendre les mêmes pour recommencer. Lire le reste de cette entrée »